[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: les fonctionnaires passent aux 40H, en attendant d'être moins payés

    Grèce

    Brève publiée le 16 août 2011

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    AFP

    Les quelque 800.000 fonctionnaires grecs sont passés mardi aux 40 heures, soit une heure et demie de travail hebdomadaire de plus, dans le cadre de la cure d'amaigrissement imposée à la fonction publique, qui prévoit aussi une nouvelle réduction de la masse salariale.

    En vertu de cette réforme, réclamée par l'Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI), les créanciers du pays, les guichets des administrations resteront désormais ouverts jusqu'à 15 heures, une heure de plus qu'auparavant, a précisé le bureau de presse du ministère de la Réforme de l'administration.

    La journée de travail commencera entre 7 heures et 9 heures, alors que l'ancien régime, dicté par l'usage de la sieste méditerranéenne, imposait à tous d'être à son poste à 7 heures.

    L'influent syndicat de la fonction publique, Adedy, a protesté, mais en vain, contre cette réforme, qui aligne sans hausse de salaire les horaires du public sur ceux du privé.

    "Cela ne va en rien améliorer la prise en charge des usagers, alors que nous manquons d'argent et de personnel", a affirmé à l'AFP un de ses dirigeants, Ilias Vrettakos.

    Selon le gouvernement socialiste, la mesure équivaut à 45.000 embauches et doit huiler la lourde bureaucratie locale. La rigoureuse cure d'austérité dictée par l'UE et le FMI au pays surendetté prévoit d'ici 2015 la suppression de quelque 150.000 emplois du secteur public.

    Le gouvernement prépare par ailleurs, en principe pour fin septembre, l'homogénéisation de la grille salariale, marquée par des écarts de un à quatre pour les mêmes postes.

    Cette réforme, en attente depuis plus de six mois, est déjà combattue par l'Adedy qui dénonce de nouvelles coupes salariales, après une première vague de l'ordre de 15% en 2010 et la suppression de la plupart des primes ces derniers mois.