[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

A bas l’acharnement judiciaire qui touche notre camarade Kosta ! Non à cette justice de classe !

Communiqué du Secrétariat national jeunes du NPA

Kosta T., étudiant en sciences politiques, a milité à nos côtés dans le cadre du mouvement contre la loi Travail. Suite à la grande manifestation du 14 juin, la justice s’est abattue sur lui : il a été accusé d’avoir lancé des projectiles sur des policiers. Kosta a toujours nié les faits qui lui sont reprochés et le 15 novembre, le tribunal de Paris l’a jugé non coupable. En effet, le dossier d’accusation était vide de tout élément à charge et la confusion régnait autant dans le procès-verbal des policiers que dans les déclarations de ces derniers. Malgré tout, le procureur de la République a décidé de faire appel. La date du jugement en appel n’est pas encore fixée.

Cet acharnement judiciaire fait planer une épée de Damoclès au-dessus de notre camarade, afin de l’empêcher comme tant d’autres au cours du mouvement de faire valoir leur expression politique. Dès lors, comment étudier sereinement ? Les procès politiques se multiplient depuis l’automne, et celui de Kosta en est symbolique. Le système judiciaire révèle son véritable visage : il s’agit de faire regretter aux militant·es du mouvement social leur engagement contre la loi Travail et son monde. Le système judiciaire, derrière son apparente neutralité, défend en réalité les intérêts de la classe capitaliste.

Cette justice cible par ailleurs en particulier les personnes non blanches, les femmes et les jeunes. Ainsi, la justice raciste s’en prend aux personnes non blanches et aux habitant·es des quartiers populaires, pour les intimider et leur faire passer l’envie de lutter, comme dans le cas de Youssouf et Bagui Traoré et tout récemment dans le cas de Théo. Pour la libération de Jacqueline Sauvage, il a fallu attendre l’amnistie présidentielle, parce que la justice sexiste s’est acharnée sur elle, comme elle ferme trop souvent les yeux sur les violences sexistes en général.

Nous demandons l’abandon immédiat des poursuites judiciaires contre Kosta et l’arrêt de l’acharnement judiciaire contre les militant·es du mouvement social, les jeunes, les femmes et les personnes non-blanches.

À bas l’acharnement judiciaire !
Non à cette justice de classe, raciste, et sexiste !
Pas de justice, pas de paix !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Répression

Garde-à-vue prolongée pour les occupant-e-s du lycée Arago Toujours plus loin dans la répression ! Jusqu’à quand les directions syndicales vont-elles accepter l’inacceptable ?

Mardi 22 avril après la manifestation, une centaine de personnes ont occupé pacifiquement le lycée Arago à Paris. En fin d'après midi, les flics sont intervenus violemment et ont arrêté l'ensemble des occupant-e-s. Les manifestant-e-s arrêté-e-s ont ensuite attendu plus de 4 heures dans des bus, dans le noir, sans pouvoir manger ou boire, sans pouvoir aller aux toilettes. C'est illégal. Au bout de 4h, ils auraient du être relâchés ou mis en garde-à-vue. Mais les flics se croient désormais tout permis. Ils rigolaient à l'extérieur. Certain-e-s ont été extrait-e-s hors des bus pour être parqués dehors, contraint-e-s d'uriner par terre. Traité-e-s comme des chiens.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Énorme meeting interpro à Tolbiac mercredi 11 avril ! Tous ensemble contre la répression et pour la grève générale !

La répression s'accentue contre les étudiant-e-s en lutte : À Nanterre lundi 9 avril, les flics sont intervenus pour empêcher les étudiant-e-s de se réunir. Ils ont frappé des étudiant-e-s pacifiques et procédé à plusieurs arrestations. La riposte a été à la hauteur : une AG massive a voté le blocage de l'université mardi 10 avril. Les personnels de l'université ont dénoncé avec force ces violences inacceptables. Le président de Nanterre doit aujourd'hui être démissionné au plus vite.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook