[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

A bas l’acharnement judiciaire qui touche notre camarade Kosta ! Non à cette justice de classe !

Communiqué du Secrétariat national jeunes du NPA

Kosta T., étudiant en sciences politiques, a milité à nos côtés dans le cadre du mouvement contre la loi Travail. Suite à la grande manifestation du 14 juin, la justice s’est abattue sur lui : il a été accusé d’avoir lancé des projectiles sur des policiers. Kosta a toujours nié les faits qui lui sont reprochés et le 15 novembre, le tribunal de Paris l’a jugé non coupable. En effet, le dossier d’accusation était vide de tout élément à charge et la confusion régnait autant dans le procès-verbal des policiers que dans les déclarations de ces derniers. Malgré tout, le procureur de la République a décidé de faire appel. La date du jugement en appel n’est pas encore fixée.

Cet acharnement judiciaire fait planer une épée de Damoclès au-dessus de notre camarade, afin de l’empêcher comme tant d’autres au cours du mouvement de faire valoir leur expression politique. Dès lors, comment étudier sereinement ? Les procès politiques se multiplient depuis l’automne, et celui de Kosta en est symbolique. Le système judiciaire révèle son véritable visage : il s’agit de faire regretter aux militant·es du mouvement social leur engagement contre la loi Travail et son monde. Le système judiciaire, derrière son apparente neutralité, défend en réalité les intérêts de la classe capitaliste.

Cette justice cible par ailleurs en particulier les personnes non blanches, les femmes et les jeunes. Ainsi, la justice raciste s’en prend aux personnes non blanches et aux habitant·es des quartiers populaires, pour les intimider et leur faire passer l’envie de lutter, comme dans le cas de Youssouf et Bagui Traoré et tout récemment dans le cas de Théo. Pour la libération de Jacqueline Sauvage, il a fallu attendre l’amnistie présidentielle, parce que la justice sexiste s’est acharnée sur elle, comme elle ferme trop souvent les yeux sur les violences sexistes en général.

Nous demandons l’abandon immédiat des poursuites judiciaires contre Kosta et l’arrêt de l’acharnement judiciaire contre les militant·es du mouvement social, les jeunes, les femmes et les personnes non-blanches.

À bas l’acharnement judiciaire !
Non à cette justice de classe, raciste, et sexiste !
Pas de justice, pas de paix !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Gilets jaunes

Après la violence du 1er mai, se préparer à faire face

Les comptes rendus, les articles, les témoignages, les publications sur les réseaux sociaux ou encore les vidéos et les photos de la manifestation parisienne du 1er mai mettent tous en évidence une chose : le gouvernement Macron, et particulièrement le Ministère de l’Intérieur avec Castaner aux commandes a fait le choix très clair de détruire par la force la plus brutale tout mouvement de contestation.  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Destruction des libertés: Une mobilisation unitaire et vraiment massive est urgente !

Dans quel pays vit-on quand un ministre de l’intérieur (Castaner) cite Clémenceau (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=33594) comme modèle lors de la prise de fonction du nouveau préfet de police de Paris : « Didier Lallement, votre modèle est Georges Clemenceau, sa main n'a jamais tremblé ». Rappelons que Clémenceau a fait tuer des manifestants en 1907 et 1908. Son surnom était le « briseur de grèves ». Belle référence pour l’ex socialiste Castaner.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Loi "anti-casseurs" ou loi anti-opposant.e.s politiques ?


Des milliers arrestations « préventives » et des garde-à-vue le plus souvent parfaitement arbitraires (comme le prouve le fait qu’il y ait plus de 5000 gardes à vue pour à peine plus de 250 personnes poursuivies après) ; des consignes données par le pouvoir pour garder à vue y compris les personnes manifestement innocentes de toute infraction et pour traîner en justice un maximum de gardés à vue sous les prétextes les plus futiles Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook