[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Ce que l’expulsion de la ZAD de Bure veut dire.

Par Tristan Daul (22 février 2018)
Tweeter Facebook

Malgré l'éboulement d'une galerie souterraine profonde de 490 mètres ayant tué un ouvrier au travail1, l'ANDRA continue de présenter le site comme sûr et idéal pour en faire une poubelle nucléaire. Le projet Cigéo apparaît donc comme un énième Grand Projet Inutile méprisant pour les habitant.e.s des environs de la zone.

Pratiquant un arrosage important des communes proches par la construction de nouvelles salles des fêtes ou de nouveaux terrains sportifs, l'ANDRA s'est implantée dans la région avec l'objectif de convaincre par tous les moyens les municipalités et les habitant.e.s de la nécessité de son projet d'enfouissement de 80.000m3 de déchets radioactifs.

Mépris pour les habitant.e.s de ce département parmi les moins densément peuplé du « territoire français » et frappé durement par le chômage (13,91 % contre 9,6 % au niveau national2). Mépris donc pour ces habitant.e.s de seconde zone aux yeux de l'industrie nucléaire, que l'on peut sacrifier au prix d'un chantier colossal, au prix d'un centre de traitement ultra moderne protégé par des kilomètres de barbelés et des vigiles agissant comme des milices privées, équipés entre autre de gants plombés et de matraques télescopiques.

Mais le mépris ne peut durer qu'un temps. Malgré un réalité sociale particulièrement difficile, les solidarités se sont construites dans les petit.e.s villes et villages : des solidarités de résistance à ce projet nuisible, des solidarités concrètes autour de la Maison de la Résistance qui a permis de créer un espace autogéré « sur zone » où les pratiques et expériences militantes s'échangent au fil des rencontres et des manifestations, des solidarités concrètes et qui se veulent constructives, notamment depuis le premier Camp VMC où, pendant 3 jours, des dizaines d'ateliers, de conférences, d'assemblée générales et de fêtes se sont tenues sous des chapiteaux, alimentés en électricité par des éoliennes et en nourriture par les cantines auto-gérées comme celle de Notre-Dame-Des-Landes. Des moments, des lieux où se croisent des militant.e.s aguerri.e.s et des novices, des « citoyennistes » et des révolutionnaires, des habitant.e.s et des « touristes ».

Bure est devenue une nouvelle Zone A Défendre, non pas au même titre que les autres, mais plutôt comme une nouvelle proposition, une nouvelle tentative d'arracher à l’État et au lobby du nucléaire un espace de lutte radicale, et aux expérimentations diverses et concrètes. L'occupation du Bois Lejuc depuis 2016 a marqué un tournant dans la lutte contre l'ANDRA et la société Cigéo. Occuper illégalement le terrain constructible, c'est signifier physiquement son refus du projet. Occuper illégalement le terrain, cela veux dire habiter sur place, par toutes saisons, dans des constructions certes précaires, mais surtout ouvertes sur un horizon des possibles.

Cependant, l'occupation illégale est un affront dans le pays des droits de l'homme où la Constitution rappelle que « la propriété est un droit sacré et inviolable ». Dès lors, le propriétaire, en l'occurrence l' État, fait appel à son bras armé. Les Gardes Mobiles, les CRS, la Police Municipale ne cessent de circuler dans la zone, dans les villages alentours, dans les périphéries. Nous l'avons dit plus haut, l'ANDRA avait fait appel à des milices privées, appuyées par la police, pour protéger le bon déroulement du défrichage, illégal, de la forêt en vue des travaux3.

Pourtant, malgré la répression, malgré le fichage des militant.e.s et les arrestations nombreuses, malgré aussi la présence policière quotidienne, le combat s'est étendu, entre le renversement du mur « protégeant » les travaux4 durant l'été 2016 et les manifestations dont certaines ont connu une répression importante5 .

Aujourd'hui, le gouvernement Macron expulse donc militant.e.s, présent.e.s pour certain.e.s depuis 2016 tout en entrant en force dans la Maison de la Résistance. Un coup de filet en somme, un message adressé à tou.te.s, et particulièrement à celles et ceux qui pensaient l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes comme une victoire totale.

