[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Elections générales au Royaume-Uni - Theresa May perd sa majorité absolue : elle doit dégager !

Par Gaston Lefranc (11 juin 2017)
Tweeter Facebook

La plupart des sondages prédisaient une large victoire des conservateurs, malgré une forte remontée des travaillistes ces dernières semaines. Mais le résultat des élections vient infliger une défaite surprise à Theresa May, première ministre anglaise. Quand elle a convoqué des élections anticipées il y a moins deux mois, les sondages donnaient plus de 20 points d’avance aux conservateurs, et un raz-de-marée au parlement. May était si sure d’élargir sa courte majorité absolue (330 sièges sur 650) qu’elle s’était engagée à partir si elle perdait le moindre siège.

Comme nous l’expliquions il y a quelques jours (http://tendanceclaire.org/article.php?id=1213), la publication du manifeste du parti travailliste a changé la donne : en promettant de rompre avec le social-libéralisme de Blair, de redistribuer les richesses, de nationaliser quelques entreprises, de développer les services publics, et d’en finir avec les guerres extérieures « agressives », Corbyn a suscité de l’espoir, et même un véritable engouement, notamment chez les jeunes. Tous les éditocrates prédisaient (ou plutôt espéraient) une défaite cuisante pour le Labour, car Corbyn était censé effrayer le bon peuple par son programme « crypto-marxiste ». Mais la propagande haineuse des principaux médias de la bourgeoisie n’a pas réussi à tuer dans l’œuf la dynamique autour de Corbyn. La participation est la plus importante depuis 2001 : les jeunes notamment se sont massivement déplacés pour voter Labour. Alors que la droite du parti travailliste a saboté la campagne, le Labour  obtient 40%, son meilleur score depuis 2001 : Corbyn fait donc mieux que Blair en 2005 (35,2%), Brown en 2010 (29%), et Miliband en 2015 (30,5%). Il parvient à faire perdre à May sa majorité absolue. Les conservateurs profitent de la déconvenue des nationalistes écossais pour limiter la casse, en gagnant 12 sièges en Ecosse.

Le UKIP (parti anti-Union européenne) s’effondre. Mais cela n’exprime pas un soudain regain d’amour pour l’Union européenne. En effet, les libéraux démocrates, parti pro-UE, réalise un piètre score (7,4%), bien loin de ses scores de 2010 (23%) et 2005 (22%). La question du Brexit n’a pas été centrale lors de ces élections. Heureusement pour Corbyn d’ailleurs, car sa position contre le Brexit avait heurté de front l’électorat le plus populaire du Labour. Outre les questions de sécurité (la campagne a été marquée par deux attaques terroristes), ce sont les questions sociales qui ont été centrale, polarisant l’électorat entre les deux grands partis

Theresa May n’a pas eu la décence de respecter son engagement, c’est-à-dire de démissionner. Il faut dire que la bourgeoisie n’a pas de solution de rechange idéale. Les milieux d’affaire ont accueilli le résultat des élections avec fébrilité. La livre sterling s’est dépréciée de 2% par rapport au dollar à l’annonce des résultats. Avec l’aide des 10 députés du DUP (parti unioniste d’Irlande du Nord, qui représente une droite dure, raciste, homophobe et anti-avortement), May a annoncé son intention de former une coalition tout juste majoritaire au parlement (328 députés sur 650). May est donc prête à s’allier à la droite extrême pour tenter de se maintenir au pouvoir à tout prix. May est donc considérablement fragilisée, et des cadres de son parti ont exigé sa démission ; à défaut, ils ont obtenu le départ de ses deux directeurs de cabinet. Le quotidien populaire pro-conservateur « The Sun » a titré : « Elle est cuite », estimant que May ne pourra tenir au plus que quelques mois.

Corbyn a appelé à la démission de May. C’est très juste. Sur fond de crise politique, c’est désormais le moment de développer une vaste mobilisation populaire pour la démission de May, et pour l’arrêt de toutes les attaques anti-sociales. Samedi 10 juin, des centaines de personnes se sont réunies à Londres devant le parlement à l’appel de fronts rassemblant la gauche du Labour et l’extrême gauche (Stand Up To Racism (SUTR), People's Assembly, the Stop the War Coalition). D’autres rassemblements ont eu lieu, notamment à Brighton, Cardiff, Birmingham, Bristol and Portsmouth.

Ces attaques ne pourront cesser que si la classe travailleuse dégage les capitalistes, qu’ils soient conservateurs ou non. Les communistes révolutionnaires doivent donc continuer à défendre cette perspective dans le mouvement, qui nécessitera d’aller plus loin dans la rupture que ce que veut Corbyn.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Royaume-Uni

Brexit : Corbyn cède aux pressions de la bourgeoisie et demande un nouveau référendum

Corbyn a fini par céder aux pressions de la droite du Labour : il demande qu'un nouveau référendum soit organisé avec deux alternatives : soit le Brexit négocié par Theresa May, soit le maintien dans l'UE (Remain). Et il indique clairement qu'il défendra le « Remain ». Cette capitulation gravissime, qui aura de lourdes conséquences, est malheureusement saluée (!) par une partie (très minoritaire) de l'extrême gauche, en l'occurrence le groupe « Socialist Résistance » lié à la IV Internationale (ex Secrétariat unifié).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Elections Legislatives RU

Royaume-Uni: La percée spectaculaire de Corbyn déjoue tous les pronostics. Pour le vote Labour ! Pour dégager les conservateurs !

Les élections législatives du 8 juin semblaient pliées : Les Conservateurs devaient triompher, le Labour de Corbyn devait se diriger vers une défaite historique, ouvrant la voie à une reprise en main du Labour par les sociaux-libéraux blairistes. Mais rien ne se passe comme prévu, et les élections du 8 juin pourraient déboucher sur une victoire inattendu des travaillistes, qui déstabiliserait la bourgeoisie britannique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Royaume-Uni

Soutien aux travailleurs/se-s et aux organisations anticapitalistes anglaises qui militent pour le Brexit !

Ce jeudi 23 juin, le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE s’annonce très serré. La dynamique en faveur du Brexit était très forte, mais elle a été brisée, voire inversée, par l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox (pro-UE) par un fasciste anglais. Pourquoi un référendum aujourd'hui ? Parce que Cameron, pour gagner des voix et maintenir l'unité du parti conservateur, l'avait promis lors des législatives de 2015.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Tribune libre

Émeutes en Angleterre ou quand le capitalisme s’indigne devant sa propre décomposition

La vague d'émeutes qui a enflammé les banlieues anglaises pendant 4 jours a déclenché la réponse habituelle de la bourgeoisie à ce genre de situation. Coté pile, une féroce répression policière, coté face, un concert d'indignation contre ce qui ne pourrait être qu'une violence absurde, dénuée de tout fondement et de toute légitimité. Tel un architecte qui s'obstinerait à expliquer l'effondrement de sa maison par la méchanceté des éléments, le gouvernement conservateur et libéral-démocrate, ainsi que l'opposition travailliste, voudrait nous faire croire qu'il n'y a ici que des voyous, des « chavs » sans foi ni loi, de la racaille comme on dit chez nous. Pour nous, communistes révolutionnaires, si la maison s'écroule c'est par ce que le bois est pourri. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook