[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Peillon et l’enseignement catholique : une posture de gauche pour une politique de droite

Par Stéphane Andrieu (18 janvier 2013)
Tweeter Facebook

Article publié dans « Tout est à nous » du 17 janvier

L’Église catholique, violemment opposée au projet de loi en faveur du mariage pour tous et toutes, a décidé d’utiliser les établissements d’enseignement privés pour imposer son point de vue aux 2 millions d'élèves sous son contrôle.

Le 12 décembre dernier, Eric de Labarre, secrétaire général de l’enseignement catholique, a adressé aux 8300 chefs d’établissements catholiques, un courrier dans lequel il incite à prendre toutes les initiatives possibles, selon les rapports de force locaux, pour lutter contre le projet de loi. En novembre, selon des parents d’élèves, un prêtre a prononcé un violent réquisitoire contre le projet de loi dans le cadre d’un
cours d’éducation civique obligatoire dans un lycée de Cannes.

Peillon a demandé aux Recteurs de veiller à éviter tout dérapage homophobe… mais sans préciser par quels moyens. Puis il a choisi de lancer une polémique publique en déclarant qu’en « adressant une lettre aux chefs d'établissement, le secrétaire de l'enseignement catholique a commis une faute ». Pourquoi ? Pour faire oublier que, sur l’essentiel, la politique scolaire de Hollande-Peillon poursuit celle de Sarkozy-Chatel ? Pour se donner à peu de frais une allure d’homme « de gauche », au moment même où le gouvernement mène fondamentalement une politique de droite ?

Peillon ne veut précisément pas toucher à la loi Debré de 1959 qui organise le financement des établissements privés sous contrat, catholiques à 90%, et autorise l’Église à y rappeler ses positions. « Très respectueux du caractère propre de l'enseignement catholique », il ne veut pas le priver de cette manne de près de 7 milliards d’euros par an, alors qu’il poursuit les mesures d’austérité étranglant l’école
publique. Pas plus qu'il ne veut en finir avec concordat en Alsace-Moselle.

Pour réduire l’influence idéologique réactionnaire de l’Église et libérer les jeunes, des écoles privés (bien souvent non croyants), il faut nationaliser, sans indemnité ni rachat et sous contrôle des personnels tous les établissements d’enseignement privés.

Nous combattons pour un gouvernement qui oserait prendre ces mesures sans
craindre les foudres des évêques, du MEDEF et tous ceux qui, sous couvert de
défendre la liberté de conscience, protègent en réalité « la liberté » de l’Église et du
patronat à endoctriner.

Stéphane Andrieu et Raphaël Greggan

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Débats

10 thèses sur la religion et contre l’islamophobie

1) Le besoin de croyances existe depuis les débuts de l’humanité, avant les religions instituées.
2) Les religions en tant qu’institutions et idéologies sont des produits sociaux et historiques œuvrant à la reproduction de l'ordre social.
3) « La religion est à la fois expression de la misère et protestation contre cette misère »
4) Notre priorité est de mener la guerre contre le capital, non de déclarer la guerre aux croyances.
5) Dans les pays dominés, la montée de courants politiques se revendiquant de l'islam exprime souvent une réaction à l’hégémonie coloniale.
6) Dans les pays impérialistes comme la France, la montée de l'islam se situe dans un contexte de crise du mouvement ouvrier, qui s'est révélé incapable d'intégrer les revendications des populations non blanches à son combat.
7) L'islam est aussi, de fait, la religion des prolétaires les plus opprimé·e·s, issus de la colonisation française et du pillage des pays dominés, victimes de la surexploitation, du racisme et de discriminations de toutes sortes.
8) Les femmes voilées ont toute leur place dans les organisations ouvrières et féministes.
9) Nous sommes en première ligne pour lutter contre l'islamophobie d'État et l’instrumentalisation du féminisme.
10) Des actions et des campagnes communes de nature démocratique ou anti-impérialiste, sont possibles avec des organisations se revendiquant de l'islam. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Touche pas à ma ZEP

Montée nationale « Touche pas ma ZEP » : la lutte continue !

Ce jeudi 19 janvier a eu lieu la première montée nationale à Paris du mouvement « Touche pas ma ZEP ». Suite à plusieurs journées d’action réussies depuis le 29 septembre 2016, ce mois de janvier avait été marqué par une série de grèves reconductibles dans les établissements les plus combatifs. La manifestation de jeudi après-midi à Paris a réuni plus de 500 manifestant-e-s, confirmant la dynamique d’extension du mouvement. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Éducation

Réussite du stage Sud Éduc’ « pédagogies alternatives et syndicalisme » !

Ces jeudi 12 et vendredi 13 janvier avait lieu à la Maison des Syndicats de Créteil une formation syndicale organisée par Sud Éducation sur le thème : « pédagogies alternatives et syndicalisme ». Dans une atmosphère conviviale et militante, elle a réuni plus de 200 personnes, traduisant une montée en puissance de ce stage organisé depuis déjà plusieurs années. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook