[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un CPN qui lance la campagne Poutou, mais sur une base confuse et sans que la PfA soit capable de porter une alternative

La majorité (PfC + B) avait décidé de soumettre le texte dit « d’Olivier », d’abord destiné seulement à définir des axes pour lancer la campagne Poutou. Nous portions pour notre part un projet de résolution politique, envoyé à l’avance aux autres courants de la PfA, hélas sans réponse (sauf les remarques stimulantes de Jean-Philippe), puis au CPN. A&R avait envoyé une contribution. Le CCR avait décidé qu’il ne ferait qu’amender le texte d’Olivier. Les camarades de DR ont annoncé ne voter aucun texte, comme au CPN précédent. Et la FLO était quasi absente...

Face à cette PfA dispersée, et en cohérence avec notre démarche générale à l’égard du parti, nous avons voulu d’une part contribuer au débat sur la campagne Poutou (d’autant que le texte d’Olivier n’était pas une résolution politique... avant que le secrétariat national ne lui donne ce nom, après le vote, dans son envoi aux comités !) ; et, d’autre part, poursuivre le combat pour que les courants de la PfA défendent de nouveau une résolution qui définisse une politique générale alternative à celle de la majorité.

Or il n’a même pas été possible d’en discuter ! Une réunion PfA était pourtant prévue... Mais les camarades de DR n’en voulaient pas plus que la fois précédente ; et surtout A&R et CCR sont désormais très fâchés, arguant de « grands désaccords » sur l’analyse de la situation et les priorités d’intervention... En réalité, au lieu de poursuivre le combat de la PfA malgré les désaccords, chacun les exagère pour justifier la priorité à son auto-construction. Et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvé-e-s tout seul-e-s à la réunion prévue !

Nous regrettons que le CCR ait d’emblée exclu une résolution commune. De leur côté, alors qu’ils/elles avaient dit avant et pendant le CPN qu’il était envisageable d’amender le texte d’Olivier, les camarades d’A&R n’ont rien dit en commission ; puis ils/elles ont refusé notre proposition d’une résolution commune à partir de nos textes respectifs ; enfin, en renonçant à la fois à soumettre une résolution et à participer au vote sur les amendements du texte d’Olivier, ils/elles ont rejoint la politique abstentionniste de DR... que nous avions pourtant critiquée ensemble auparavant !

En commission, nous avons contribué avec le CCR à améliorer le texte d’Olivier. Mais les amendements sur les questions centrales de la propriété et de l’État faisaient désaccord. En plénière, nous avons proposé ceux portant sur la propriété : la version majoritaire reste confuse, refusant de se centrer sur l’expropriation des capitalistes et l’appropriation collective des moyens de production, alors que ce serait décisif pour une campagne anti-capitaliste saisissable largement, alternative à celle de Mélenchon et faisant le pont avec le projet communiste. Le CCR a voté nos amendements, mais leur rejet ne l’a pas empêché de voter cette partie du texte, de façon à notre avis opportuniste vis-à-vis de la majorité.

Concernant le pouvoir politique, le texte majoritaire est axé sur une bien vague « représentation » des travailleurs par « eux-mêmes » ; nous avons donc soutenu la formulation alternative du CCR – même si nous en aurions préféré une réellement transitoire, qui ne juxtapose pas, mais articule vraiment le combat pour les revendications et l’objectif de la conquête du pouvoir par les travailleur-/se-s. Le rejet de cet amendement élémentaire nous a conduit-e-s, comme le CCR, à voter contre le texte final.

Après ce CPN désastreux pour la pfA, il est urgent de repartir de l’avant, d’élaborer un programme alternatif à celui de la majorité et de peser ensemble sur la campagne Poutou. Ce CPN a au moins eu le mérite de lancer celle-ci, comme en témoigne aussi la motion signatures. Mais le combat pour le succès de la campagne est indissociable du combat pour son contenu – pour une campagne Poutou la meilleure possible !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

Non, ce n’est pas l’ARC qui est relancée suite à l’exclusion des camarades de la Tendance CLAIRE

Comme nous en avons informé immédiatement nos lecteurs et lectrices, une (presque) majorité de l’ARC a exclu les membres de la minorité, après nous avoir imposé une prétendue « pause » . Celle-ci s’est ainsi révélée n’être qu’une manœuvre pour se débarrasser tout simplement de camarades qui osaient contester la politique de la majorité en défendant leurs idées. Mais ce sale coup antidémocratique fait évidemment tache pour la soi-disant « relance » d’un groupe de gens qui prétendent à rien de moins que la fondation d’un « nouveau trotskysme »... Dès lors, on comprend que nos chères/chers camarades, après avoir tenté de garder le silence sur leurs agissements, se soient finalement senti-e-s obligé-e-s de se justifier sur leur site pour nous répondre. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

NPA

NPA: Non à l’exclusion du CCR !

La Tendance CLAIRE du NPA condamne avec la plus grande fermeté la volonté d’exclure le CCR du parti. Cette volonté, exprimée et désormais mise en œuvre par une partie des camarades de la plateforme U, est anti-démocratique. Non seulement cette tentative d’exclusion ne procède pas d’un processus démocratique de débats contradictoires sanctionné par le vote d’instances du parti, mais en outre rien ne la justifie dans nos statuts. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

NPA

De la prétendue « pause » de l’ARC... à la vraie exclusion de sa minorité !

La Tendance CLAIRE avait été relancée suite à la décision illégitime et arbitraire d’une « pause » de l’ARC, imposée par une majorité des présent-e-s à l’AG du 21 mars. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les camarades promoteur/trice-s de la prétendue « pause » aillent jusqu’au bout de leurs vraies intentions... en décidant purement et simplement de nous exclure ! Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook