[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Macron attaque, Mailly courbe l’échine

Ça y est, les ordonnances ont été dévoilées. Sans surprises, il s'agit pour le gouvernement pro-Medef d'appliquer au plus vite une casse sans précédent du code du travail. De manière complètement anti-démocratique, Macron va donc s'attaquer aux droits des travailleurs/euses avec l'aval de la CFDT et de FO.

Une attaque en règle contre les syndicats et les prud'hommes.

Nous n'avons eu de cesse, durant la campagne présidentielle, d'entendre que le « coût du travail » était trop élevé, que les « investisseurs » avaient peur d'investir en France, qu'il fallait libérer le travail. Pour cela, il fallait donc garantir aux patrons une facilité de licenciement, amenant une flexibilisation accrue du travail. Un des principaux modèle pris en exemple est celui de l’Allemagne, où la flexibilisation a permis la création d’emploi, mais à quel prix ? Les chiffres sont clairs : 23 % de pauvreté chez les salarié.e.s contre actuellement 8 % en France.

C'est dans cet objectif que le plafond et le plancher des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, réclamé de vive voix par le patronat depuis des années, à été revu à la baisse tant en terme de montant que de temps d'indemnisation. Une fois les ordonnances approuvées, un.e salarié.e licencié abusivement n'obtiendra au maximum plus que vingt mois de salaire après trente ans d’ancienneté. Le plancher passe de six à trois mois de salaire au bout de deux ans de présence dans l’entreprise. En dessous de deux ans, c’est un mois de salaire ! Dès lors, le patronnant pourra licencier à tour de bras sans se voir inquiété par les prud’hommes !

D'autant plus que la question du licenciement économique est au centre des ordonnances. S'il fallait jusqu'alors prendre en compte la situation de l'entreprise dans tous les pays où elle opère si c’est une multinationale, seule sa situation en France sera désormais considérée, ce qui laisse craindre, notamment à la CGT, la possibilité pour les patrons de réaliser des faillites organisées ou des montages complexes pour noircir le tableau des comptes des filiales françaises et ainsi licencier facilement.

De plus, en attaquant les accords de branches, le gouvernement Macron permettra au patron, dans les petites entreprises (moins de 50 employé.e.s), de discuter de tout ce qui ne relève pas de la branche avec ses employé.e.s, et ce sans la participation d’un.e délégué.e syndical.e. Un vote à la majorité suffira pour parapher un accord. Le dispositif n’en a pas le nom, mais il ressemble fortement à un référendum d’entreprise lancé à l’initiative de l’employeur. Les employé.e.s seront donc directement soumis.e.s à la pression de leur exploiteur. C'est un grave retour en arrière !

Sujet de dissension majeur lors de la loi travail portée par Myriam El Khomri en 2016, la hiérarchie des normes (sujets sur lesquels l’entreprise prime sur la branche et inversement) aura finalement été l’un des points les plus consensuels de la concertation !

Mailly, syndicaliste jaune ! Martinez doit préparer un vrai plan de bataille pour mettre en échec Macron

« Entre Laurent Berger et moi-même, le téléphone sonne. C'est l'autre grande nouveauté de cette réforme: il y a un dialogue intersyndical intense ». Mailly montre ici son vrai visage, loin de celui de militant de terrain pour qui il avait voulu se faire passer pendant le mouvement contre la loi travail. Adoubé « homme-clé de la réforme » par le magazine ultra-libéral Challenges1, cette ordure se félicite d'avoir négocié avec Pénicaud et Philippe. C'est ici une réelle réussite de Macron, d'avoir fait manger à la gamelle du « dialogue social » de telles raclures.

Pourtant, certains secteur du syndicat protestent vigoureusement contre cette attitude, notamment la Fédération Nationale des Transports et de la Logistique FO- UNCP qui maintient son appel à manifester le 12 septembre.2

La CGT et Solidaires semblent bien isolés dans le rapport de force qui s'annonce. Martinez se doit de mettre en place un plan d'action qui sorte d'une simple journée d'action. Le bilan de l’échec de la mobilisation contre la loi travail, avec des dates de mobilisations isolées, et le manque de lien entre les grèves locales et une mobilisation nationalle doit être fait. Nous ne nous faisons cependant pas d’illusion, ça ne peut être que sous la pression de milliers de travailleur/ses que la direction de la CGT pourra construire un tel mouvement.

