[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Le site de Bure est occupé ! #OccupyLaMeuse

Par (20 juin 2016)
Tweeter Facebook

Depuis hier, des militant-e-s occupent le site de Bure où le pouvoir veut enfouir des déchets nucléaires. La résistance s'organise avec des riverain-e-s et des militant-e-s.

Face au risque d'être délogé-e-s par la police, ils et elles lancent un appel à les rejoindre massivement.

Après Notre-Dame-des-Landes, Bure doit devenir le centre des luttes contre les grands projets inutiles imposés et contre le capitalisme.

Nous relayons ici des informations actualisées :

JOURNEE DU 19 JUIN: MANIF PIC NIK DANS LA FORET DE MANDRES

  • 11H: Une soixantaine de personnes sont en marche depuis Bure en direction de Mandres, accompagnées de 3 tracteurs en tête! Les flics tournent, sans mettre de pression, attention quand même aux contrôles routiers. Départ prévus à 12h depuis Mandres vers le bois.
  • 12H: On est 200 personnes à Mandres, habitant.e.s, assos, toutes les composantes sont présentes et de nombreuses personnes qui ont fait le déplacement de plus loin. Cortège colloré (le noir est aussi une couleur), oiseaux masqués, tracteurs en ouverture et fermeture de la marche qui s’apprètent a partir pour le pic-nik en foret;). Pas de pression policière pour l’instant.
  • 13H05: Le cortège est devant le bois, aucune présence polière, seulement des vigiles stressés. La barrière posée depuis peu a l’aurée du bois vient de sautée, et la manif scande « on veut pic niquer dans la forêt », pendant que les (déjà nombreuses) clotures en cours d’installation commencent à être cisaillées.
  • 13H45: C’est la folie!! le cortege entoure la plateforme, dans laquelle sont retranchés une dizaine de vigiles. TOUTES les grilles tombent, se tordent au sol, les plot en béton partent en éclat, les barbelés sont cisellés, sous les slogans de « ANDRA DEGAGE SABOTAGE ET AFFOUAGES », que les habitants de mandre ont coutume d’exercer historiquement sur ce bois. Une tentative de contenir les vigiles dans un rond de barbelés les font s’écarter du groupe de 250 personnes maintenant. Le pik nik peut commencer.
  • 15H30: Les flics ont rendu visite, précisant qu’ils n’interviendraient pas tant qu’il n’y auras pas de violences physiques adressées aux vigiles, mais ont quand même ordonner aux vigiles de s’en aller! Pendant ce temps là, dans les bois, plusieurs ateliers se montent: une centaine de personne s’affaire a se réaproprier la plateforme, une autre cinquantaine prend de temps de démonter toutes les clotures du bois, et d’autres se balladent. Le pic nique est et sera interminable.
  • 15H45: Nouvel atelier barricade à l’entrée de la forêt, avec de nombreux habitants, à partir du démontage général. Les clotures continuent d’être assallie
  • 17H30: TOUT L’APRES MIDI UN PREAU / PRESIDIO S’EST CONSTRUIT SUR L’EMPLACEMENT DE LA PLATEFORME, ON RESTE LA!!!
  • 17H45: UN APPEL A OCCUPATION EST LANCE , BESOIN DE MONDE A VENIR SOUTENIR, RISQUE D’EXPULSION
  • 19H20: besoin de relais pour soutenir l’occupation en cours, surveillance rapprochée des flic en hélico
  • 20H30 : Seuls 5 flics sont postés avant l’entrée du bois près de la grande antenne en vennant de Mandre, toujours possible de passer. On finit la charpente du presidio, l’apero débute et bientôt se lance une discussion générale.

Appel de VMC : #EtéDurgence!! début d’occupation et mise à sac du chantier à Bure, appel à soutien!!

Voir aussi, dans la presse :

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Ecologie

Les jeunes, plus chauds que le climat: Échos de l’AG inter-facs de Jussieu

La COP 24 a donné à voir, jusque dans les médias dominants, la légitime révolte de la jeunesse mondiale face à la crise écologique – révolte incarnée notamment par la lycéenne Greta Thunberg. En France, les organisations d’écologie radicale connaissent un afflux de jeunes travailleurEs, d’étudiantEs et de lycéenEs. Cet afflux fait suite à l’expérience des « Marches pour le climat », qui ont attiré des dizaines de milliers de personnes, notamment des jeunes, conduisant nombre d’entre eux à ressentir le besoin d’une critique radicale du capitalisme.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook