[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Enfants SDF : écoles occupées et en grève à Vaulx-en-Velin

lutte-de-classe

Brève publiée le 2 décembre 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://communismeouvrier.wordpress.com/2014/12/01/enfants-sdf-ecoles-occupees-et-en-greve-a-vaulx-en-velin/

Le Parisien, 1 décembre 2014 :

Le collectif « Jamais sans toit », mobilisé depuis le 20 novembre pour donner un hébergement aux enfants scolarisés mais sans domicile fixe dans l’agglomération lyonnaise, devait poursuivre l’occupation d’au moins cinq écoles dans la nuit de lundi à mardi, tandis que d’autres seront en grève mardi.

Deux écoles de Vaulx-en-Velin (est lyonnais) seront fermées et les enseignants de deux autres écoles et d’un collège seront en grève mardi pour apporter leur soutien au père Gérard Riffard. Ce curé retraité est jugé en appel à Lyon pour avoir enfreint un arrêté municipal en hébergeant des sans-abri dans une église de Saint-Etienne.

Le 27 novembre, une délégation du collectif « Jamais sans toit » a été reçue à la préfecture pendant deux heures par le directeur départemental de la cohésion sociale, Gilles May-Carles. Elle lui a remis, comme le demandait le préfet, « la liste des 194 enfants et de leurs familles, soit 500 personnes » à la rue.

Selon M. May-Carles, « une quarantaine » de ces enfants ont été intégrés « très naturellement » depuis début novembre dans des classes ouvertes progressivement par la préfecture pour la période hivernale.

« J’ai confié cette liste à une équipe de quatre travailleurs sociaux ayant pour consigne de rééxaminer leur situation », a précisé à l’AFP M. May-Carles. Celui-ci a dit au collectif qu’il « n’était pas question de passe-droit, mais d’un rééxamen de la liste pour vérifier que rien ne leur a échappé ».

« Il y a des critères de priorité selon l’état de santé, les handicaps, les enfants ou les personnes âgées », a-t-il rappelé, ajoutant: « Je ne dérogerai pas à ces principes (…) il faut garder la main sur la gestion des priorités pour protéger les plus vulnérables qui ne sont pas accompagnés, car on ne peut pas faire face à toute la misère du monde. »