[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Yvelines: six mois ferme pour avoir volé un sandwich et du jus d’orange

Répression

Brève publiée le 15 juin 2019

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://m.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-six-mois-ferme-pour-avoir-vole-un-sandwich-et-du-jus-d-orange-14-06-2019-8093550.php

Le jeune homme de 20 ans, trois fois condamné dans le passé, a été écroué en raison de ses antécédents judiciaires.

Le vol est ridicule mais la peine significative. Un jeune homme de 20 ans a été condamné, ce vendredi, par le tribunal correctionnel de Versailles à une peine de six mois de prison ferme avec un mandat de dépôt pour vols à l’étalage.

Vers 9 heures, mercredi, il est entré dans le magasin Franprix de Conflans-Sainte-Honorine et y a dérobé un sandwich au Thon et deux bouteilles de jus d’orange, d’une valeur totale de moins de 5 euros. Le vigile l’a surpris en regardant dans un miroir et l’a intercepté à la sortie. Le voleur a refusé d’ouvrir son sac : le gérant de la supérette a alors baissé le rideau de fer et appelé la police. Le voleur est devenu agressif, menaçant le directeur du magasin et bousculant le vigile au point de lui casser ses lunettes de vue. Arrivée sur place, la police a arrêté le suspect et l’a placé en garde à vue.

« J’avais faim et je n’avais pas d’argent »

Dans le box du tribunal, le jeune homme maigre reconnaît les faits. « Je n’ai aucune excuse : j’ai volé. Mais c’était pour manger. J’avais faim et je n’avais pas d’argent », explique-t-il. Originaire du Mans (Sarthe), ce garçon monté à Paris « pour trouver du travail » a déjà trois condamnations sur son casier judiciaire. En formation avec la mission locale, il est actuellement en stage dans un magasin Carrefour City.

Son avocat évoque un jeune homme « un peu en perte de repères » et « livré à lui-même » depuis que son père l’a laissé tomber pour s’installer dans le sud de la France. Avec cette condamnation, il paye ses antécédents judiciaires car il était sous le coup de peines de prison avec sursis.