[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Les actionnaires n’échapperont pas à la crise qui vient

Par Gaston Lefranc ( 4 mars 2016)
Tweeter Facebook

Article publié dans l'Anticapitaliste n°326

La société de gestion d’actifs Henderson vient de publier un rapport sur les dividendes versés en 2015 par les 1 200 plus importantes sociétés (représentant 90 % de la capitalisation boursière mondiale)...

Pour la première fois depuis 2009, les dividendes exprimés en dollars ont baissé (de 2 %) en 2015. Mais cette baisse tient à l’appréciation du dollar par rapport aux autres monnaies. Corrigés des effets de change, les dividendes mondiaux ont tout de même augmenté de 10 %. L’horizon serait-il dégagé pour les actionnaires ?

Les évolutions sont contrastées selon les pays et les secteurs d’activité. Les dividendes ont grimpé de 14 % aux USA et ont doublé depuis 2009. En France, les dividendes en euros ont stagné, et ont chuté de 16 % exprimés en dollars. Ils sont aujourd’hui à un niveau inférieur à 2009, ce qui n’est pas étonnant compte tenu du « retard » de la France dans les contre-réformes (mais le projet El Khomri vise à remettre à niveau les capitalistes français).

Au Royaume-Uni, les dividendes en dollars ont chuté de 22 %. Pour la première fois de son histoire, les dividendes versés baissent (de 1,5 %) en Chine. Avec la dépréciation du rouble, les dividendes en Russie baissent de 21 % pendant que les dividendes au Brésil s’effondrent de 40 %. La baisse du prix des matières premières a pesé sur les dividendes versés dans les pays émergents. Les dividendes des sociétés pétrolières et minières ont baissé respectivement de 20 % et 6 %, alors que les banques ont abondamment arrosé leurs actionnaires.

Vers l’éclatement de la bulle financière

Pour 2016, Henderson a revu ses prévisions à la baisse, mais prévoit encore une hausse de 2 % des dividendes versés en dollars et de 3 % corrigés des effets de change. Ce scénario fait abstraction de l’hypothèse d’une crise financière et d’une nouvelle récession mondiale. Celles-ci ne font pourtant aucun doute, l’incertitude concernant plutôt leur échéance (2016 ? 2017 ?) et leur ampleur.

Car aujourd’hui, les signaux d’une nouvelle crise se multiplient. Les profits baissent aux USA (JP Morgan prévoit une baisse de 10 % des profits en 2016), ce qui entraîne un recul de l’investissement et un ralentissement de la croissance. En Chine, la conjonction de la baisse de rentabilité du capital et de l’envolée de l’endettement des entreprises est explosif. La plupart des pays émergents (Brésil en tête) sont frappés de plein fouet par la chute du prix des matières premières.

Dans ce contexte, la déconnexion entre les profits des entreprises et la valorisation du capital fictif sur les marchés financiers est de plus en plus insoutenable. Malgré les efforts des banques centrales pour différer l’éclatement de la bulle financière, celle-ci va finir par éclater. Les actionnaires en paieront le prix. Mais ils chercheront à reporter au maximum sur les travailleurs le coût de la crise.

La survie du capitalisme passera par des attaques de plus en plus monstrueuses contre nous. Socialisme ou barbarie, les termes de l’alternative n’ont jamais été aussi pertinents.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Economie

Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

À propos de la crise du bitcoin

Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook