[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

L’Eurogroupe de dimanche exige des mesures d’austérité supplémentaires et une mise sous tutelle de la Grèce

Par Gaston Lefranc (12 juillet 2015)
Tweeter Facebook

On connaît désormais le document de l'Eurogroupe transmis cet après midi aux dirigeants de la zone euro, qui se réunissent actuellement.

Le document fait 4 pages.

Page 1 : http://www.real.gr/Files/Articles/Document/432279.pdf

Page 2 : http://www.real.gr/Files/Articles/Document/432283.pdf

Page 3 : http://www.real.gr/Files/Articles/Document/432285.pdf

Page 4 : http://www.real.gr/Files/Articles/Document/432286.pdf

Ce document comporte des passages qui ont fait consensus et des passages (entre crochets) qui restent débat.

Parmi ce qui fait consensus :

  • l'adoption par le parlement grec d'une batterie de mesures, notamment sur la TVA et les retraites d'ici le 15 juillet (c'est-à-dire dans 3 jours!)

  • l'exigence que le gouvernement grec fasse des propositions supplémentaires sur les retraites, sur la libéralisation du marché des biens, sur la libéralisation du marché du travail ; exigence de privatisations supplémentaires, notamment exigence que l'opérateur d'électricité ADMIE soit privatisé

  • la mise sous tutelle de l'administration grecque par la commission européenne afin de « dépolitiser » l'administration publique

  • l'obligation de soumettre les futurs projets de loi aux institutions européennes avant de les soumettre au parlement

  • l'obligation d'honorer les futures échéances de remboursement de la dette

  • aucune annulation partielle de dette (« haircut ») ne sera accordée à la Grèce

Il est indiqué que les mesures ci-dessus sont des conditions « minimales » pour commencer des négociations qui pourront éventuellement déboucher sur un programme d'aide (c'est-à-dire des prêts)... !

Parmi ce qui reste en débat (pas de consensus) :

  • le transfert de 50 milliards d'actifs publics au sein d'un fonds géré par l'UE (et localisé au Luxembourg) qui serait chargé de privatiser pour rembourser la dette

  • la discussion sur des mesures visant à lisser le service de la dette afin de s'assurer que les remboursements se fassent à un rythme soutenable. En tout état de cause, cette discussion est renvoyée à plus tard.

Il y a donc un consensus des créanciers pour exiger un durcissement des mesures d'austérité et une aggravation de la mise sous tutelle de l’État grec. Il demeure néanmoins quelques désaccords entre créanciers. En tout état de cause, cela rend un hypothétique accord encore plus odieux. C'est une raison supplémentaire pour s'opposer au projet d'accord.

Rupture immédiate des négociations avec la Troïka ! Aucun accord !

Réquisition immédiate de la Banque centrale grecque ! Émission d’une nouvelle monnaie inconvertible ! Contrôle des travailleurs/ses sur la monnaie et le commerce extérieur !

Annulation de la dette publique !

Nationalisation sous contrôle des travailleur/ses des banques et des entreprises stratégiques !

Gaston Lefranc, dimanche 12 juillet 19h30

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

Référendum à Berlin : une majorité pour la socialisation des grands groupes immobiliers !

Ce dimanche 26 septembre à Berlin, capitale de l’Allemagne, une large majorité (56%) a voté en faveur de la socialisation des grands groupes immobiliers, lors d'un référendum d’initiative populaire. Ce référendum faisait suite à une campagne démocratique et auto-organisée qui dure déjà depuis plusieurs années (« Deutsche Wohnen und Co enteignen »). Il concerne les groupes immobiliers propriétaires de plus de 3000 logements chacun, c’est-à-dire un total estimé à environ 240 000 logements. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Colombie

Colombie : La Révolte de la Dignité

La Colombie, pays de 50,34 millions d’habitant-e-s et 1,143 millions de km2, est gouvernée par Alvaro URIBE et son ventriloque, Ivan DUQUE, actuel président. La Colombie est aussi gérée de façon officieuse par Luis-Horacio ESCOBAR, cousin de URIBE et personnalité de l’ombre du monde de la drogue. Récemment, Riano BOTIA, ex-agent du CTI, services secrets colombiens, actuellement exilé au Canada, a déclaré devant la Cour Pénale Internationale que URIBE et son cousin ESCOBAR sont à l’origine de l’exportation de 10 tonnes de cocaïne vers les États-Unis et le Mexique et responsables d’au moins une centaine d'assassinats. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook