[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

La hausse du chômage va se poursuivre en 2021

Par Gaston Lefranc ( 3 décembre 2020)
Tweeter Facebook

 Article initialement publié sur le site du NPA.

Deux indicateurs du chômage sont médiatisés : le taux de chômage au sens du BIT (Bureau international du travail), publié par l’Insee, et le nombre de chômeurEs inscrits à Pôle emploi. L’effet de la crise se voit désormais sur ces indicateurs.

Le taux de chômage au sens du BIT avait paradoxalement baissé à 7,1 % au deuxième trimestre, pendant le premier confinement, car les personnes n’ayant pas pu faire certaines démarches de recherche « active » étaient sorties de ces statistiques. Ce taux a explosé au troisième trimestre pour atteindre 9 % (+ 628 000 personnes en un trimestre). Avant le reconfinement de novembre, l’Insee prévoyait un taux de chômage de 9,7 % fin 2020. Il va rapidement dépasser le seuil fatidique de 10 %, et il est fort probable que le taux de chômage record de 10,8 % en 1994 sera dépassé en 2021. Le nombre d’inscrits à Pôle emploi (toutes catégories confondues) atteint quant à lui désormais 6,7 millions de personnes.

Destructions d’emplois à venir

Il y a toujours un décalage dans le temps entre la baisse de la production et la hausse du chômage, d’autant plus que l’ampleur du « chômage technique » a limité à court terme les destructions d’emplois. Alors que le « chômage technique » concernait encore 1,3 million de salariéEs en septembre, il a augmenté en octobre (1,6 million, près de 10 % des salariéEs du privé), avant même le second confinement. En novembre, il devrait concerner environ 4 millions de salariéEs. Mais beaucoup d’emplois seront détruits car la crise n’est pas un simple « mauvais moment à passer », mais la conséquence d’une suraccumulation de capital, amplifiée par le Covid. Malgré l’arrosage du patronat, le taux de profit reste très bas et l’endettement des entreprises est très élevé : les conditions d’une reprise ne sont absolument pas réunies, y compris quand l’épidémie aura pris fin. D’ailleurs, avant même l’annonce du second confinement, l’Insee avait prédit une croissance nulle pour le dernier trimestre 2020. Une éventuelle reprise ne sera possible que sur la base d’une destruction massive de capital, ce qui signifie notamment des destructions massives d’emplois et des baisses de salaires (direct et socialisé).

Exacerbation des inégalités

Selon les enquêtes de l’Insee auprès des patrons en octobre, environ un quart d’entre eux s’estiment en sureffectif au regard de leur niveau d’activité : cela laisse entrevoir des suppressions d’emplois massives, notamment dans la restauration, l’hébergement et les matériels de transport. Pour le moment, la plupart des suppressions d’emplois prennent la forme de non-renouvellement de CDD, de moindre recours à l’intérim, et de non-remplacement de départs à la retraite. Mais les plans sociaux (licenciements économiques de plus de 10 salariéEs dans les entreprises de plus de 50 salariéEs) prennent de l’ampleur même s’ils ne représentent pour l’heure qu’environ 10 % des suppressions d’emplois. Sur la période allant de début mars au 22 novembre 2020, 657 « plans de sauvegarde de l’emploi » (PSE) ont été initiés concernant environ 67 000 ruptures de contrats de travail, contre 27 000 sur la même période en 2019. En outre, depuis début mars, 4 900 procédures de licenciement collectif pour motif économique hors PSE ont été notifiées auprès des Direccte (directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Après avoir chuté pendant le premier confinement, les ruptures conventionnelles sont reparties en très forte hausse. En octobre 2020, 40 700 ruptures conventionnelles ont été homologuées par la Direccte, soit une hausse de 0,5 % en un mois et de 10,4 % sur un an.

Cette hausse du chômage concerne et concernera avant tout les jeunes, les salariéEs les moins qualifiés, en situation précaire (CDD, intérim), et les micro-­entrepreneurs. Il va donc frapper les travailleurEs les plus ­exploitéEs et exacerber les inégalités.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Economie

Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

À propos de la crise du bitcoin

Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook