[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

La Sécurité sociale gère notre « salaire socialisé », non un « salaire différé » (courriel d’une lectrice)

Suite à notre article sur les exonérations de cotisations patronales dans le précédent numéro, nous avons reçu un courriel très pertinent d’une lectrice, que nous publions avec la réponse que l’auteur de l’article lui a adressée.

Courriel de la lectrice

Chers camarades,

Lisant le sommaire de ce numéro, je vois que vous appelez « salaire différé » (appellation PT/FO) le salaire « socialisé » (notion Bernard Friot). Ce n’est pas une nuance, c’est une conception tout à fait différente. Les cotisations sociales d’un salarié ne se mettent pas au réfrigérateur d’où on les lui sortirait quand il arriverait à l’âge de la retraite (ça ce serait un salaire « différé »). Ce sont les actifs d’aujourd’hui qui paient pour les retraités d’aujourd’hui selon un barème défini politiquement, c’est un salaire « socialisé ».

Au moment où il va falloir mener une bataille sérieuse contre gouvernement, partis « de gauche » et syndicats réunis, et si possible la gagner, aucune approximation ne restera sans effet.

Cordialement.
F.

Réponse de G. L.

Chère camarade,

Merci pour ton message. Je suis l’auteur de ce bref article... et je suis tout à fait d’accord avec toi ! L’expression « salaire différé » est trompeuse, pour les raisons que tu indiques, et l’expression « salaire socialisé » est bien plus claire.

Dans l’article, nous précisions que « le salaire direct va directement dans la poche du salarié, alors que le salaire indirect (ou différé [Aïe...]) est mutualisé sous forme de prestations sociales », exprimant donc bien que le salaire indirect est socialisé, mutualisé immédiatement, et bien sûr « pas stocké »...

Mais tu as raison d’insister sur cette erreur de vocabulaire.

Fraternellement,
G. L.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Loi travail XXL

Retour sur la manifestation du 21 septembre à Toulouse

Nous avons assisté à une manifestation calme, avec des forces de l'ordre un peu en retrait. Les mots d'ordres concernaient les ordonnances, le quinquennat Macron dans l'ensemble; demandant le retrait de la nouvelle loi Travail, le rétablissement des APL, la hausse du SMIC et la Révolution. La manif s'est immédiatement suivie d'une Assemblée Générale du Front Social aux prises de parole très diversifiées. Nous tirons tout de même le constat de la sensible baisse de la mobilisation par rapport au 12, et nous y voyons plusieurs raisons.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Bulletin de discussion du NPA

Travailler au développement qualitatif et quantitatif des luttes

La baisse d'intensité de la lutte de classe du côté des travailleurs-euses et la chute des régimes "socialistes" ont favorisé le développement de stratégies politiques réformistes et réciproquement.

Avec les victoires du capitalisme ces dernières années, la destruction des liens sociaux s'est développée. Les idées réactionnaires prospèrent sur cette division pour proposer des modèles sous tendus par l'existence d'un ordre naturel des choses avec ses dominants et ses dominés (entre décideurs et exécutants, entre "civilisations", entre hommes et femmes, entre sexualités...).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook