[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Chômage : les bilans de Sarkozy et Hollande = match NUL

Hollande est désormais parti. On peut désormais établir son bilan au regard de sa priorité, la lutte contre le chômage. Son bilan est catastrophique. Le nombre total de chômeurs/ses (toutes catégories confondues) a augmenté sous le mandat de Hollande (2012-2017) de 1,27 millions pour atteindre le chiffre astronomique de 6,15 millions de chômeurs/ses. Hollande fait jeu égal avec Sarkozy puisque le nombre de chômeurs/ses avait lui aussi augmenté de 1,27 millions sous son mandat (2007-2012).

On observe néanmoins une différence entre Hollande et Sarkozy : le nombre de chômeurs/ses de catégorie A (celui que les médias aux ordres mettent en avant pour minimiser le nombre de chômeurs/ses) a davantage augmenté sous Sarkozy (+849 500) que sous Hollande (+567 900). Cela signifie que les demandeurs/ses d’emplois en activité réduite (catégories B et C) ou en formation (catégorie D) sont de plus en plus nombreux/ses. Cela traduit la forte hausse du temps partiel contraint ou des formations bidon pour tenter de masquer la hausse réelle du nombre de chômeurs/ses.

Depuis début 2016, le nombre de chômeurs/ses de catégorie A a légèrement baissé (d’environ 100 000), mais le nombre total de chômeurs/ses a continué à augmenter : la courbe du nombre de chômeurs/ses ne s’est donc jamais inversé, contrairement à ce que le gouvernement a essayé de nous faire croire. Les derniers chiffres connus (ceux du mois d’avril) illustrent ce phénomène : le nombre de chômeurs/ses de catégorie A a baissé de 38 000, ce qui a permis aux médias de claironner que le chômage avait baissé. Sauf que le nombre total de chômeurs/ses (A+B+C+D) a progressé de 23 000 !

Les catégories de chômeurs inscrits à Pôle emploi

Catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, sans emploi

Catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant exercé une activité réduite courte (de 78 heures ou moins dans le mois)

Catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant exercé une activité réduite longue (de plus de 78 heures au cours du mois)

Catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de rechercher un emploi (en raison d’une formation, d’une maladie…) y compris les demandeurs d’emploi en contrat de sécurisation professionnelle (CSP), sans emploi

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Sur les élections régionales

L’abstention a atteint des proportions telles que l’analyse des résultats n’a en réalité pas beaucoup de sens. Deux tiers des inscrits n’ont pas voté au premier comme au second tour. Cette abstention a été particulièrement massive chez les jeunes et dans les catégories populaires, et elle a touché davantage l’électorat de Le Pen et de Mélenchon de 2017. Rejet des politiciens, indifférence pour les élections intermédiaires, invisibilité de la campagne électorale (avec le matériel électoral qui n’est même pas parvenu à plusieurs millions de Français), les raisons s’additionnent pour ne pas voter.
 

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

Des centaines de milliers d’emplois déjà détruits, et ce n’est qu’un début

En 2020, il y aurait eu selon l’INSEE environ 700 000 destructions d’emplois, dont 600 000 emplois salariés. Alors que l’emploi salarié a crû d’environ 400 000 au troisième trimestre, il a de nouveau plongé au quatrième trimestre (– 300 000). L’estimation de l’INSEE est sans doute largement en dessous de la réalité : l’OFCE évalue à 790 000 les destructions d’emplois salariés en 2020. Surtout, celles-ci se poursuivent en ce début d’année. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook