[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Actualité du comité NPA Auxerre

Par Comité NPA Auxerre (15 février 2016)
Tweeter Facebook

L'union sacrée autour du projet de constitutionnalisation de l'état d'urgence et de la déchéance de nationalité.

Dans l'Yonne, les trois députés (2 LR et 1 PS) se sont unis dans la honte ce 10 février à l'Assemblée Nationale.

Marie-Louise Fort, maire LR de Sens, qui s'était déjà fait remarquer dès le mois de novembre 2015 en proclamant le couvre feu dans un quartier populaire de sa ville, Guillaume Larrivé, en bon lieutenant sarkozyste (il a été au cabinet de Brice Hortefeux) et Jean-Yves Caullet, socialiste bon teint d'une petite ville tranquille aux portes du Morvan, ont fait le déplacement à Paris pour faire entendre la voix du tout sécuritaire.

C'est au nom de L'Union Sacrée, aux relents historiques nauséabonds, que ces élus cherchent à imposer leur vision policière  de la société.
Nous n'avons rien à attendre de ces élus qui ne représentent qu'eux mêmes et nous devons nous organiser pour faire barrage à leur politique de classe et de division.

Quand parler arabe nuit à la sécurité

L'islamophobie trouve une application très concrète avec le thème de l'enseignement des langues et cultures d'origines (ELCO). Ce dispositif d'éducation qui existe depuis les années 70, et concerne un peu plus de 92000 élèves en France, fait l'objet de plus en plus d'attaques très ciblées provenant toutes de la droite et de l'extrême droite. Une des premières charges importantes venait de Bruno Lemaire, en mars 2015, suite à un rapport secret du Haut Conseil à l'intégration (HCI) daté de 2013.

Dans l'Yonne, c'est le maire de Migennes, François Boucher (LR), qui affiche son intention de suspendre l'enseignement du turc et de l'arabe dans les écoles primaires de la commune. C'est au cours du conseil municipal du 10/02 que M. Boucher a prétexté que les questions de sécurité liées à l’état d'urgence n'étaient pas résolues et que cela justifiait l'abandon de l'ELCO! Migennes est une commune avec une population issue de l’immigration importante et, de fait, de très nombreux habitants se sentent à juste titre insultés.

La très jacobine République Française n'a jamais que toléré l'enseignement des langues des populations post-coloniales. Si des dispositifs (très) spécifiques comme l'ELCO existent, c'est à petite échelle et il est hors de question, par exemple, que l'arabe soit proposé comme LV2 au même titre que l'espagnol ou l'allemand.

Mais même ces programmes marginaux sont encore de trop pour certains qui ne se privent pas pour étaler leur bêtise la plus crasse. L'état d'urgence est décidément une aubaine pour l'islamophobie. Une autre raison de le dénoncer avec force.

Répression d'un jeune militant de l'AFPS

Le comité NPA Auxerre, impliqué dans le collectif unitaire anti état d'urgence de l'Yonne, lutte pour soutenir un jeune militant de l'AFPS, accusé injustement  d'incitation à la haine raciale.

Le collectif icaunais « Oui aux libertés » réuni à Auxerre, salle Anna le 5 février 2016 a convenu à l’unanimité, de soutenir le jeune militant de l’Association France Palestine Solidarité qui fait actuellement l’objet de poursuites judiciaires de la part du Procureur de la République du Tribunal d’Auxerre.

Avec les militants de l’AFPS il avait le 11 novembre 2015 distribué aux abords du Centre Commercial Leclerc d’Auxerre un tract appelant au boycott des produits issus des colonies israéliennes en de Palestine occupée. Cette action répondait à un appel national de l’AFPS dans le cadre d’une journée : « Non aux produits des colonies dans les magasins de France ».

A la suite de cette action, le jeune militant a été convoqué par les services de police d’Auxerre et a fait l’objet par le Tribunal d’Auxerre d’une deuxième convocation pour : « Rappel à la loi pour incitation à la haine raciale ».

A aucun moment, ni oralement, ni par écrit, ni avant, ni pendant, ni après la manifestation des propos racistes ou antisémites n’ont été proférés par le jeune en question ni par ses camarades.

Le dossier de Monsieur le Procureur que l’avocat désigné par l’AFPS a pu consulter est totalement vide.

Lors de sa convocation en présence de son avocat le jeune militant a refusé très légitimement de signer le rappel à la loi faisant valoir entre autre ses convictions pacifistes, antiracistes et contre toutes discriminations.

Pour le collectif « Oui aux libertés » de l’Yonne, il s’agit là comme on le voit dans d’autres affaires en France d’une volonté politique délibérée d’intimidation des militants associatifs, syndicaux, politiques et citoyens engagés et de criminalisation des actes militants pour la défense des droits en France et dans le monde.

Notre collectif demande donc au Parquet d’Auxerre un « classement sans suite » de cette affaire le plus rapidement possible et donc l’abandon des poursuites.

Il soutient et soutiendra toute action que l’AFPS décidera pour faire valoir le droit à la liberté d’expression et appelle lui aussi à un soutien le plus large autour du jeune militant de l’AFPS.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

Congrès du NPA: Porter le projet communiste révolutionnaire en s’adaptant à la nouvelle situation

Comme à chaque congrès du NPA depuis sa fondation, nous entendons soumettre au vote la décision que soit enfin créée une véritable organisation communiste révolutionnaire. Il faut donc décider enfin de rompre avec le projet de construire le NPA comme parti anticapitaliste mais non révolutionnaire : le NPA soutient certes les luttes et dénonce le capitalisme comme les gouvernements, mais il refuse d’assumer le projet du communisme autogestionnaire, de défendre l’objectif d’un pouvoir des travailleur/se-s comme moyen politique pour exproprier les capitalistes et mener à bien la transformation révolutionnaire de la société par sa réorganisation globale. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union populaire

Pour un regroupement communiste révolutionnaire DANS l’Union populaire

Le Comité politique national (CPN) du NPA a décidé de convoquer le congrès du NPA pour décembre. La discussion est donc ouverte dans une situation politique marquée par les suites d’une séquence électorale inédite et plus généralement par les phénomènes de crise internationale multiforme (réchauffement climatique, guerre en Ukraine, stagnation économique, inflation...).

  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

NPA

De la présidentielle aux législatives : les multiples errements du NPA

Le NPA a commencé par rater complètement le coche des présidentielles, sans prendre du tout la mesure de ce qui s’y jouait. Il peut bien sûr être légitime qu’un parti révolutionnaire ou en tout cas anticapitaliste profite de la tribune offerte par les élections pour faire entendre la spécificité de son orientation et se construire : mais d’une part, le NPA ne profite jamais de ces tribunes pour développer une orientation révolutionnaire clairement délimitée par rapport aux programmes réformistes, d’autre part il a complètement ignoré le sens politique que la candidature réformiste de Mélenchon avait dans la conjoncture présente.

  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook