[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumés des 49è et 50è jours de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 20 mars 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 49ème jour de grève des postiers du 92 (mardi 18 mars 2014)
Renforcement de la grève à la PFC et manifestation réussie

L’objectif central de la journée était de participer efficacement à la manifestation interprofessionnelle du 18 mars pour populariser la grève. Les postiers du 92 ont préparé cette manifestation en participant à une AG interprofessionnelle de leur département aux côtés d'enseignants du premier et du second degré ainsi que des salariés de la fonction publique territoriale. Il existe une tradition d'AG inter-secteurs et d'actions communes dans le 92, qui avait conduit notamment lors du mouvement sur les retraites de 2010 à des blocages de centres postaux organisés avec les étudiants, les territoriaux, les enseignants etc.
Lors de cette AG, la discussion a permis de se rendre compte que dans les différents secteurs, c'était la même offensive pour augmenter la productivité, developer la précarité, et maintenir les bas salaires.

En février, les enseignants du second degré du 92 étaient en grève reconductible : un coche a été loupé car un lien aurait pu être tissé à cette occasion. L'AG a permis de se dire que les rencontres entre secteurs permettaient de se renforcer les uns les autres, et surtout de décider concrètement de manifester le jour même enseignants-territoriaux et postiers ensemble. Le cortège du 92 a fait une apparition remarquée dans la manif, avec près de 3000 tracts distribués et surtout une collecte-record de 1500 euros. Les grévistes ont conclu leur manif par une petite danse sur la place des Invalides.

La grève gagne en puissance à la PFC

Sur l’ensemble des brigades, le taux de grève a atteint 72,5%sur la PFC, ce qui constitue le pic depuis le début du mouvement. La direction commence à paniquer. Mais elle n’est pas au bout de ses peines : les grévistes ont encore plus d’un tour dans leur sac.

Comité de grève des postiers du 92


 

Résumé du 50ème jour de grève des postiers du 92

Excursion à Paris 7 et au CTED

Le gros des grévistes s’est rendu ce matin dans le centre de Paris 7. C’est le bureau où les facteurs avaient refusé de distribuer les tracts du FN.

La direction de Paris 7 préfère faire distribuer les tracts du FN plutôt que de donner dix minutes de parole aux grévistes

Un préavis de grève a été déposé à partir de demain car un jeune en contrat précaire qui avait lui aussi refusé de distribuer les tracts du FN a été viré sans ménagement. Quand les grévistes du 92 se sont présentés à l’entrée de Paris 7, la direction du centre a bloqué le centre, empêchant les facteurs de se rendre sur leur lieu de travail et bloquant les camions qui cherchaient à entrer ou sortir. Rapidement, des policiers en tenue de combat (armure et bouclier plexiglas) se sont postés devant l’entrée. La direction du centre, à qui la distribution de tracts d’extrême-droite ne pose aucun problème, a cherché à empêcher toute expression des postiers en grève auprès de leurs collègues. La manœuvre de la direction a été contre-productive : les grévistes ont organisé une prise de parole à l’extérieur du centre pendant deux heures, et les facteurs de Paris 7 ont été assez énervés d’avoir été escortés par la police et bloqués à l’extérieur de leur lieu de travail. Suite à l’intervention des postiers du 92 et à cause de l’attitude répressive de la direction de Paris 7, le nombre de grévistes demain sera plus important que prévu.

Mercenaires et militants

Les grévistes se sont rendus ensuite au CTED pour voir par leurs propres yeux comment la direction s’y prend pour tenter de casser la grève : le CTED (Centre d’Entraide Départemental) est un centre spécialement conçu pour distribuer le courrier sur les tournées à découvert, en particulier les tournées de grévistes.

Les postiers en grève se sont rendus sur place en début d’après-midi : c’est le moment où certain(e)s viennent faire des tournées de grévistes. Nous avons pu constater que la direction était incapable de trouver des facteurs sur le 92 pour casser la grève de leurs collègues : elle est obligée d’aller chercher des facteurs dans d’autres départements (que les grévistes ont cherché à décourager de recommencer) mais sutout des cadres, membres des DOTC d’autres départements, de filiales de La Poste ou même du Siège Courrier de Brune. Certains sont payés en heures supp, et sont à classer dans la case « mercenaires ». Mais d’autres font ça gratuitement, et sont donc de véritables militants de la direction de La Poste. En tout cas, les uns comme les autres n’en menaient pas large face aux grévistes, et quelques uns ont même détalé en les voyant arriver sur le centre. Les grévistes n’ont aucun problème à assumer leurs actes et leur grève, et comptent bien la continuer jusqu’à la victoire.

Le comité de grève des postiers du 92