Un front large doit se mettre en place pour faire reculer Macron qui s'appuie sur les deux sociaux-traîtres Mailly-Berger. Pour cela, nous devons informer et convaincre, sur nos lieux de travail et d'études, de l'attaque sans précédent qui nous attends, et à laquelle nous devons résister. Nous devons faire vivre les syndicats locaux, les construire, avec pour centralité d’action la lutte de classe. Là où c’est possible, nous devons construire les différents Front Sociaux (https://www.facebook.com/FrontSocialUni/) qui se développent. En effet, dans la situation politique actuelle, c’est un des seul outils pour construire un front unique large qui permettra de mobiliser des milliers de travailleur/ses, de chômeur/ses, d’étudiant.e.s, construisant ainsi la lutte de classe qui permettra de renverser le rapport de force. L’objectif est clair, seul une grève générale reconductible, bloquant l’économie du pays, pourra faire reculer le gouvernement, c’est dont bien cela que nous devons construire. Le chemin est long, mais c’est notre seul salut.

Le 12 septembre toutes et tous dans la rue, contre Macron et ses ordonnances !

1https://www.challenges.fr/reforme-code-travail/jean-claude-mailly-fo-l-homme-cle-de-la-reforme-du-code-du-travail-pour-macron_496048

2http://www.fo-transports.com/

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Retraites

Après le succès du 19 janvier, préparer la reconductible partout où c’est possible et imposer aux directions syndicales l’appel à la grève générale

La journée de grèves et de manifestations du 19 janvier a été un incontestable succès. Même le gouvernement a été obligé de le reconnaître. D’après les chiffres du ministère de l’Intérieur, les marches ont réuni 1,12 million de manifestant-e-s partout en France. L’intersyndicale annonce quant à elle 2 millions. Jamais, au cours des dernières décennies, une première journée de mobilisation n’avait réussi à réunir autant de monde. Les chiffres sont à la hauteur du mouvement contre la réforme des retraites de 2010, qui a culminé à 1,23 million de manifestant-e-s selon le ministère – mais c’était le sommet du mouvement, et non la première journée.
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Mobilisation au lycée pro

Participer à un mouvement global ne signifie pas renoncer à des revendications sectorielles : articuler la lutte des lycées professionnels et celle contre la réforme des retraites

Il arrive, par moments, qu’un évènement vienne saturer tout l’espace environnant par son ampleur comme c’est le cas d’un mouvement de masse. Dans ce cas, se pose souvent la même question pour des secteurs du monde du travail ou de la jeunesse déjà mobilisés sur des luttes sectorielles : faut-il se fondre dans un mouvement plus gros au risque d’invisibiliser ses propres revendications ? Cette question traverse actuellement le corps des enseignants et personnels des lycées professionnels mobilisés depuis la rentrée 2022 pour faire face à une nouvelle attaque majeure contre cette branche isolée de l’éducation nationale qui scolarise pourtant près d’un tiers des élèves du second degré. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Retraites

Imposer un mouvement de blocage de l’économie pour obliger le gouvernement à retirer sa contre-réforme des retraites

Oh surprise ! Les directions des grandes centrales syndicales ont attendu ce mardi 10 janvier 2023, jour d’annonce du plan de réforme des retraites du gouvernement, pour appeler à… une journée isolée de mobilisation le 19 janvier. Alors que le plan du gouvernement était clair, connu de toutes et tous : on savait que la réforme voulue par le gouvernement allait être désastreuse : report de l’âge de départ à 64 ans, avec une augmentation du nombre d’années de cotisations (passage à 43 ans de cotisations en 2027 au lieu de 2035 selon la contre-réforme Touraine de 2014). Et pourtant, les directions syndicales, dont la si grande unité contre ce projet de réforme est rare, a attendu pour, en plus, faire ce qui était malheureusement attendu : « le minimum syndical ». Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook