[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grèce: pourris de chez plus riches

    Grèce international

    Brève publiée le 25 décembre 2013

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://npa2009.org/node/40190

    Deux infos de la semaine montrent à quel point la mise à mort des droits sociaux en Grèce s'accompagne chez les tenants du pouvoir d'un méprisant sentiment d'impunité. D'abord avec Michalis Liapis, ex-ministre des transports sous le gouvernement de son cousin Kostas Karamanlis : l'homme a été arrêté conduisant sans permis une Jeep de luxe avec fausses plaques et sans assurance. Peu de choses pour ce rejeton d'une des familles qui ont monopolisé le pouvoir pendant des générations (comme Papandreou ou Samaras) : peu soucieux de répondre à la convocation en justice, il est parti se bronzer dans un lointain pays où les travailleurs sont encore plus exploités qu'en Grèce...

    Et on a appris hier le renvoi du collège privé de luxe où elle enseignait d'une professeure qui a eu la mauvaise idée de surprendre le fils du premier ministre Samaras en train de tricher ! La fédération des enseignants du privé voit dans la mise au chômage d'une enseignante d'expérience la possibilité pour les patrons du privé de faire virer qui ils veulent sans avoir à tenir compte du droit. Détail : le président du collège privé est le frère de Samaras ! 
    Raison de plus pour chasser ce gouvernement de seigneurs féodaux, en impulsant les mobilisations indispensables, sans attendre le ''fruit mûr'' des élections : si les sondages montrent Syriza en tête des intentions de vote, les nazis, malgré les révélations sur leur nature criminelle, restent entre 6 et 13 %...

    D'Athènes, 
    A. Sartzekis