[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Soutien à la population des îles Ryukyus! A bas l’impérialisme américain et le colonialisme japonais !

Le 19 juin dernier, dans tout l'archipel de Ryukyu (que les colonialistes japonais nomment Okinawa) 50 000 manifestants se sont rassemblés à Futenma contre la présence américaine sur leur sol. Présence qui dure depuis 1945. 

Ils protestent contre plusieurs choses. La première est tout d'abord le stationnement sur l'archipel de près de 50 000 soldats américains, soit la plus forte concentration militaire américaine de l'État japonais. Ces soldats, bénéficiant d'une grande impunité, se comportent comme tout soudard impérialiste: viols, violence diverses, humiliation quotidienne. De plus, dans le cadre de la reconduction de l'ANPO - le traité militaire nippo-americain - la base militaire située à Futenma sera déménagée dans la province d'Henoko. Ce transfert de base est une catastrophe, qui permettra de raser plusieurs dizaines d'hectares de jungle, à peine reconstituée depuis la grande boucherie que fut la bataille d'Okinawa en 1945, mais permet d'ores et déjà l'expulsion et la destruction de villages pour certains millénaires. L'armée américaine peut compter sur ses larbins de la police japonaise pour faire le sale boulot. Face à eux, et ce depuis plusieurs années déjà, les résistances populaires ne faiblissent pas. Les expulsions sont depuis des mois bloquées en raison de la mobilisation populaire, les travaux sont depuis plusieurs mois au point mort. La colère monte, et à raison. Cette contestation massive n'a en réalité jamais faibli depuis 1945, mais ces dernières années, on a pu constater qu'il y a eu une montée spectaculaire de la contestation avec pour point d'orgue le blocage de la base américaine de Futenma par les manifestants en 2012 (avec près de 100 000 manifestants pour une ville d'à peine 150 000 habitants).

On rappellera que Okinawa était restée sous contrôle américain total de la fin de la guerre jusqu'en 1972, que c'est de ces bases que partirent les B-52 qui bombardèrent le Vietnam, que les fuites d'agent orange sur le territoire de Ryukyu furent également une catastrophe écologique. De son côté l’État japonais, n'a jamais rien apporté de bon à ces îles, assimilation forcée des populations, destructions culturelles, après presque 130 ans de colonialisme, une répression linguistique et culturelle toujours présente, et sur le territoire métropolitain des discrimination raciales systématiques. Les prolétaires des îles Ryukyus n'ont rien à attendre d'un État colonial et raciste, leur libération ne dépendra que d'eux/elles-mêmes.

La présence militaire américaine au Japon et globalement en Asie du Sud, n'a qu'un seul objectif, maintenir la mainmise américaine sur la région tandis que de nouveaux impérialismes émergent comme la Chine ou la Russie. C'est dans cette dynamique que l'on peut comprendre le durcissement de l'Etat sud-coréen, la révision constitutionnelle japonaise permettant une résurgence progressive des vieux démons fascistes. Et, de l'autre côté, de la tentative d’écrasement économique et politique de Taiwan et entre autre le développement de l'armée en Chine.

Dans ce jeu de la tension permanente, les impérialistes américains peuvent compter sur la bourgeoisie japonaise. Le durcissement progressif du régime depuis l'élection en 2012 de Shinzo Abe annoncent d'ores et déjà l'abandon des oripeaux démocratiques de ce régime mafieux. Pour eux d'ailleurs, les îles Ryukyus ne sont qu'une colonie sacrifiable ne rentrant de toute façon pas dans leur vision d'un "Grand Japon", qui alimente le racisme colonial des masses métropolitaines. Celles-ci devraient pourtant, si elles ne veulent pas finir dans le prochain charnier impérialiste, défendre les mêmes perspectives que les habitants des îles Ryukyus. 

Vive l'indépendance des Îles Ryukyus! À bas l'Empereur et sa monarchie! À bas l'impérialisme! Vive la république sociale du Japon!

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook