[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Aubry, une amie des travailleurs ? Elle ne demande pas le retrait de la loi travail

    Khomri

    Brève publiée le 7 mars 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (afp) 

    Martine Aubry, maire de Lille, n'a pas demandé lundi soir le retrait du projet de loi El Khomri mais veut "beaucoup" de modifications, a-t-elle indiqué après une réunion au siège du Parti socialiste à Paris.

    Interrogée par la presse à sa sortie sur le fait de savoir si elle demandait le retrait du projet de loi, qu'elle a qualifié d'"extrêmement dangereux", Mme Aubry a répondu "non". Mais "il y a beaucoup, beaucoup de choses à modifier, on ne peut pas se contenter de trois petites modifications", a-t-elle ajouté, après avoir présenté "beaucoup de propositions" au Bureau national, l'instance dirigeante du parti, qui s'est réunie en présence de la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

    "Qu'on se donne encore un peu de temps", a plaidé l'ancienne secrétaire, qui mise notamment sur le travail parlementaire. "Que nous retravaillions pour faire que ce projet de loi soit un vrai projet moderne qui, à la fois, améliore la compétitivité des entreprises et crée de nouvelles protections pour les salariés", ce qui était "l'idée initiale", a demandé celle qui a récemment publié une tribune au vitriol contre le gouvernement.

    Actuellement "la réforme du code du travail est une réforme qui n'améliore ni la compétitivité des entreprises, ni qui accroît la protection des salariés. Elle est extrêmement dangereuse, notamment sur le droit de licenciement", selon Mme Aubry.

    "Mettons le paquet sur la formation, sur la recherche, sur l'innovation. Il faut que les salariés se sentent bien dans l'entreprise si l'on souhaite qu'ils y soient attachés et qu'ils améliorent encore leur compétitivité", a-t-elle estimé.