[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Carhaix : un comité d’accueil dynamique contre la venue de Gérard Collomb

Par (22 juin 2018)
Tweeter Facebook

Article écrit par un camarade de la TC et publié dans l'Anticapitaliste 

https://npa2009.org/actualite/politique/carhaix-un-comite-daccueil-dynamique-contre-la-venue-de-gerard-collomb

Nous étions une soixantaine, jeudi 14 juin, à vouloir exprimer notre rejet de la politique répressive mise en œuvre par Gérard Collomb. Les rassemblements à l’initiative du Collectif des Monts d’Arrée et du NPA se sont rejoints vers 10 heures et ont donné lieu à une réussite en matière de dynamisme.

Nous nous sommes dirigés vers la gendarmerie et avons été bloqués. Nous avons ensuite défilé dans le centre ville car l’important était aussi de montrer au reste de la population que des personnes étaient prêtes à s’organiser contre les politiques du gouvernement. Nous en avons profité pour crier quelques slogans devant la permanence de Richard Ferrand puis pour nous lier au cortège des retraitéEs en scandant « Plus hautes les pensions, à bas la répression ».

InterpelléEs, libéréEs, nasséEs

Lors de notre deuxième tentative de rejoindre la gendarmerie, dix d’entre nous ont entrepris de contourner le dispositif et cinq se sont fait arrêter dans l’hôpital de Carhaix. Après un petit debriefing, nous avons entrepris d’aller déjeuner près du lieu où ils étaient retenus pour les soutenir moralement au son du classique mais efficace « Libérez nos camarades ».

Hasard de la situation et élément appuyant le potentiel d’action d’un mouvement implanté dans la population, une connaissance a proposé à la trentaine de militantEs restants de nous montrer un passage pour les rejoindre dans l’hôpital. Surpris par notre arrivée, les gendarmes ont eu un moment de désorganisation qui a permis aux cinq interpellés de se dégager. Mais après diverses péripéties, les gendarmes ont fini par nasser tout le monde.

La diversité de notre groupe a donné lieu encore une fois à un beau moment de vie : pendant que certainEs organisaient le pique-nique, d’autres égrénaient des noms de victimes de violences policières ou les conséquences d’utilisation d’armes comme la GLI-F4 sur la Zad. Une autre n’a pas hésité à interpeller individuellement chaque gendarme sur les conditions d’accueil des migrantEs et la situation de l’Aquarius, en soulignant le rôle joué par les force de « l’ordre ». 

Au tour de Macron

Nous avons finalement été tous et toutes relâchés mais en ayant fait une erreur : nous avons laissé les gendarmes s’infiltrer dans le groupe et ils ont réussi à attraper un d’entre nous. Après un contrôle d’identité au motif d’avoir camouflé son visage, il a finalement été relâché.

La presse locale, qui était dans la nasse avec nous, a publié un article exagérant un peu sur les provocations à l’encontre des gendarmes mais factuellement bienveillant et relayant l’indignation de notre camarade Matthieu Guillemot : « Au lendemain de la déclaration de Macron sur les aides sociales qui coûtent "un pognon de dingue", je pose la question de savoir à combien s’élève la note de l’État pour le déplacement ministériel. Entre l’hélicoptère, tous ces gendarmes mobiles mobilisés, les camions, etc. » 

Bref, un succès. Nous attendons avec impatience la visite de Macron cette semaine.

Correspondant 

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Migrant-e-s

Toulouse : "Aucun être humain n’est illégal"

"Aucun être humain n'est illégal" c'est le mot d'ordre des quelques 300 manifestants qui ont défilé à Toulouse à l'appel du Collectif solidarité migrant.e.s 31. La manifestation, partie de la place Arnaud Bernard, a rejoint la préfecture de Haute-Garonne et demandé la fin du "dublinage", cette règle qui permet aux pays européens de renvoyer vers le premier d'accueil les migrant.e.s. Les slogans "c'est pas les sans papiers qu'il faut virer, c'est le capitalisme et l'état policier", "de l'air, ouvrons les frontières" ont ponctué notre marche déterminée et souligné notre solidarité sans faille face à la stratégie de division de l'Etat. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Édito

De Calais à Stalingrad, de Beaumont-sur-Oise en Paca : le tour de France du racisme et de l’impunité

Indignation, dégoût et mépris. Voilà ce que l'on peut retenir de cette semaine pendant laquelle le gouvernement de « monsieur 4% » continue sa sale besogne. Face a la surenchère sécuritaire étalée lors des primaires de la droite, les copinages FN-LR anti-migrants ou encore la continuation des manifs de flics réclamant toujours un permis de tuer (malgré une nouvel assassinat), l’État s'est inscrit dans la continuité de sa politique sécuritaire, évacuant le campement de Stalingrad après avoir détruit la « jungle » de Calais. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Edito

CETA, Calais: le capitalisme signifie liberté de circulation pour les capitaux, pas pour les migrant-e-s

Sans la Wallonie, le CETA (traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada) serait passé dans la discrétion médiatique comme une lettre à la poste. La philosophie de ce traité est la même que tous les traités précédents : libérer les entraves à la libre circulation des marchandises et des capitaux afin d'exercer une pression maximale sur les droits sociaux et les salaires des travailleurs/ses. Ces traités sont une arme de destruction massive des acquis sociaux, et les négociations sont menées directement au niveau de l'UE (pour plus d'efficacité et de discrétion...) avec la complicité des gouvernements nationaux.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook