[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    « Pacte de responsabilité » : Hollande déclare la guerre aux travailleurs/ses - Quelles réponses politiques ?

    En guise de vœux le 31 décembre, Hollande a déclaré la guerre aux travailleurs/ses. Son « pacte de responsabilité » est une reprise du « pacte de confiance » proposée par Gattaz (le président du Medef) en novembre dernier. C’est aussi la copie conforme de ce que propose l’UMP, qui n’a pu qu’approuver l’annonce de Hollande. Woerth a ainsi reconnu : « c'est notre politique ! Cela correspond au programme de Nicolas Sarkozy ». L’UMP et le PS sont bel et bien les deux faces d’une même pièce.

    Le programme commun des dirigeants bourgeois est limpide : baisser le « coût du travail », c'est-à-dire baisser nos salaires, plus précisément la partie socialisée de notre salaire, celle qui finance notre protection sociale. La logique de « donnant-donnant » ne trompe personne : personne ne contraindra les patrons à embaucher. Ils embaucheront si cela correspond à leur intérêt, et non pas en fonction d’un « intérêt général » qui, dans une société divisée en classes, n’existe pas.

    Anticipant la déclaration de Hollande, Ayrault avait saisi le « Haut Conseil du financement de la protection sociale » pour que celui-ci engage une réflexion sur une « réduction des prélèvements sociaux pesant sur le coût et les revenus du travail », l’objectif recherché étant de « poursuivre l’effort pour faire moins reposer sur le travail le financement de certaines prestations à vocation universelle ». Dans la ligne du viseur : les cotisations patronales (36 milliards) finançant les allocations familiales. Celles-ci étant « universelles », elles auraient vocation à être financées par les impôts (payés principalement par les travailleurs/ses) plutôt que par les patrons. C’est avec ce raisonnement « universaliste » que Hollande s’apprête à faire un immense cadeau au patronat au mois de mai prochain. Il a d’ailleurs déjà commencé le travail en allégeant les cotisations patronales finançant les allocations familiales lors de la réforme des retraites de l’automne dernier.

    En outre, Hollande veut « simplifier » les taxes sur les profits dans le cadre du « choc de simplification ». Cazeneuve, ministre du budget, a fait savoir le 4 janvier qu’il allait supprimer une partie des 150 taxes pesant sur les entreprises (au nom de leur trop faible « rendement »).

    La déclaration de Hollande marque un tournant dans le quinquennat. Jusqu'à présent, il minaudait, essayait de tromper son monde avec quelques mesures symboliques, même si ses principales réformes servaient les intérêts du patronat : l'ANI (accord national interprofessionnel pour flexibiliser le marché du travail), la contre-réforme des retraites, les cadeaux aux « pigeons » (avec une fiscalité allégée sur les plus-value) et surtout le crédit d'impôts aux entreprises (10 milliards en 2014, 20 milliards à terme). Désormais, Hollande affiche sa volonté de passer à la vitesse supérieure : il voudrait être le « Schröder » français, c'est-à-dire celui qui va mener une offensive historique contre les travailleurs/ses, comme le « social-démocrate » Schröder l'a fait en Allemagne au début des années 2000. C’est pour cela aussi qu’il envisage de faire passer son attaque par la voie des ordonnances, c’est-à-dire à marche forcée, sans même un semblant de débat parlementaire. Par cette voie autoritaire typique des mécanismes antidémocratiques de la Ve République, il espère accélérer le rythme des contre-réformes, mais aussi acquérir enfin l’étoffe d’un soi-disant « homme d’État »... au moment où il bat tous les records d’impopularité !

    D'une certaine façon, Hollande n'a pas le choix. La perte de compétitivité de l'économie française est flagrante. Comme l'a mis en avant l'INSEE le 24 décembre (petit cadeau de Noël à Hollande ?), le taux de marge des entreprises est au plus bas depuis 1985. Alors que les autres pays européens ont mené des attaques terribles contre les travailleurs/ses, la France est « en retard ». PS ou UMP, Sarkozy ou Hollande, les valets du capitalisme ont une marge de manœuvre réduite au minimum : la violence de la crise et la logique du système capitaliste dictent la politique qu'ils doivent mener. Pour essayer de sortir de la crise, relancer l'accumulation du capital, ils doivent baisser nos salaires et augmenter les profits.

    Dans le cadre du système capitaliste, il n'y a pas d'autre politique possible. L'alternative antilibérale préconisée par les réformistes (Front de gauche en tête) est une fumisterie complète. Aucune relance « keynésienne » (par la hausse des salaires et des dépenses publiques) ne peut nous sortir de la crise. Au contraire, elle aggraverait la crise de rentabilité du capital et déboucherait très rapidement (encore bien plus vite qu'en 1981) sur une austérité accrue.

    La seule alternative est la rupture avec le capitalisme et ses institutions, la réorganisation globale de l’économie pour interdire les licenciements, donner du travail à tou-te-s et satisfaire les besoins sociaux.... Cela ne peut passer que par le contrôle collectif des grands moyens de production par les travailleurs/ses et les usagers/ères, donc l'expropriation des capitalistes. Sous peine de se plier aux exigences de la concurrence capitaliste, cela nécessite aussi le contrôle strict des échanges extérieurs, l'utilisation d'une nouvelle monnaie, la rupture avec l'UE capitaliste.

    Les divergences politiques avec les réformistes sont donc profondes et c’est pour cela que le NPA doit défendre son programme en toute indépendance, notamment aux élections. Cependant, face à l’attaque majeure que Hollande et le patronat viennent d’annoncer, l’urgence est de constituer un front commun de toutes les organisations syndicales et politiques qui entendent défendre les intérêts des travailleurs/ses, en l’occurrence la Sécurité sociale et les dépenses publiques utiles à la population. Après l’Accord national interprofessionnel et la contre-réforme des retraites, l’urgence est de tirer les leçons des défaites, d’engager enfin une réelle mobilisation de notre classe pour défendre ce qu’il reste de nos acquis. C’est pourquoi il est crucial que les directions syndicales refusent cette fois de se prêter au jeu piégé du prétendu « dialogue social », qui sert uniquement à cautionner les attaques patronales. Mais elles ne feront pas d’elles-mêmes. Pour cela, nous devons faire pression, à tous les niveaux, pour que nos structures syndicales prennent clairement position contre les attaques de Hollande, informent les travailleurs/ses de ce qui se trame et préparent une gigantesque mobilisation pour les mettre en échec. Et il faut que, sans attendre, les anticapitalistes, toutes et tous les militant-e-s lutte de classe, unissent leurs efforts pour aider les travailleurs/es à s’informer, à s’organiser et à entrer en lutte sur les lieux de travail.

    08/01/2014

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    Pauvreté, dépenses contraintes : la crise frappe durement les plus modestes

    Contrairement à ce que le gouvernement a tenté de faire croire, le niveau de vie moyen a baissé en France en 2020. Ainsi, le « revenu disponible ajusté » (qui tient compte de tous les transferts publics reçus par les ménages) a baissé de 1,5 % quand on tient compte de l’inflation et de l’évolution démographique. Derrière cette moyenne se cache de grandes disparités : les plus précaires ont vu leur niveau de vie s’effondrer pendant que les plus riches ont vu leur épargne (et leur patrimoine immobilier) s’envoler.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    À propos de la crise du bitcoin

    Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Histoire

    40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

    Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook