[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un important appel de structures oppositionnelles de la CGT à une rencontre nationale à la veilledu 49e congrès confédéral

Par (15 septembre 2009)
Tweeter Facebook

Nous publions ici le très important appel de représentants de différentes structures syndicales de la CGT à une rencontre nationale de militants oppositionnels de la CGT le 24 octobre. Il faut tout faire pour assurer le succès de cette rencontre et pour que, contrairement à bien des initiatives comparables précédentes, les organisateurs et les participants aillent jusqu’au bout de leur logique, en jetant enfin les bases d’une opposition nationale organisée au sein de la CGT.

Les signataires appellent les militants CGT des Unions locales, Unions professionnelles, Unions départementales et fédérations à :

une rencontre nationale
le SAMEDI 24 OCTOBRE à PARIS à 13 heures

afin :

  1. de poursuivre la réflexion et d’élargir les actions entreprises jusqu’à présent pour développer la convergence des luttes et renforcer le syndicalisme de classe et de masse,
  2. d’engager, notamment à l’occasion du 49e Congrès de la CGT, un débat approfondi et démocratique sur les orientations de la Confédération et sur la nécessité de construire et de mettre en œuvre, ensemble, une véritable stratégie de lutte opposée à celle appliquée dans le cadre de l’orientation du syndicalisme rassemblé par la Direction Confédérale qui s’est traduite par une succession d’échecs patents pour les travailleurs (droit du travail, salaires, RTT, RSA, retraites, régimes spéciaux, protection sociale, services publics, répression de l’action syndicale…).

    Les signataires de cet appel proposent une rencontre qui permettra de s’interroger sur l’avenir du syndicalisme de classe et de tenter de peser sur les décisions du 49e Congrès de la CGT.

    Aujourd’hui la crise du système capitaliste va engendrer, pour la seule année 2009, 600 000 à 800 000 suppressions d’emplois et licenciements en France, avec son corollaire de paupérisation accrue des travailleurs pendant qu’en face, le Capital affiche une opulente richesse.

Face à la plus grave crise du capitalisme depuis les années 1920, la seule réponse ne peut pas être des journées d’actions nationales tous les 2, 3 ou 4 mois, en total décalage avec la réalité des enjeux et la souffrance des travailleurs.

Il est capital d’impulser de véritables perspectives d’actions nationales qui permettent de construire le rapport de force nécessaire à la convergence des luttes et de concrétiser le « Tous ensemble ! », en même temps, dans la grève générale.

La Direction Confédérale n’ignore pas que la mobilisation, pour être efficace, nécessite une autre orientation que celle du syndicalisme dit rassemblé. Sa stratégie actuelle est de s’adapter, comme le fait la Confédération Européenne des Syndicats, au système capitaliste au lieu de le combattre réellement. Pour ce faire, la Direction Confédérale voudrait liquider l’identité de classe de la CGT qui a fait sa force et son histoire.

C’est pourquoi des militants et des syndicats refusant cette dérive sont traînés devant la justice par la bureaucratie syndicale ou font l’objet de pressions (UL Douai, syndicats Forclum, Région NPC, la CGT Dalkia….).

Le rapport de la Commission « ad hoc » prolonge cette offensive en proposant de restructurer la CGT avec la remise en cause des syndicats d’entreprises, des prérogatives des UL et du nombre de Fédérations. L’objectif est clair : centraliser pour contrôler toujours davantage.

Seules les luttes déterminées des travailleurs avec un syndicat de classe permettront le succès de leurs revendications et la construction d’une société émancipatrice débarrassée du capitalisme.

Texte élaboré par les représentants de différentes structures syndicales. Si votre structure se reconnaît dans ce texte, faites le savoir en renvoyant votre accord aux adresses suivantes : et

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Destruction des libertés: Une mobilisation unitaire et vraiment massive est urgente !

Dans quel pays vit-on quand un ministre de l’intérieur (Castaner) cite Clémenceau (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=33594) comme modèle lors de la prise de fonction du nouveau préfet de police de Paris : « Didier Lallement, votre modèle est Georges Clemenceau, sa main n'a jamais tremblé ». Rappelons que Clémenceau a fait tuer des manifestants en 1907 et 1908. Son surnom était le « briseur de grèves ». Belle référence pour l’ex socialiste Castaner.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Sur la journée de mobilisation du 5 février à Dijon, entre espoir brisé et frustration.

7H30 : début de la journée. Le point de rendez-vous avait été fixé la veille devant le lycée Hyppollite Fontaine afin de le bloquer car une belle mobilisation des jeunes est toujours un bon moyen d’animer et de massifier une manifestation et parce qu’il ne faut surtout pas laisser les générations futures en dehors des mouvements politiques et sociaux Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Mobilisation

Gilets jaunes et syndicats : après les manifestations du 5 février, il faut un appel clair des directions syndicales à la grève générale et au blocage de l’économie

Les manifestations du 5 février étaient appelées par la CGT et Solidaires, plus timidement et localement par FO et la FSU. Elles étaient aussi appelées par la coordination des AG de gilets jaunes de Commercy et par des figures du mouvement (Eric Drouet, François Boulo, etc.). Une vraie convergence s'est opérée dans les cortèges qui regroupaient syndiqués et gilets jaunes indifféremment. C'est très positif. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook