[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Dordogne : MEM Industry devra payer ses cinq salariés

lutte-de-classe

Brève publiée le 9 août 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/08/08/dordogne-mem-industry-devra-payer-ses-cinq-salaries/

Le conseil des prud’hommes de Périgueux a condamné, ce jeudi, l’entreprise MEM à verser les salaires du mois de juin à cinq de ses salariés, tous syndiqués à la CGT.

La direction actuelle de MEM industry à La Coquille (24) considère que ces cinq personnes ne font plus partie des salariés de l'entreprise et leur refuse l'accès au site © PHOTO ARCHIVES CHARLIE MAZIÈRE

La direction actuelle de MEM industry à La Coquille (24) considère que ces 5 personnes ne font plus partie des salariés de l’entreprise et leur refuse l’accès au site. © Photo archives Charlie Mazière

sudouest.fr, 31/07/2014

Le conseil des prud’hommes de Périgueux a rendu son jugement ce jeudi matin concernant le contentieux entre cinq délégués du personnel CGT de l’ancienne entreprise MEM, à La Coquille, et le repreneur de cette fabrique de machines pour scieries, la société MEM Industry.

Les premiers jugent avoir été licenciés de manière abusive. Mais Michel Loyet, le PDG de MEM Industry rétorque que "les licenciements ont été opérés par l’administrateur judiciaire de la société MEM", avant la reprise de l’entreprise, donc.

Ainsi, la direction actuelle considère que ces cinq personnes ne font plus partie de la maison et leur refuse l’accès à leur lieu de travail. Seulement voilà, dans un courrier datant du mois de décembre 2013, il apparaît clairement que l’inspecteur du travail n’avait pas validé ces licenciements. Ce qui fait que lesdits délégués du personnel sont toujours sous contrat.

C’est sur ce document de l’inspection du travail que le conseil des prud’hommes s’est appuyé pour donner gain de cause aux salariés CGT, ce jeudi matin en référé.

Ainsi, leur salaire du mois de juin, qui ne leur avait pas été versé par MEM Industry, devra bien l’être.

Michel Loyet se justifie : "Nous n’avons fait qu’appliquer le jugement rectificatif du tribunal de commerce". Il souligne que ce dossier est "très complexe" et rappelle que l’administrateur judiciaire a fait un recours auprès du ministère du Travail, au mois de février. Ce dernier doit décider si oui ou non, les salariés CGT font encore partie de l’entreprise de La Coquille. Réponse attendue le 18 août.