[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre Macron: un point d’appui pour amplifier la mobilisation

La manifestation du 5 mai à Paris est un succès : il y avait plus de monde que le premier mai. La France insoumise annonce 160 000 manifestants, la police 40 000, et les médias capitalistes 38 900. On notera que ces chiens de garde annoncent des chiffres encore plus bas que ceux de la police, et ils s'abritent pour cela derrière l'expertise d'une officine « indépendante » qui prétend compter à l'unité près les manifestant.e.s.

Il y avait plus de monde que le 23 septembre dernier (manif appelée par la France insoumise) où la police avait annoncé 30 000 manifestant.e.s. Les journaflics n'ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent, mais cela ne les a pas empêché de faire leurs choux gras de la vitre brisée d'un véhicule de Radio France et d'un flic légèrement blessé. La manifestation était joyeuse et certains cortèges étaient dynamiques, comme celui des jeunes qui scandaient régulièrement des slogans anticapitalistes. On notait la présence importante et visible de la CGT, malgré le refus lamentable de Martinez d'appeler à cette manifestation. Le cortège du PCF était très petit et la manifestation était logiquement dominée par les sympathisant.e.s de la France insoumise. Il y avait un cortège de tête, avec un petit noyau d'une centaine d'autonomes scandant des slogans ridicules du type « les insoumis, c'est dégueulasse ». Nous avons de nombreux désaccords avec ce mouvement et en particulier avec Jean-Luc Mélenchon1, mais s'adresser aux manifestant.e.s qui ont confiance dans la France insoumise de cette façon, c’est tout sauf constructif.

Cette manifestation est importante dans la situation politique car elle exprime une large contestation de la politique de Macron. Ces dernières semaines, le gouvernement a marqué des points. Il a pu réprimer de façon inédite le mouvement étudiant en raison de son isolement. Les organisations du mouvement ouvrier (notamment les directions syndicales) portent une lourde responsabilité en ayant refusé de protéger les étudiant.e.s. On pourra d'ailleurs noter que le gouvernement n'a pas osé évacuer les universités occupées (Marseille, Toulouse) quand des secteurs salariés avaient indiqué qu'ils répondraient fortement (les dockers à Marseille, les cheminots à Toulouse). Le mouvement cheminot tient bon, les taux de grève restent importants, mais il n'y a pas de « débordement » du cadre démobilisateur fixé par les bureaucraties syndicales. Il y a donc un risque d'enlisement, et donc la nécessité d'un dépassement du cadre de la grève perlée. En cela, même si la manifestation de ce 5 mai est un point d’appui, la démarche de la FI ne permet pas d’aller vers une victoire du mouvement. En effet, au même titre que les directions syndicales, les dirigeant.e.s de la France Insoumise ne proposent pas de politique qui permette la construction d’une grève générale permettant de faire reculer le gouvernement. Ils et elles pensent construire une opposition institutionnelle au gouvernement actuel pour préparer à plus long terme le terrain électoral. La nécessité est à la défaite du gouvernement, et cela impose un mobilisation d’ampleur conduisant à une grève générale bloquant le pays, et c’est à cette tâche là que nous invitons les sympathisant.e.s de la FI !

Le climat a commencé à changer la veille de la manifestation du 5 mai. Contre toute attente (du moins pour les médias capitalistes qui tous avaient pris leurs désirs pour la future réalité), les salariés d'Air France ont voté majoritairement NON au référendum patronal, ce qui a poussé le PDG à la démission. La manifestation du 5 mai montre qu'il y a une disponibilité au combat et nous devons la transformer en combat massif contre le gouvernement et son monde.

L'enjeu principal des jours qui viennent est de rompre l'isolement des cheminot.e.s et des étudiant.e.s et d'entraîner d'autres secteurs dans la lutte, pour faire basculer la situation. Nous devons tout faire pour que la journée de grève des fonctionnaires du 22 mai soit réussie. Nous déplorons que cette date tombe (comme par hasard...) en dehors des dates de grève perlée à la SNCF. Malgré cela, nous devons chercher à faire du 22 mai une date de convergence interprofessionnelle avec les cheminots, les étudiant.es, etc.

Nous nous félicitons du vaste front commun politico-syndical qui se dessine en vue d'une grande journée de manifestation du 26 mai. Nous devons bien sur construire ces échéances dans nos milieux, mais nous devons aussi expliquer qu'il faudra bloquer le pays pour mettre en échec Macron. Le 26 mai, on manifeste par centaines de milliers, et le lendemain on continue ! Nous disons clairement : directions syndicales, appelez à la grève reconductible interprofessionnelle à partir de lundi 28 mai ! Appuyons nous sur les immenses manifestations du 26 mai pour démarrer un grand mouvement de grève interprofessionnelle !

1Voir par exemple notre brochure réalisée à l’occasion de la campagne de 2017 : https://tendanceclaire.org/article.php?id=1175

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Destruction des libertés: Une mobilisation unitaire et vraiment massive est urgente !

Dans quel pays vit-on quand un ministre de l’intérieur (Castaner) cite Clémenceau (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=33594) comme modèle lors de la prise de fonction du nouveau préfet de police de Paris : « Didier Lallement, votre modèle est Georges Clemenceau, sa main n'a jamais tremblé ». Rappelons que Clémenceau a fait tuer des manifestants en 1907 et 1908. Son surnom était le « briseur de grèves ». Belle référence pour l’ex socialiste Castaner.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Du 8 au 19 mars, dix jours pour le printemps des peuples ?

Récapitulons le calendrier pour en saisir les potentialités : 8 mars, journée de lutte internationale pour les droits des femmes. Samedi 9 mars, acte XVII du soulèvement Gilets Jaunes. Vendredi 15 mars, grève internationale pour le climat. Samedi 16 mars, journée internationale des solidarités et montée nationale des Gilets Jaunes à Paris. Mardi 19 mars, journée de grève interprofessionnelle. Ajoutons à cela les appels à soutenir les mobilisations du peuple algérien contre le 5ème mandat les dimanches. Avouons que c’est assez alléchant.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Sur la journée de mobilisation du 5 février à Dijon, entre espoir brisé et frustration.

7H30 : début de la journée. Le point de rendez-vous avait été fixé la veille devant le lycée Hyppollite Fontaine afin de le bloquer car une belle mobilisation des jeunes est toujours un bon moyen d’animer et de massifier une manifestation et parce qu’il ne faut surtout pas laisser les générations futures en dehors des mouvements politiques et sociaux Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Mobilisation

Gilets jaunes et syndicats : après les manifestations du 5 février, il faut un appel clair des directions syndicales à la grève générale et au blocage de l’économie

Les manifestations du 5 février étaient appelées par la CGT et Solidaires, plus timidement et localement par FO et la FSU. Elles étaient aussi appelées par la coordination des AG de gilets jaunes de Commercy et par des figures du mouvement (Eric Drouet, François Boulo, etc.). Une vraie convergence s'est opérée dans les cortèges qui regroupaient syndiqués et gilets jaunes indifféremment. C'est très positif. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook