[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Deux étudiants mobilisés interdits d’accès à la fac de Nanterre

étudiants Répression Université

Brève publiée le 4 janvier 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

COMMUNIQUÉ DE L'UNEF NANTERRE EN RÉPONSE À L'INTERDICTION D'ACCÈS AUX ENCEINTES DE L'UNIVERSITÉ POUR VICTOR ET MICKA

La présidence de l’Université de Nanterre a interdit l'accès du campus à Victor et Mickaël, étudiants et militants à Nanterre. Pas de vacances pour la répression…

Nos camarades Mickaël et Victor, militants de l'UNEF Nanterre, viennent de recevoir chacun un arrêté de Jean-François Balaudé, Président de l'université Paris-Nanterre, leur interdisant d'accéder aux locaux de l'université du 7 janvier au 5 février 2019 ! On leur reproche d’avoir appliqué, comme bien d'autres étudiant-e-s, des décisions prises à l’Assemblée Générale de la fac. La grève et le report des partiels ont ainsi été votés à une large majorité à l'AG (du 13 décembre, réunissant 2000 personnes), afin de permettre aux étudiant-e-s de se mobiliser sans être pénalisé-e-s par leur absence aux partiels. 

En effet, depuis plusieurs semaines, de nombreux-ses étudiant-e-s de Nanterre font grève contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s passant de 2 770€ à 3 770€ l'année. Bien qu'opposée en théorie à cette réforme, la Présidence de l'Université a tout fait pour briser ce mouvement : vigiles privés avec chiens, interdiction de pénétrer dans les bâtiments pour des militant-e-s, CRS présents aux abords de l'université, etc. Et maintenant, J-F. Balaudé fait, une fois de plus, le choix de la répression en décidant seul d’interdire à nos camarades d’accéder aux locaux universitaires pendant 1 mois. Cette décision est d'autant plus incompréhensible que Victor en tant qu’élu UNEF à la Commission de la formation et de la vie universitaire (CFVU) et à la section disciplinaire, doit se rendre à l’université pour participer à ces instances. Elle revient donc à l'empêcher de remplir son mandat de représentant des étudiants.

Ce n'est pas la première fois que J-F. Balaudé réprime les militant-e-s de l’université de Nanterre et... notamment Victor ! Le 9 avril dernier, lors du mouvement contre Parcoursup, 7 étudiants ont été arrêtés lors d'une AG  suite à l'intervention des CRS, demandée par la présidence. 3 d'entre eux ont eu des poursuites judiciaires aboutissant le 17 octobre dernier à la condamnation de Victor à 4 mois de prison avec sursis et à 6 mois de prison ferme pour Roga, un militant associatif. Ils ont tous les 2 fait appel de leur condamnation. La présidence de l’université a dû reconnaître sa part de responsabilité : engagement à soutenir les militants  poursuivis, “regret” et “excuses” pour les évènements de la journée de 9 avril… Des paroles et des actes : alors que Victor est, comme Roga, en plein dans sa procédure d'appel pour obtenir sa relaxe et que la présidence de l’université est donc sensée le “soutenir”, elle rajoute aujourd'hui à la procédure judiciaire déjà en cours : cet arrêté et des menaces de poursuites disciplinaires ! 

Nous ne pouvons que dénoncer une telle hypocrisie et cet acharnement répressif contre Victor, encore une fois pour ses activités militantes. 

À Nanterre, Balaudé cherche à faire des exemples, pour intimider le reste des étudiant-e-s mobilisé-e-s.   

Nous ne pouvons évidemment pas accepter cette décision de la présidence de l'Université de Nanterre et nous ne la laisserons pas passer : il s'agirait d'une nouvelle accélération de la répression sur la fac. Victor et Mickaël doivent pouvoir circuler librement au sein de l'Université ! Ces arrêtés doivent donc être immédiatement retirés et la présidence doit renoncer définitivement à toute menace de procédure disciplinaire, civile ou juridique à l'encontre des militants qui continuent à se battre depuis la rentrée pour une université publique accessible à toutes et tous.

UNEF Nanterre, le 2 janvier 2019.

* Intervention du président de l'Université de Nanterre lors de l'AG étudiante du 19 avril 2018.

** Motion adoptée à l’unanimité par le CA de la fac de Nanterre le 15 octobre 2018.

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1985829938377640&id=1422799651347341