Car si l'abandon du projet d'aéroport est en soit une immense victoire, le gouvernement Macron a prévenu : en mars, il faudra déloger tou.te.s les occupant.e.s installé.e.s illégalement. C'est à dire par la force si ceux/celles-ci n'en prennent pas l'initiative. Dès lors, l'opération menée aujourd'hui à Bure est un avertissement autant qu'une démonstration de force de la part de Macron et son gouvernement pour qui l'abandon de l'aéroport importe autant que l'anéantissement des mouvements contestataires « hors cadre ». Mais la débauche des moyens utilisés aujourd'hui pour déloger quelques dizaines de militants appelle une autre démonstration de force, celle de la mobilisation.

Une mobilisation qui sera forte de la capacité des occupant.e.s expulsé.e.s et des comités de soutien crées tout autour de la zone, dans les villages et dans d'autres régions, à s'organiser politiquement pour faire face à cette machine infernale. Une mobilisation qui sera forte de la détermination du mouvement anti-nucléaire et sa capacité potentiellement largement mobilisatrice.

Une mobilisation qui sera forte de l’engagement et la détermination du NPA et des militant.e.s anticapitalistes et révolutionnaires qui luttent contre le projet mortifère de l'ANDRA 6.

Au delà du cas particulier de Bure, nous devons absolument militer pour la sortie du nucléaire, dès maintenant, et imposer le remplacement de l'utilisation de l'énergie nucléaire par une énergie propre, produite sous contrôle des travailleurs/euses comme le propose le NPA avec son programme de sortie du nucléaire en 10 ans7.

Soutient total aux militant.e.s arrêté.e.s, pourchassé.e.s, réprimé.e.s à Bure !

Contre l'ANDRA et son projet meurtrier d'enfouissement de déchets nucléaires !

Pour la sortie du nucléaire et de toutes les énergies fossiles, pour un anticapitalisme antiproductiviste et écologique !

1https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/meuse/bure/eboulement-bure-un-mort-913493.html

2https://www.insee.fr/fr/statistiques/1405599?geo=DEP-55

3https://vmc.camp/2016/07/21/a-mandres-landra-emploie-une-milice-de-mercenaires-armes-avec-la-benediction-de-la-gendarmerie/

4https://reporterre.net/A-Bure-cet-ete-une-importante-victoire-du-mouvement-antinucleaire

5http://www.liberation.fr/france/2017/08/18/manifestation-a-bure-mon-pied-a-ete-dechiquete_1590628

6https://vmc.camp/2016/08/01/landra-est-condamnee-par-le-tgi-de-bar-le-duc/

7https://npa2009.org/agir/ecologie/sortir-du-nucleaire-en-moins-de-10-ans

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Ecologie

Sur la réunion publique à Cazères (31) contre l’enfouissement des déchets nucléaires de Bure

Mercredi 6 Juin avait lieu en Haute Garonne à Cazères sur Garonne, une réunion contre l'enfouissement des déchets nucléaires à longue vie de Bure. Organisée par le Café des idées, Cazères Ethique, le Collectif Bure 31 et quelques camarades du NPA dont moi même, elle a permis à une quinzaine de personnes d'échanger sur ce grand projet néfaste et imposé, sur les luttes se développant contre, et, bien que trop peu, sur les alternatives au nucléaire et sur les moyens d'en sortir.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Informations

Pluie de convocations à Bure

En septembre dernier le juge d’instruction de Bar-le-Duc a supervisé une série de perquisitions opérées le 20 septembre 2017 dans le cadre d’une commission rogatoire suite aux dégradations commises à l’Hôtel- restaurant du site de l’Andra à Bure durant la semaine d’action de juin 2017. Dans ce cadre, des enquêteurs de la Section de Recherche criminelle de la gendarmerie de Nancy mènent une enquête poussée qui s’étend plus largement aux événements antérieurs de l’été 2016, des 23 et 30 janvier 2017, du 18 février 2017, de mai 2017, de juin 2017, du 14 juillet 2017 et du 15 août 2017 et sans doute davantage. Depuis janvier 2017, les convocations en audition libre ou les citations à comparaître au tribunal se succèdent aléatoirement. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Écologie

Sortir du nucléaire en moins de 10 ans : oui c’est possible !

Nous partageons ici le scénario de sortie du nucléaire en 10 ans défendu par le NPA, basé d'une part sur un plan d'économies d'énergie (chauffage, pertes en ligne, industrie, publicité...), d'autre part sur un développement massif des énergies renouvelables (solaire photovoltaïque, éoliennes, géothermie, cogénération...). Les solutions existent, à condition de rompre avec le système capitaliste qui ne répond qu'à la logique du profit.

Télécharger en pdf Tweeter Facebook