[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Contre la répression et les violences policières, pour la justice et la dignité !

Contre la répression et les violences policières, pour la justice et la dignité !

Ce samedi 28 janvier avait lieu à Paris une manifestation contre la (les) répression(s), à l’appel de la « Coordination contre la répression et les violences policières ». Nous y étions présent-e-s sous le drapeau du NPA, aux côtés d’environ 400 manifestant-e-s combatifs/ves, pour exprimer notre solidarité avec tou-te-s celles/ceux que frappe l’État, chargé du maintien de l’ordre capitaliste. Une série de prises de parole sur la Place de la République a illustré l’étendue de la répression et des violences policières, notamment contre les militant-e-s et les personnes racisées. Notre camarade Baptiste est intervenu en soulignant la nécessité de formuler un programme révolutionnaire pour renverser l'État policier. Puis nous avons cheminé d’un pas vif vers le Tribunal de Grande Instance.

Les passant-e-s que nous avons croisé-e-s semblaient rarement comprendre l’objet de notre manifestation. Il est vrai que la désinformation règne, dans les médias dominants, comme l’illustre le traitement réservé à la famille d’Adama Traoré et le silence sur la répression des militant-e-s contre la Loi Travail ou du mouvement de solidarité avec les migrant-e-s, par exemple. Tout de même, il aurait sans doute été possible de faire mieux que certains slogans franchement insaisissables par la population, comme « Un flic, une balle, justice sociale » ou « Siamo tutti antifascisti » (« nous sommes tous antifascistes »). D’une manière générale, la ligne politique exprimée accordait une place exagérée à la dénonciation des institutions policières, et faisait rarement le lien entre ce thème important et des slogans antiracistes et anticapitalistes concrets.

Pour construire un mouvement massif contre la répression, les violences policières, le racisme et l’islamophobie d’État, nous appelons à préparer dès à présent la grande manifestation nationale de la

Marche pour la Justice et la Dignité, jeudi 19 mars à Paris !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Gilets jaunes

Après la violence du 1er mai, se préparer à faire face

Les comptes rendus, les articles, les témoignages, les publications sur les réseaux sociaux ou encore les vidéos et les photos de la manifestation parisienne du 1er mai mettent tous en évidence une chose : le gouvernement Macron, et particulièrement le Ministère de l’Intérieur avec Castaner aux commandes a fait le choix très clair de détruire par la force la plus brutale tout mouvement de contestation.  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

France

Destruction des libertés: Une mobilisation unitaire et vraiment massive est urgente !

Dans quel pays vit-on quand un ministre de l’intérieur (Castaner) cite Clémenceau (https://tendanceclaire.org/breve.php?id=33594) comme modèle lors de la prise de fonction du nouveau préfet de police de Paris : « Didier Lallement, votre modèle est Georges Clemenceau, sa main n'a jamais tremblé ». Rappelons que Clémenceau a fait tuer des manifestants en 1907 et 1908. Son surnom était le « briseur de grèves ». Belle référence pour l’ex socialiste Castaner.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Gilets jaunes

Loi "anti-casseurs" ou loi anti-opposant.e.s politiques ?


Des milliers arrestations « préventives » et des garde-à-vue le plus souvent parfaitement arbitraires (comme le prouve le fait qu’il y ait plus de 5000 gardes à vue pour à peine plus de 250 personnes poursuivies après) ; des consignes données par le pouvoir pour garder à vue y compris les personnes manifestement innocentes de toute infraction et pour traîner en justice un maximum de gardés à vue sous les prétextes les plus futiles Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook