[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

L'heure de la dégradation de la note de la dette française se rapproche ...

crise dette économie

Brève publiée le 21 novembre 2011

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Moody's s'inquiète de la hausse des taux de la France (AFP/Les Echos)

Pour l'agence de notation, la hausse des rendements sur les obligations de la France et des perspectives de croissance économique dégradées peuvent avoir un impact négatif sur la note de la dette du pays.

C'est une nouvelle mise en garde de Moody's sur la notation souveraine de la France. La hausse des rendements sur les obligations de la France inquiète l'agence de notation, qui voit une menace sur le « AAA » du pays, alors que les perspectives de croissance économique se sont détériorées.

Dans une note publiée lundi 21 novembre, Moody's indique ainsi que « des coûts de financement élevés et persistants pourraient accroître les difficultés que le gouvernement français rencontre, [...], avec des implications de crédit négatives ». En clair, à la mi-octobre, Moody's a fait savoir qu'elle allait surveiller et évaluer le caractère « stable » de la perspective de la note AAA française dans les trois mois.

L'agence de notation rappelle que « la semaine dernière, l'écart de taux entre les titres à 10 ans français et allemands ont dépassé 200 points de base (2 points de pourcentage), un record depuis la création de la zone euro ». L'agence calcule qu'une hausse de 100 points de base (1 point) des taux d'intérêt entraîne un surcoût de trois milliards d'euros chaque année. « Avec une prévision du gouvernement de croissance du PIB d'à peine 1% en 2012, un taux d'intérêt alourdit rendra plus difficile à atteindre les objectifs de réduction des déficits », selon Moody's.

Moody's estime que le gouvernement est certes volontaire, mais que certains « facteurs de risque important » sont hors de son contrôle : « les perspectives de croissance et la crise de la dette européenne ».