[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Agriculteurs : les revenus s’effondrent

    Par Gaston Lefranc (12 juillet 2014)
    Tweeter Facebook

    Après trois années de hausse, le revenu des agriculteurs a plongé en 2013, de 35% selon l'INSEE, de 22% selon le ministère de l'agriculture (qui exclut de ses chiffres les plus petites exploitations). Hormis 2009, c'est le niveau de revenu le plus bas depuis 1993.

    Les agriculteurs subissent la hausse du prix de leurs intrants (notamment les engrais et l'alimentation animale) alors que leurs prix de production baissent globalement. Même si les revenus des gros céréaliers baissent fortement cette année, les inégalités sont très importantes entre agriculteurs. Si le revenu moyen s'approche de 2 500 €, environ un quart des agriculteurs gagne moins que le SMIC. Les subventions perçues par les agriculteurs baissent à nouveau cette année, alors qu'elles devraient logiquement compenser leur manque à gagner. Et il y a un vrai risque que le jeu de la concurrence « libre et non faussée » élimine les agriculteurs les plus fragiles et détruise l'agriculture familiale (promue longtemps pour des raisons électorales) au profit des grandes exploitations.

    Endettement et suicide

    Depuis une dizaine d'années, les agriculteurs subissent des fluctutations importantes de leur revenu d'une année sur l'autre. Ils vivent dans la peur, le stress, d'autant plus que leur endettement (et notamment celui des plus jeunes) augmente. Un agriculteur se suicide tous les deux jours.

    Les intérêts de la grande majorité des agriculteurs, les paysans, divergent radicalement des gros exploitants défendus par la FNSEA. Ce syndicat réactionnaire mobilise en outre actuellement contre la limitation de l’utilisation de pesticides (à proximité des écoles), au mépris de la santé publique. Une fracture de classe oppose ceux qui vivent uniquement de leur travail et ceux qui surexploitent des travailleurs agricoles.

    Il faut exproprier ces agriculteurs capitalistes et garantir un revenu minimal de 1 700 € par mois pour tous (avec des prix administrés stables et une redistribution radicale des aides). Il faut également encourager les paysans à se regrouper (mutualisation des outils, exploitations collectives, etc.) et à faire de la qualité avec des méthodes qui préservent l’environnement. Pour satisfaire les besoins de la population, nous avons besoin d’une agriculture socialiste, non productiviste, et avec plus de paysans.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    L’indemnité inflation : un "cadeau" empoisonné pour les travailleurs/ses

    Castex a annoncé jeudi 21 octobre au soir la mise en place d’une « indemnité inflation » de 100 € pour tous ceux qui gagnent moins de 2 000 € net par mois. Cette mesurette censée marquer les esprits à 6 mois de la présidentielle est une escroquerie, un leurre pour éviter d’autres mesures. Face à la flambée des prix de l’énergie (+14,9 % en septembre sur un an d’après l’INSEE), d’autres types de mesures s’imposent ! Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Pauvreté, dépenses contraintes : la crise frappe durement les plus modestes

    Contrairement à ce que le gouvernement a tenté de faire croire, le niveau de vie moyen a baissé en France en 2020. Ainsi, le « revenu disponible ajusté » (qui tient compte de tous les transferts publics reçus par les ménages) a baissé de 1,5 % quand on tient compte de l’inflation et de l’évolution démographique. Derrière cette moyenne se cache de grandes disparités : les plus précaires ont vu leur niveau de vie s’effondrer pendant que les plus riches ont vu leur épargne (et leur patrimoine immobilier) s’envoler.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    À propos de la crise du bitcoin

    Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook