[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

"Il faut casser ces deux personnes-là d’abord !"

lutte-de-classe

Brève publiée le 14 octobre 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Nadia, 60 ans, et Sabine, 53 ans, deux ex-déléguées syndicales (respectivement CGT et SUD) ont travaillé 20 et 30 ans au magasin Monoprix d’Issy-les-Moulineaux. Après avoir subi un harcèlement incessant, suite à l’arrivée d’une nouvelle direction en septembre 2011, elles ont saisi les tribunaux. Le Conseil des Prud’hommes a condamné la société Monoprix pour le licenciement sans cause réelle et sérieuse de Nadia, ex-déléguée CGT. Il a cependant  refusé la qualification de harcèlement ou discrimination syndicale. Sabine, qui venait de créer une section syndicale SUD, elle, a été déboutée de ses demandes, alors qu’elle était dans la même situation. Une procédure en appel a été lancée.  

Dans cet entretien, Terrains de Luttes revient avec ces deux ex-déléguées sur les pratiques de harcèlement qui ont entraîné l’exclusion brutale de quatre syndicalistes et de plusieurs salariés non protégés de ce magasin. Alors que les méthodes de management harcelantes sont devenues la norme dans beaucoup d’entreprises, il apparait, en effet, difficilement acceptable de voir la justice (prud’homale ou pénale) entériner ce type de pratiques. Le procès de Nadia et Sabine est un enjeu pour toutes les femmes qui essaient de se syndiquer et de résister à l’exploitation. Il pose la question des possibilités de résistance des salariés, dans la distribution comme dans d’autres secteurs, salariés qui souvent ne sont pas suffisamment entendus, même par leur propre organisation syndicale.

La suite: http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=4136