[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Évasion fiscale : le sommet européen fait pschitt

    Article paru dans Tout est à nous ! du 30 mai 2013.

    En septembre 2009, Sarkozy déclarait : « Les paradis fiscaux, le secret bancaire. C’est terminé ». A l’issue du sommet européen du 22 mai, Hollande nous a refait le coup de Sarkozy : « ceux qui pensaient échapper à l'impôt en se réfugiant dans des paradis fiscaux doivent comprendre que le temps de l'impunité est terminé ».

    Les évadés fiscaux ont-ils de quoi trembler ? Pas vraiment. Le sommet européen n’a débouché que sur une déclaration (1) qui reporte d’éventuelles prochaines décisions au mois de décembre ! En attendant, place à la communication…

    Pourtant, l’ampleur de l’évasion fiscale est gigantesque : environ 60 milliards par an de manque à gagner pour l’Etat français. Il existe aujourd’hui une directive européenne sur les revenus de l’épargne, adoptée en 2003, qui prévoit l’échange automatique (sauf pour le Luxembourg et l’Autriche où l’échange se fait à la « demande ») d’informations entre pays de l’UE ; un accord a également trouvé en ce sens avec certains paradis fiscaux comme la Suisse, l’Andorre, le Liechtenstein, Monaco et Saint-Marin. Ainsi, si une banque étrangère verse des intérêts à un français, elle est tenue d’en informer l’administration fiscale française.

    Il y a néanmoins plusieurs (gros) problèmes qui vident la directive de son sens :

    • cette directive ne concerne que les revenus versés à des particuliers… qui peuvent facilement y échapper en détenant des objets juridiques auxquels sont versées les intérêts… Dans ce cas, c’en est fini de l’échange automatique d’informations !
    • certains revenus, notamment issus des « produits financiers inovants », sont exclus du champ de la directive

    En 2008, la Commission européenne a proposé aux Etats de réviser la directive épargne pour corriger certains de ces problèmes. Mais depuis, l’Autriche et le Luxembourg bloquent toute évolution (qui exige l’unanimité), et réclament notamment que des accords du même type soient passés d’ici là avec les paradis fiscaux hors UE. Rien n’indique donc que tous les obstacles à libre circulation des informations seront levés d’ici décembre… Et même si c’était le cas, l’échange automatique d’information au niveau mondial, sur laquelle est censée plancher l’OCDE, n’est pas prêt d’aboutir. La coopération fiscale avance moins vite que la coopération policière…

    Par ailleurs, aucune mesure n’a été prise contre le dumping fiscal. La concurrence fiscale est consubstantielle à l’Union européenne. La troïka qui a imposé ses quatre volontés à Chypre se satisfait totalement d’un taux d’imposition des bénéfices à 12,5% (le même qu’en Irlande) car cela permet de tirer les taux d’imposition réels des entreprises vers le bas. Les niches fiscales pullulent en Europe, ce qui permet aux multinationales de pratiquer « l’optimisation fiscale » grâce à une armée de fiscalistes à leur service.

    La baisse de l’imposition réelle des capitalistes (via une baisse des taux, la multiplication des niches, ou l’évasion fiscale) est une tendance lourde depuis les années 1980. C’est une réponse à la crise de rentabilité du capital qui a éclaté dans les années 1970 et de laquelle les grandes puissances capitalistes ne sont jamais réellement sortis. Cela permet de comprendre que, malgré leurs gesticulations, les gouvernements bourgeois de « droite » ou de « gauche » ne prendront aucune mesure sérieuse pour alourdir la charge fiscale sur les capitalistes. Seule une mobilisation très importante des travailleurs pourra les y contraindre, ce qui accentuera la crise de leur système, qui pourra prendre fin en réorganisant l’économie sur la base de la planification et de la la propriété collective des moyens de production.


    1) http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/137218.pdf

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    L’indemnité inflation : un "cadeau" empoisonné pour les travailleurs/ses

    Castex a annoncé jeudi 21 octobre au soir la mise en place d’une « indemnité inflation » de 100 € pour tous ceux qui gagnent moins de 2 000 € net par mois. Cette mesurette censée marquer les esprits à 6 mois de la présidentielle est une escroquerie, un leurre pour éviter d’autres mesures. Face à la flambée des prix de l’énergie (+14,9 % en septembre sur un an d’après l’INSEE), d’autres types de mesures s’imposent ! Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Pauvreté, dépenses contraintes : la crise frappe durement les plus modestes

    Contrairement à ce que le gouvernement a tenté de faire croire, le niveau de vie moyen a baissé en France en 2020. Ainsi, le « revenu disponible ajusté » (qui tient compte de tous les transferts publics reçus par les ménages) a baissé de 1,5 % quand on tient compte de l’inflation et de l’évolution démographique. Derrière cette moyenne se cache de grandes disparités : les plus précaires ont vu leur niveau de vie s’effondrer pendant que les plus riches ont vu leur épargne (et leur patrimoine immobilier) s’envoler.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    À propos de la crise du bitcoin

    Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook