[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les flics interviennent violemment à l’université Bordeaux II

    éducation répression selectionbac2018

    Brève publiée le 7 mars 2018

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Coup de matraques, coups de poings. Insultes racistes et homophobes. Plusieurs blessés. Des blessures très graves. Voilà comment le président de l'université traite les étudiants. Le président de l'université de Bordeaux II devrait démissionner immédiatement. Ce type n'a plus sa place dans une université.

    https://rue89bordeaux.com/2018/03/tensions-coups-matraque-a-luniversite-bordeaux-victoire/

    Blocus, occupation d’amphithéâtre, interventions policières, le campus de Bordeaux Victoire a connu de nombreux soubresauts ce mardi 6 mars. En cause, la loi sur l’accès à l’université qui passe toujours mal chez les étudiants.

    Après le blocus de jeudi dernier, les opposants à la réforme de l’université se sont à nouveau mobilisés ce mardi. La veille, les étudiants avaient pu discuter avec la directrice temporaire du Collège des sciences de l’Homme de l’Université de Bordeaux.

    « On a demandé l’autorisation pour afficher dans l’Université, le droit de se réunir dans un amphi de manière permanente ou encore la mise en place d’une banalisation des journées d’absences lors des manifestations nationales. On a eu des promesses, mais elles n’ont pas été tenues », raconte Kevin.

    Jointe par Rue89 Bordeaux, l’Université n’a pas donné suite à nos sollicitations.

    Intervention de la police municipale

    Présents dès 6h à l’Université ce mardi, les étudiants ont commencé par bloquer les portes. La police a alors contrôlé plusieurs groupes de manifestants avant de forcer les bloqueurs à se disperser.

    Les étudiants se sont ensuite rassemblés dans l’amphithéâtre Gintrac où ils ont pu occuper les lieux toute la journée et tenir des assemblées générales.

    « C’est juste un lieu d’organisation et de débat, poursuit Kevin. Nous avons même eu un cours de sociologie des élites où plusieurs promotions et étudiants ont pu se mélanger ».

    A 15h30, une nouvelle réunion se tient pour déterminer de la poursuite ou non de l’occupation de l’amphithéâtre allait se poursuivre jusqu’au lendemain ou non.

    « On a peur que la police intervienne ce soir pour nous déloger, nous signale Kevin en fin d’apreès-midi. Pendant le cours de sociologie par exemple, une des portes de l’amphithéâtre a été dévissée et soulevée… En réalité, l’objectif est juste d’avoir une zone de débat ».

    A l’issue de la dernière assemblée générale de la journée, une vingtaine d’étudiants ont pris la décision de passer la nuit dans l’Université.

    Fin de soirée agitée

    C’est vers 21h que les forces de l’ordre ont décidé d’intervenir. Leur action a duré environ une heure dans une grande tension. L’expulsion de l’amphi s’est déroulée de manière assez violente, avec des blessés à déplorer parmi les étudiants. A 23h, l’intervention a pris fin après qu’un des élèves a été interpellé.

    Sur la page facebook d’OSB IV (Organisation Socio-Culturelle de Bordeaux IV), des images montrent l’intervention des policiers et un étudiant blessé à la tête. Par ailleurs, dans un communiqué publié dans la nuit sur leur page facebook, les étudiants contre la sélection appellent à un rassemblement ce matin 9h devant la fac « afin de faire le point sur la situation et déterminer la suite des événements ».