[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Agriculteurs : les revenus s’effondrent

    Par Gaston Lefranc (12 juillet 2014)
    Tweeter Facebook

    Après trois années de hausse, le revenu des agriculteurs a plongé en 2013, de 35% selon l'INSEE, de 22% selon le ministère de l'agriculture (qui exclut de ses chiffres les plus petites exploitations). Hormis 2009, c'est le niveau de revenu le plus bas depuis 1993.

    Les agriculteurs subissent la hausse du prix de leurs intrants (notamment les engrais et l'alimentation animale) alors que leurs prix de production baissent globalement. Même si les revenus des gros céréaliers baissent fortement cette année, les inégalités sont très importantes entre agriculteurs. Si le revenu moyen s'approche de 2 500 €, environ un quart des agriculteurs gagne moins que le SMIC. Les subventions perçues par les agriculteurs baissent à nouveau cette année, alors qu'elles devraient logiquement compenser leur manque à gagner. Et il y a un vrai risque que le jeu de la concurrence « libre et non faussée » élimine les agriculteurs les plus fragiles et détruise l'agriculture familiale (promue longtemps pour des raisons électorales) au profit des grandes exploitations.

    Endettement et suicide

    Depuis une dizaine d'années, les agriculteurs subissent des fluctutations importantes de leur revenu d'une année sur l'autre. Ils vivent dans la peur, le stress, d'autant plus que leur endettement (et notamment celui des plus jeunes) augmente. Un agriculteur se suicide tous les deux jours.

    Les intérêts de la grande majorité des agriculteurs, les paysans, divergent radicalement des gros exploitants défendus par la FNSEA. Ce syndicat réactionnaire mobilise en outre actuellement contre la limitation de l’utilisation de pesticides (à proximité des écoles), au mépris de la santé publique. Une fracture de classe oppose ceux qui vivent uniquement de leur travail et ceux qui surexploitent des travailleurs agricoles.

    Il faut exproprier ces agriculteurs capitalistes et garantir un revenu minimal de 1 700 € par mois pour tous (avec des prix administrés stables et une redistribution radicale des aides). Il faut également encourager les paysans à se regrouper (mutualisation des outils, exploitations collectives, etc.) et à faire de la qualité avec des méthodes qui préservent l’environnement. Pour satisfaire les besoins de la population, nous avons besoin d’une agriculture socialiste, non productiviste, et avec plus de paysans.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    Pouvoir d’achat : les mensonges du gouvernement

    Dans un entretien au Parisien le 8 mai dernier, Darmanin claironnait : « Plus de 95% des contribuables paieront moins d’impôts ». Une fake news de plus pour cet habitué du mensonge, qui avait osé dire le 19 mars dernier sur LCI : « Aujourd’hui, le mouvement des Gilets jaunes a détruit plus d’emplois, et il a détruit plus de richesses que la plupart de ce que nous avons connu depuis les dix dernières années, des manifestations, des contestations, des crises économiques, c’est quand même un scandale absolu ».

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Fiscalité

    Les riches, grands gagnants des mesures fiscales de 2018-2019

    L’OFCE et l’Institut des politiques publiques ont mesuré les effets des mesures fiscales 2018 et 2019 du gouvernement sur le pouvoir d’achat. Les 1 % les plus riches verraient leur revenu disponible grimper de 6,4 % (entre 2017 et 2019) grâce à ces mesures alors que les gains seraient inférieurs à 2 % pour tous les autres, et même négatifs pour les 10 % les plus pauvres. 

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook