[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Kurdistan syrien: Violents combats avec les jihadistes

    international Syrie

    Brève publiée le 21 août 2014

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.actukurde.fr/actualites/677/kurdistan-syrien-violents-combats-avec-les-jihadistes.html

    Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) qui attaquent depuis 19 août la région kurde de Jazaa, sur la frontière avec l'Irak, avec des armes lourdes, auraient subi de lourdes pertes face aux combattants kurdes. Les jihadistes tentent de fermer le corridor humanitaire ouvert pour les yézidis qui étaient bloqués dans les montagnes de Sinjar.  

    Selon les Unités de Défense du Peuple (YPG), armée kurde constituée de femmes et d'hommes, les jihadistes de l'EI recevant des renforts depuis notamment la ville syrienne de Deir ez-Zor  ont lancé une vaste attaque contre les zones frontalières de Jazaa, Bagara, Hamadan, Zarga et Ardjé.

    La ville de Jazaa avait été libérée en février 2014 par les YPG, après une opération contre l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), le front Al-Nosra et le groupe Ahrar al-Cham.

    140 JIHADISTES TUES

    Des combats intenses se déroulent depuis 19 août dans ces zones stratégiques, où l'avancée jihadistes a été stoppée devant résistance des Kurdes syriens.

    Au moins 140 jihadistes de l'Etat Islamique (EI) ont été tués entre les 19 et 21 août, selon un bilan publié par le centre de la presse des YPG. Quinze combattants kurdes ont entre perdu la vie, ajoute le communiqué du centre de la presse.

    Les YPG affirment que ces jihadistes, ennemis de l'humanité, veulent fermer le corridor humanitaire ouvert par des combattants kurdes après la prise de la ville de Sinjar, au Kurdistan irakien, par des jihadistes, le 3 août.  

    Deux cent mille personnes ont été sauvées via ce corridor de sécurité ouvert par les YPG et les combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), alors que dans la plaine de Sinjar des massacres sauvages ont été commis par l'EI.  

    LES ATTAQUES JIHADISTES VOUEES A L'ECHEC

    "Ces bandes armées n'ont toujours pas atteint leur objectif et ont subit de lourdes pertes. Leurs attaques sont vouées à l'échec face à la résistance légendaire de nos combattants" souligne le communiqué.

    Les gouvernements occidentaux parlent aujourd'hui, notamment après la chute de Mossoul, le 10 juin,  de la barbarie de ces ennemis de l'humanité, alors que l'Etat islamique en Irak et au Levant commettait sans cesse leurs crimes sauvages depuis leur apparition en Syrie, en visant surtout les Kurdes avec le soutien des pays étrangers, notamment la Turquie.

    LORSQUE CETTE ARME EST RETOURNEE CONTRE L'OCCIDENT...

    "Lorsque cette arme est retournée contre eux, ils (les occidentaux) ont pris conscience de l'ampleur des menaces" a déclaré le commandant général des YPG, Sipan Hamo, dans une interview accordée à l'agence de presse Firat News.

    "Nous avons combattu avec toute notre force cette organisation barbare et sauvage et nous continuons à la combattre" a-t-il ajouté  

    Les kurdes syriens ont toujours été un véritable rempart contre les jihadistes qui ont subit des nombreuses défaites successives depuis plus deux ans face aux YPG, épaulés par le PKK qui a une expérience forte de 30 ans contre le régime d'Ankara.  

     Les YPG ont repris fin juillet plusieurs collines autour de Kobani (Aïn al-Arab en arabe) aux mains des jihadistes qui utilisaient des armes lourdes dont des obus, chars et missiles thermiques américains, transportés depuis l’Irak.  Une fois les attaques ont été brisées après trois semaines de combats intensifs dans la région de Kobani, les YPG avaient lancé le 22 juillet des opérations d'envergure pour  éliminer les forces d'assaut de l'EIIL afin de les empêcher de se réorganiser.

    - See more at: