[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Peillon et l’enseignement catholique : une posture de gauche pour une politique de droite

    Par Stéphane Andrieu (18 janvier 2013)
    Tweeter Facebook

    Article publié dans « Tout est à nous » du 17 janvier

    L’Église catholique, violemment opposée au projet de loi en faveur du mariage pour tous et toutes, a décidé d’utiliser les établissements d’enseignement privés pour imposer son point de vue aux 2 millions d'élèves sous son contrôle.

    Le 12 décembre dernier, Eric de Labarre, secrétaire général de l’enseignement catholique, a adressé aux 8300 chefs d’établissements catholiques, un courrier dans lequel il incite à prendre toutes les initiatives possibles, selon les rapports de force locaux, pour lutter contre le projet de loi. En novembre, selon des parents d’élèves, un prêtre a prononcé un violent réquisitoire contre le projet de loi dans le cadre d’un
    cours d’éducation civique obligatoire dans un lycée de Cannes.

    Peillon a demandé aux Recteurs de veiller à éviter tout dérapage homophobe… mais sans préciser par quels moyens. Puis il a choisi de lancer une polémique publique en déclarant qu’en « adressant une lettre aux chefs d'établissement, le secrétaire de l'enseignement catholique a commis une faute ». Pourquoi ? Pour faire oublier que, sur l’essentiel, la politique scolaire de Hollande-Peillon poursuit celle de Sarkozy-Chatel ? Pour se donner à peu de frais une allure d’homme « de gauche », au moment même où le gouvernement mène fondamentalement une politique de droite ?

    Peillon ne veut précisément pas toucher à la loi Debré de 1959 qui organise le financement des établissements privés sous contrat, catholiques à 90%, et autorise l’Église à y rappeler ses positions. « Très respectueux du caractère propre de l'enseignement catholique », il ne veut pas le priver de cette manne de près de 7 milliards d’euros par an, alors qu’il poursuit les mesures d’austérité étranglant l’école
    publique. Pas plus qu'il ne veut en finir avec concordat en Alsace-Moselle.

    Pour réduire l’influence idéologique réactionnaire de l’Église et libérer les jeunes, des écoles privés (bien souvent non croyants), il faut nationaliser, sans indemnité ni rachat et sous contrôle des personnels tous les établissements d’enseignement privés.

    Nous combattons pour un gouvernement qui oserait prendre ces mesures sans
    craindre les foudres des évêques, du MEDEF et tous ceux qui, sous couvert de
    défendre la liberté de conscience, protègent en réalité « la liberté » de l’Église et du
    patronat à endoctriner.

    Stéphane Andrieu et Raphaël Greggan

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Social

    Un gouvernement destructeur, même dans les crèches !

    Le gouvernement de Macron a une ligne politique claire : un des buts de sa politique néo-libérale est de détruire les services publics pour les ouvrir aux intérêts privés de quelques capitalistes. Après la destruction méthodique des transports publics ferroviaires, après la sélection généralisée à l’université, après la réforme Blanquer, les crèches sont, elles aussi, dans la ligne de mire.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Education

    Bloquer Blanquer, c’est maintenant !

    Les mobilisations contre les réformes Blanquer n’ont cessé de se développer depuis l’automne, touchant d’abord les lycées, avec les lycéen.ne.s en première ligne, puis les profs, un peu plus tard les écoles primaires, entraînant les parents d’élèves, faisant parfois la jonction avec les gilets jaunes. Elles ont pris des formes diverses : motions en CA, tractage à destination des parents et de la population, 20/20, boycott des journées de formation à la réforme, journées de grève, grèves reconductibles,…

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Education

    "L’école de la confiance" selon Blanquer : une école de la soumission

    Ce lundi 11 février a débuté l’examen à l’Assemblée de la loi Blanquer « sur l’école de la confiance ». Très critiquée pour son article 1, c’est en réalité la loi dans son entier qui représente une attaque frontale contre l’éducation, avec au menu : mise au pas des enseignant-es, suppression de l’évaluation indépendante de l’école, mise en place d’une école du socle, réforme territoriale, refonte de la formation des enseignant-es… 

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook