[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

La raffinerie LyondellBasell va redémarrer pour 3 mois

lutte-de-classe

Brève publiée le 8 octobre 2011

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

PARIS (Reuters) - Les salariés de la raffinerie LyondellBasell de Berre-l'Etang (Bouches-du-Rhône), en grève depuis une dizaine de jours, ont voté samedi la reprise du travail, prenant acte de l'accord conclu la veille avec la direction permettant un redémarrage du site jusqu'à la fin de l'année.

L'accord, validé par une large majorité des salariés, met fin au conflit ouvert le 27 septembre après l'annonce par le groupe de droit néerlandais de sa décision de fermer la raffinerie, qui emploie 370 salariés, faute d'avoir trouvé un repreneur depuis la mise en vente en mai.

La direction avait alors expliqué vouloir concentrer ses investissements sur ses activités pétrochimiques et leurs 900 salariés.

L'accord intervenu vendredi prévoit que la raffinerie redémarrera lundi et restera en activité jusqu'au 31 décembre, a déclaré à Reuters Jean-Pierre Bourrelly, délégué CFDT du site. Elle sera ensuite "mise sous cocon", une procédure d'arrêt des installations censée permettre un redémarrage ultérieur, jusqu'à la fin 2013.

"Nous n'avons pas de garanties qu'elle redémarre après", a-t-il précisé. "La mise en vente va continuer durant cette période. Après ça, on n'est pas sûr de pouvoir avoir un repreneur."

Le site LyondellBasell, d'une capacité de 105.000 barils par jour, est l'une des quatre raffineries du pourtour de l'Etang-de-Berre avec celles d'Ineos (Lavéra), de Total (La Mède) et d'ExxonMobil (Fos).

C'est l'une des dix raffineries encore en activité en France. La raffinerie Total de Dunkerque a fermé en 2010 et le site Petroplus de Reichstett (Bas-Rhin) en juin.

Le ministre de l'Industrie et de l'Energie, Eric Besson, s'est félicité de l'accord entre la direction et les syndicats, en assurant rester "mobilisé" pour assurer l'avenir du site.

"Il a demandé au groupe LyondellBasell de présenter dans les meilleurs délais un programme clair d'investissements permettant d'assurer la pérennité de l'activité et de l'emploi des 900 salariés qui travaillent sur ce site", a-t-il précisé dans un communiqué.