[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

"C’est la faute aux Gilets Jaunes !" entre autres sottises…

Par Frédérick-jean Pirana (14 décembre 2018)
Tweeter Facebook

Il est toujours bon de savoir parler des événements de la vie sociale pour obtenir la paix ou le discrédit de ses oppositionnel-le-s. La tuerie de Strasbourg est un effet d’aubaine pour le gouvernement qui a bon dos de rappeler qu’en France on est toujours confronté à la menace terroriste. Pas plus avant qu’après ce tragique événement…

Le week-end dernier, c’est le Téléthon qui faisait le bilan des donations de l’année : 63,9 millions d’euros de promesses. En 2017 c’était 75,6 millions. Il s’agit du chiffre le plus bas depuis 1998. Mais cela fait depuis l’édition de décembre 2007 que les dons diminuent (2006 a été le pic avec plus de 101 millions d’euros promis). Il y a certes un décrochage important cette année [1] mais la logique de la baisse n’a rien de nouveau. Pourtant, les médias et éditocrates relient ces baisses de promesses avec le mouvement des Gilets Jaunes. La faute aux vilains petits canards ! Ce qui est vrai pour le Téléthon est tout aussi vrai pour un grand nombre d’oeuvres caritatives, des campagnes d’associations, le sidaction, mais aussi le domaine culturel (le NPA aussi mène sa souscription https://npa2009.org/souscription si vous voulez donner un petit peu pour aider à défendre les idées anticapitalistes et révolutionnaires).

Les Gilets Jaunes tueurs et tueuses de la solidarité ? La semaine du 26 novembre, le journal de mi-journée de M6 (le « 1245 ») avait diffusé un reportage en fin d’émission traitant de la « baisse de générosité » des Français.es, anticipant un bilan à venir sur les baisses de dons. Comme premier facteur explicatif, le sujet mets  exergue la progression de la précarité. Pour être généreux, il faut en avoir les moyens. Deuxième facteur accroissant la conjoncture : la suppression de l’ISF. Ah on parle des gens qui ont les moyens et qui auront encore plus les moyens ? Oui oui ! Et on anticipe déjà qu’ils s’asbtiendront de donner comme les années précédentes ! Rappelons que ce type de dons permet une réduction de 66 % de la valeur de ces dons sur sa feuille d’impôts. La télé grand publique n’est pas avare de montrer les affrontements dans les rues de Paris ces derniers week-ends. On s’est cependant abstenu de trop développer sur « l’implication » ou « l’engagement » de ces rentiers capitalistes qui cessent de se la jouer Grands Princes. L’argent ruisselle chez ces avares, soit disant « prodigues » autrefois, ne feront plus rien (s’é)couler dans les musées, le spectacle vivant, la recherche médicale, la prévention, etc. Avec l’ISF le gouvernement a également tué le philanthrope, ou plutôt démontré qu’il s’agissait simplement d’un apparât, un rôle, pour racheter une conscience ou une moralité chez les exploiteurs. Nous n’y voyons plus que de vulgaires accumulateurs de capitaux à la recherche de moyens pour diminuer leurs impôts. Moyens devenus inutiles.

Ces œuvres culturelles, sociales, scientifiques, curatives, existent dans la vie sociale et les gens y tiennent tout naturellement. Leur existence ou leur continuité pourraient être pourtant menacées à terme, non par manque de « solidarité », mais par l’asphyxie que le système capitaliste leur tend : entre ses premiers de cordées qui n’ont pas de raison de donner, et les classes laborieuses qui ont de moins en moins de marges. Seule la réappropriation des moyens de production et des richesses orientée par une démocratie ouvrière pourra assurer le maintien, la continuité et l’abouttissement de ces combats.

Note

[1] Décrochage qui sera sans doute à pondérer. Les promesses de dons et les dons effectivement reçus ne coïncident pas totalement. Bien qu’ils suivent la même tendance et contrairement à un mauvais réflexe de pensée, les dons effectifs sont plus important que les promesses – du moins dans le cadre du Téléthon.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Destruction des libertés: Une mobilisation unitaire et vraiment massive est urgente !

Dans quel pays vit-on quand un ministre de l’intérieur (Castaner) cite Clémenceau (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=33594) comme modèle lors de la prise de fonction du nouveau préfet de police de Paris : « Didier Lallement, votre modèle est Georges Clemenceau, sa main n'a jamais tremblé ». Rappelons que Clémenceau a fait tuer des manifestants en 1907 et 1908. Son surnom était le « briseur de grèves ». Belle référence pour l’ex socialiste Castaner.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Du 8 au 19 mars, dix jours pour le printemps des peuples ?

Récapitulons le calendrier pour en saisir les potentialités : 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes. Samedi 9 mars, acte XVII du soulèvement Gilets Jaunes. Vendredi 15 mars, grève internationale pour le climat. Samedi 16 mars, journée internationale des solidarités et montée nationale des Gilets Jaunes à Paris. Mardi 19 mars, journée de grève interprofessionnelle. Ajoutons à cela les appels à soutenir les mobilisations du peuple algérien contre le 5ème mandat les dimanches. Avouons que c’est assez alléchant.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Sur la journée de mobilisation du 5 février à Dijon, entre espoir brisé et frustration.

7H30 : début de la journée. Le point de rendez-vous avait été fixé la veille devant le lycée Hyppollite Fontaine afin de le bloquer car une belle mobilisation des jeunes est toujours un bon moyen d’animer et de massifier une manifestation et parce qu’il ne faut surtout pas laisser les générations futures en dehors des mouvements politiques et sociaux Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook