[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Quand une revue d'extrême droite rêve d'un putsch militaire

antifa LGBTI

Brève publiée le 7 juin 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Le Monde) Après La Manif pour tous, qui a compté de nombreux officiers et familles de militaires ordinaires dans ses rangs, la défense dit prendre "très au sérieux" le mouvement d'humeur qui émane des milieux d'extrême droite catholique traditionalistes et qui est relayé par certains gradés. Les services de renseignement ont placé cette frange, minoritaire mais rendue très visible depuis les manifestations anti-mariage gay, sous surveillance.

La circulation sur Internet de La Revue de l'Arsenal est considérée comme un symptôme. Signalée par le blog "Secret-défense" du journaliste Jean-Dominique Merchet, mercredi 5 juin, cette nouvelle publication évoque "le grand mécontentement" des armées et contient un appel au putsch. Visant un public militaire, Arsenal se présente comme l'émanation d'un Mouvement du 6-Mai jusqu'à présent inconnu, qui dit appartenir à la mouvance du Printemps français. Il aurait été lancé, selon la revue, par les "cellules solidaires du Lys noir", appellation pompeuse derrière laquelle se cache Rodolphe Crevelle, vieux routier de l'extrême droite radicale au passé tumultueux qui, après avoir fréquenté plusieurs de ses chapelles, se réclame de l'"anarcho-royalisme".

Ce n'est pas l'appel au putsch qui est jugé préoccupant en tant que tel, mais le fait que plusieurs officiers généraux catholiques de renom soient, pour l'occasion, présentés comme les fers de lance d'un combat contre "le cabinet franc-maçon" du ministre Jean-Yves Le Drian : Benoît Puga, chef d'état-major particulier du président de la République, Pierre de Villiers, major général des armées, et Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris qui a quitté ses fonctions actives depuis un an.

"LE SALUT VIENDRA DES CAPITAINES"

Aux dires d'Arsenal, tous trois auraient pu former, en raison de leurs positions, de leurs idéaux nationaux-catholiques et de leur aura opérationnelle, de possibles points d'appui pour un "sursaut". Le fanzine semble déplorer que ces officiers généraux n'aient pas encore sauté le pas. Et finit par estimer que "le salut viendra des capitaines".

Aucun des trois hauts gradés n'a publiquement démenti sa proximité avec les idées politiques qui leur sont prêtées. Pour des raisons obscures, Arsenal a éventé un projet qui, selon nos informations, a, un temps, été caressé dans certains cercles ultra-minoritaires un peu enfiévrés de l'armée. En cas de crise majeure déclenchée par les protestations contre le mariage gay, ces micro-cercles nourrissaient le fantasme d'une sorte de comité de salut public dont le général Puga aurait été la tête pensante et le général Dary la façade consensuelle.

Au-delà de ce projet délirant, l'affaire du mariage homosexuel a révélé la proximité de certains gradés, estimés pour leur valeur militaire, avec des milieux nationaux-catholiques, contre-révolutionnaires et antirépublicains. A la défense, on estime que cette "humeur", qui mêle l'expression d'illuminés à celle de militants prêts à faire le coup de poing, pourrait être nocive. "Il faut que nous soyons vigilants, estime un officiel. La cristallisation autour du mariage gay a libéré certains comportements et paroles, cela peut avoir des incidences sur de jeunes officiers pour qui défendre la "grande armée" contre les socialo-communistes francs-maçons est un combat."

L'ÉLYSÉE MET EN GARDE CONTRE LES AMALGAMES

L'entourage de M. Le Drian dédouane le major général Pierre de Villiers, "un vrai officier républicain". Le cas de Benoît Puga est plus embarrassant. Son frère, Denis Puga, est lié au mouvement d'extrême droite nationale-catholique Civitas et officie à Saint-Nicolas-du-Chardonnet dont le général est lui-même un familier. Cette église parisienne est accaparée depuis plus de trente ans par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, mouvement intégriste de l'évêque schismatique Marcel Lefebvre. Mais à l'Elysée, on met aussi en garde contre les "amalgames" : des mouvements peuvent se servir de noms connus, et le général Puga étant jugé parfaitement loyal, sa vie familiale n'est pas un sujet.

La tête de pont la plus visible est Bruno Dary qui fut coorganisateur de La Manif pour tous et continue d'appeler à "la résistance contre cette mauvaise loi sans impliquer l'institution". Le 24 mai sur LCI, il dénonçait un "hold-up politique" sur le débat de société réclamé par les opposants au mariage homosexuel. Ce général 5 étoiles préside le Comité de la flamme, et ranime, deux fois par semaine, la flamme du Soldat inconnu sous l'Arc de triomphe. Officier de la Légion à la réputation immense, il est très proche du général Puga avec qui il a "sauté sur Kolwezi" en 1978.

"Les jeunes officiers peuvent se dire : si un 5 étoiles peut prendre la parole comme ça, pourquoi pas moi ?", poursuit l'officiel déjà cité. Pour Bruno Dary, ceux qui parlent de putsch sont "des rêveurs" et leurs propos "n'engagent qu'eux". "Actuellement, la défense ramasse, avec les baisses budgétaires, que certains aient un goût amer dans la bouche, c'est possible. Mais ces mouvements ne m'intéressent pas, dit-il au Monde. Je rappelle aux jeunes officiers qu'il y a eu d'autres épisodes douloureux, il faut relativiser. On peut se demander à quoi ont servi les 20 000 soldats français morts en Algérie."

Le ministère a fait enlever les banderoles anti-mariage pour tous des fenêtres de l'immeuble où logent des hauts gradés dans le 15e arrondissement de Paris. Une poignée d'officiers qui ont passé la ligne jaune auraient été sanctionnés. L'un d'eux a été sorti de la liste des généraux : le colonel R., qui s'était illustré lors de la manifestation de Civitas du 18 novembre 2012 en frappant une militante Femen. La vidéo de l'incident a été largement consultée sur YouTube. D'autres, après s'être imprudemment exposés, se sont faits plus discrets. C'est le cas d'un officier de la réserve opérationnelle des forces spéciales lié aux réseaux nationaux-catholiques d'Ichtus, qui s'était mis en avant au lancement du Printemps français.