[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Lundi 22 juin - Journée cruciale pour la Grèce : Non à un accord avec la Troïka ! Rupture anticapitaliste avec l’UE !

Par Gaston Lefranc (22 juin 2015)
Tweeter Facebook

Sous la pression des institutions européennes, le gouvernement grec fait de nouvelles de concessions en vue d'obtenir un accord au sommet européen extraordinaire d'aujourd'hui.

Le discours de Varoufakis du 18 juin a été mis en ligne :

http://geopolis.francetvinfo.fr/grece-nous-sommes-proches-de-limpasse-explique-yannis-varoufakis-66269

Il a confirmé les concessions déjà actées sur la fin des retraites anticipées, l'élargissement du programme de privatisations, la libéralisation de plusieurs marchés de produits et services, l'introduction de l'évaluation au « mérite » dans la fonction publique, la « suppression des obstacles bureaucratiques pour le business ». Autrement dit, le gouvernement s'est déjà engagé à renoncer à mettre en œuvre son programme anti-austérité, et à prendre de nouvelles mesures contre les travailleurs/ses.

Mais comme cela ne suffit toujours, Varoufakis a fait une nouvelle proposition : mettre en place un « conseil fiscal » qui supervise le budget de l’État. Autrement dit, il s'agit qu'un organe indépendant mette sous tutelle le gouvernement et veille à ce que le gouvernement ne s'éloigne pas de sa feuille de route austéritaire.

Et le gouvernement grec a transmis dimanche une nouvelle proposition (dont le contenu est encore secret) intégrant probablement de nouvelles concessions. Les bourses ont célébré cette « bonne nouvelle » par des hausses spectaculaires (+7% à Athènes ce lundi matin).

Le gouvernement grec refuse d'envisager tout plan B, et se trouve aujourd'hui en position d'extrême faiblesse. Il a permis aux riches grecs de mettre leur argent à l'abri, fragilisant le système bancaire et le mettant plus que jamais à la merci de la BCE. En dépit de la propagande gouvernementale contre toute rupture avec l'UE et l'euro, une majorité d'électeurs et électrices de Syriza (et évidemment de ceux et celles du KKE ou d'Antarsya) préfèrent une rupture avec l'euro qu'un accord avec la Troïka qui comporterait de nouvelles mesures d'austérité : http://greece.greekreporter.com/2015/06/16/poll-7-in-10-greeks-want-the-euro-at-any-cost/

Dimanche soir à Athènes, environ 10 000 manifestants étaient majoritairement sur cette ligne du refus d'un nouvel accord scélérat avec la Troïka et beaucoup prônaient la sortie de l'euro. Nos camarades d'Antarsya (http://antarsya.gr/node/3110) mettent à juste titre en avant les mots d'ordre suivant :

  • rupture immédiate des négociations avec la Troïka

  • pas un euro pour le FMI et l'UE, annulation de la dette

  • nationalisation sous contrôle ouvrier des banques et des grandes entreprises

  • sortie de la zone euro et de l'UE

Les heures qui viennent sont cruciales, et la mobilisation populaire prend de l'ampleur pour imposer la rupture avec la Troïka. Il n'y a pas de rupture possible avec l'austérité en Grèce sans rupture immédiate avec l'UE. Tous ceux qui à l'extrême gauche esquivent cette question se complaisent dans un anticapitalisme et un révolutionnarisme abstrait. Il faut mettre fin immédiatement au chantage de la BCE, et réquisitionner la banque centrale grecque pour émettre une nouvelle monnaie. Cette nouvelle monnaie devra être inconvertible (avec les autres monnaies) pour la mettre à l'abri des pressions des marchés financiers. Il est hors de question que les riches grecs qui ont fait sortir leurs euros du système bancaire grec puissent voir leur richesse décupler en profitant de la dévaluation d'une nouvelle monnaie grecque. C'est pourquoi la rupture avec l'euro doit se faire dans une logique anticapitaliste de rupture avec la pression des marchés mondiaux et de socialisation de l'appareil productif pour permettre au pays de ne pas s'effondrer. Ces premières mesures ne sont pas une solution magique, mais elles permettraient à la Grèce d'engager un processus de rupture avec l'ordre capitaliste qu'il faudrait tout faire pour étendre à d'autres pays.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook