[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    La Sécurité sociale gère notre « salaire socialisé », non un « salaire différé » (courriel d’une lectrice)

    Suite à notre article sur les exonérations de cotisations patronales dans le précédent numéro, nous avons reçu un courriel très pertinent d’une lectrice, que nous publions avec la réponse que l’auteur de l’article lui a adressée.

    Courriel de la lectrice

    Chers camarades,

    Lisant le sommaire de ce numéro, je vois que vous appelez « salaire différé » (appellation PT/FO) le salaire « socialisé » (notion Bernard Friot). Ce n’est pas une nuance, c’est une conception tout à fait différente. Les cotisations sociales d’un salarié ne se mettent pas au réfrigérateur d’où on les lui sortirait quand il arriverait à l’âge de la retraite (ça ce serait un salaire « différé »). Ce sont les actifs d’aujourd’hui qui paient pour les retraités d’aujourd’hui selon un barème défini politiquement, c’est un salaire « socialisé ».

    Au moment où il va falloir mener une bataille sérieuse contre gouvernement, partis « de gauche » et syndicats réunis, et si possible la gagner, aucune approximation ne restera sans effet.

    Cordialement.
    F.

    Réponse de G. L.

    Chère camarade,

    Merci pour ton message. Je suis l’auteur de ce bref article... et je suis tout à fait d’accord avec toi ! L’expression « salaire différé » est trompeuse, pour les raisons que tu indiques, et l’expression « salaire socialisé » est bien plus claire.

    Dans l’article, nous précisions que « le salaire direct va directement dans la poche du salarié, alors que le salaire indirect (ou différé [Aïe...]) est mutualisé sous forme de prestations sociales », exprimant donc bien que le salaire indirect est socialisé, mutualisé immédiatement, et bien sûr « pas stocké »...

    Mais tu as raison d’insister sur cette erreur de vocabulaire.

    Fraternellement,
    G. L.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Théorie

    Intégrer la "garantie économique générale" (Lordon) ou le "salaire à vie" (Friot) à notre programme communiste

    Notre parti n’est pas à la pointe de la discussion sur le projet communiste, c’est le moins qu’on puisse dire ! Les discussions ont lieu en dehors du parti, autour des idées de Lordon et de Friot. Notamment sur la défense d’un statut qui permettrait à chacun·e de bénéficier d’un « salaire à vie » ou d’une « garantie économique générale » : un revenu qui ne dépendrait pas du travail concret de chacun·e, mais de la « qualification » attachée à la personne.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Travail

    Télétravail et temps de travail au cœur de la lutte des classes

    Avec la crise sanitaire due au virus SRAS-CoV2, le rapport au travail est fortement transformé pour une grande partie de la population, et cela dans des conditions qui peuvent se révéler dramatiques. Pour certain·es, il s’agit de télétravail, de travail à domicile, ou bien encore d’autorisation spéciale d’absence (ASA). Si, avant la crise sanitaire, les situations de travail étaient très différentes et très individualisées, le recours massif aux aménagements de ce type, dans la précipitation qui plus est, ne se fait pas sans heurt – loin de là. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Congrès CGT

    Intervention de Marie (SFA) au 52e congrès de la CGT

    Les artistes sommes aujourd’hui dans une précarité toujours grandissante. On voudrait nous faire croire que nous sommes précaires par essence. Comme syndicat, même si nous défendons au quotidien les conditions de travail des artistes, nous ne perdons jamais de vue qu’il nous faut revendiquer une permanence de l’emploi. A l’échelle confédérale, tout le monde en a parlé, il nous faudra progresser dans notre implantation parmi les plus précaires, nous pensons ça ne pourra pas se faire sans la collaboration avec les UL et les UD, particulièrement bien placées pour s’occuper ces travailleurs/euses isolé.e.s. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook