[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Pourquoi il ne faut pas rater les rencontres anticapitalistes à Naix-aux-Forges et la "Rando-active" à Bure ?

Le 6 juin 2016, la tendance Claire du NPA participera à la marche des "200 000 pas" pour la mobilisation contre l'enfouissement des déchets nucléaires à Bure. Cette initiative s'accompagnera les 3 et 4 juin de rencontres anticapitalistes qui se dérouleront à Naix-aux-Forges. L'organisation de tables de presse, ateliers et débats sera l'occasion d'échanger sur les stratégies à mettre en œuvre pour en finir avec ce projet de poubelle nucléaire mais aussi pour en finir avec les autres projets dictés par les intérêts capitalistes.

Parce que les camarades de la Meuse sont particulièrement fort-es pour créer une convivialité militante énergisante, les liens que nous créerons ou renforcerons seront autant de remparts et de points d'appui pour :

Préserver l'environnement des dégâts que causent le nucléaire ici, maintenant et pour toujours !

Les défenseurs de cette industrie nous vendent cette énergie comme plus "propre" que d'autres et sûre mais les faits nous montrent l'inverse. Cette industrie est d'autant moins sûre qu'elle se fait sous le régime capitaliste et quelque soit la bonne volonté de certains "scientifiques", le bénéfice-risque en matière de santé et d'environnement se heurtera toujours au bénéfice-risque en matière d'investissement et donc à la limitation des coûts au détriment de la sécurité.

Par dessus le marché, le plutonium utilisé cesse d'être dangereux au bout de 200 000 ans aucun support matériel ne permet d'assurer la transmission de l'information sur la nature des déchets qui seront enterrés à Bure. Laisser ce projet se réaliser, c'est transmettre une bombe à retardement aux générations futures !

Construire une force politique pour en finir avec un système capitaliste à bout de souffle mais qui nous pompe l'air !

La mise en place à marche forcée de la loi Travail et l'adoption de la loi sur le secret des affaires montrent que le système capitaliste est à un tel point en crise que ses sbires sont prêts à faire tomber le masque démocratique de l'Etat capitaliste. Cet Etat tente de légitimer et accroître l'exploitation de l'environnement et des travailleurs-euses. Les gouvernements successifs et leur Etat parlent de coût du travail comme si les travailleurs et les travailleuses étaient des assisté-es mais ils n'hésistent pas à assister les capitalistes grâce à des perfusions plus ou moins directes d'argent public :

  • en mettant à leurs dispositions ses forces de répression pour essayer d'endiguer les mobilisations : de la loi Travail à l'aéroport de Notre Dame des Landes en passant par celle de Bure, champ d'expérimentation pour des moyens de surveillance high tech
  • en subventionnant leurs entreprises entre autres par des dispositifs au caractère écologique douteux
  • en permettant à EDF de s'endetter pour verser des dividendes aux actionnaires. Notons au passage que l'Etat avait obligé EDF à reprendre AREVA alors que cette entreprise avait subit d'énormes pertes du fait notamment de l'échec du projet EPR en Finlande ou justement du provisionnement pour l'enfouissement de déchets radioactifs CIGEO. L'industrie nucléaire est maintenu artificiellement en vie : il faut la débrancher !

Il est temps que ces aberrations cessent ! Ne ratons pas l'occasion de créer des liens pour construire un autre modèle de production d'énergie pour une autre société, ne ratons pas l'occasion de créer des liens pour que vive la révolution communiste !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Ecologie

Les jeunes, plus chauds que le climat: Échos de l’AG inter-facs de Jussieu

La COP 24 a donné à voir, jusque dans les médias dominants, la légitime révolte de la jeunesse mondiale face à la crise écologique – révolte incarnée notamment par la lycéenne Greta Thunberg. En France, les organisations d’écologie radicale connaissent un afflux de jeunes travailleurEs, d’étudiantEs et de lycéenEs. Cet afflux fait suite à l’expérience des « Marches pour le climat », qui ont attiré des dizaines de milliers de personnes, notamment des jeunes, conduisant nombre d’entre eux à ressentir le besoin d’une critique radicale du capitalisme.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook