[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Il faut soutenir les salarié.e.s de H. Reinier Onet dans leur lutte !

Par Nastrit Daul ( 7 décembre 2017)
Tweeter Facebook

Depuis le 2 novembre, la quasi totalité des agent.e.s de nettoyage de la société H. Reinier du groupe ONET lui-même sous traitant de la SNCF sont en grève contre leur nouvel exploiteur.

Ayant succédé a la société SMP dans le périmètre de la région Paris Nord, le groupe ONET s'est mis à dos les salarié.e.s dès sa prise de fonction. En question ? La remise en cause de la clause stipulant que l'entreprise devait maintenir les salarié.e.s sur le périmètre de ligne ou ils/elles étaient auparavant affecté.e.s. Cependant, dans une course aux profits et à l'exploitation, ONET à décidé de rompre cette clause en se donnant la possibilité d'envoyer les salarié.e.s sur n'importe quel secteur de Paris Nord, jusqu'à Versailles.

Ce mépris a conduit à une radicalisation des revendications : l’application de la convention collective de manutention ferroviaire pour tous, le maintien de l’effectif actuel, le maintien des postes et horaires de travail de chaque salarié selon ce qui était acté au 30 août 2012 avec la société SMP, la requalification des CDD en CDI pour tous les postes vacants (ce qui aujourd’hui concerne 5 salariés), une prime de panier repas à 4 euros par jour pour tous, la reprise d’un collègue que la nouvelle entreprise ne veut pas reprendre car sa carte de séjour avait expiré au moment du transfert, même s’il a rendez-vous pour le renouvellement le 20 novembre prochain, et la prolongation des mandats effectifs de nos représentants du personnel jusqu’aux prochaines élections.1

Face aux gréviste, la SNCF à décidé d'appeler la police pour casser la grève dans la nuit du 1er décembre, prétextant que « l’accumulation des déchets a fini par générer un véritable problème de salubrité et de sécurité publique : apparition de parasites, détritus jonchant le sol, risque de glissade pour les clients et les agents des gares, impossibilité d’appliquer le plan Vigipirate ».2

Dans ce climat de forte tension, les salarié.e.s du nettoyage ont besoin de notre soutien, tant sur les piquets de grève que financier : ce mois-ci, les fiches de paye affichaient zéro euros. Pour faire plier le direction de H. Reinier, nous devons permettre aux grévistes de tenir bon. Une caisse de grève en ligne existe (https://www.lepotcommun.fr/pot/smk9h0kl) et il est possible d'aller donner directement en se rendant sur le piquet de grève, à la gare de Saint-Denis.

De plus, une manifestation de soutien aura lieu samedi (https://paris.demosphere.eu/rv/58789).


1 https://sudrail.fr/SNCF-les-salaries-%E2%80%8Bdu-nettoyage-de-Paris-Nord-%E2%80%8Ben-greve

2http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-les-grevistes-expulses-pour-nettoyer-la-gare-02-12-2017-7429083.php

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre Macron: un point d’appui pour amplifier la mobilisation

La manifestation du 5 mai à Paris est un succès : il y avait plus de monde que le premier mai. La France insoumise annonce 160 000 manifestants, la police 40 000, et les médias capitalistes 38 900. On notera que ces chiens de garde annoncent des chiffres encore plus bas que ceux de la police, et ils s'abritent pour cela derrière l'expertise d'une officine « indépendante » qui prétend compter à l'unité près les manifestant.e.s.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

SNCF

L’AG inter-gares de Paris : un pas en avant dans le débordement du cadre de l’intersyndicale, un pas en avant dans la construction d’une grève victorieuse…

À Paris-Saint-Lazare (PSL), la journée des cheminot·e·s les plus mobilisé·e·s commence très tôt ce lundi 23 avril, comme tous les jours de grève du calendrier de « la perlée ». Dès 6h du matin, les grévistes se retrouvent pour tenir le piquet de grève avec l’objectif d’entraîner dans le mouvement celles et ceux qui ne l’ont pas encore rejoint. Contrairement à la grève de 2014 et à celle de 2016, ils/elles ne rencontrent aucun·e collègue pour défendre la réforme du gouvernement. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook