[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Après la manifestation du 14 juillet, quelles perspectives pour le Front social?

Ce vendredi 14 juillet a eu lieu une nouvelle manifestation à Paris à l'appel du Front social, en réaction à l'annuel défilé militaire qui célèbre l'impérialisme français. L'intitulé était clair : contre Trump (et sa venue à Paris), la guerre et les ordonnances Macron.

Quelques 1100 personnes ont répondu à l'appel, ce qui n'est pas négligeable en cette période de creux estival. Outre les structures à l'initiative du Front social, de nombreuses organisations étaient présentes, dont le NPA. Fait notable, les collectifs BDS, Sortir du colonialisme ou encore pour la libération de Georges Abdallah ont rejoint la manifestation, sur des mots d'ordres anti-impérialistes et contre la venue à Paris du bourreau du peuple palestinien Netanyahou. De plus, Assa Traoré a aussi pris la parole, appelant à se rendre à la manifestation de Beaumont-sur-Oise le 22 juillet, 1 an après la mort d'Adama, en soulignant l'acharnement de l’État contre sa famille.

Pourtant, il ne faut pas nier qu'il s'agissait principalement de militant.e.s combatifs/ves et que, malgré une certaine convergence entre plusieurs collectifs et autres structures syndicales, le Front social peine à élargir sa base. S'il a été évoqué de construire la journée de grève du 12 septembre, il est regrettable qu'il n'y ait toujours pas d'interpellation claire des directions syndicales. Comme il a été rappelé à l'AG nationale du 10 juin, le Front social n'a pas vocation à se substituer aux confédérations. Raison de plus pour dénoncer le dialogue social et interpeller Martinez qui, plutôt que d'aller discuter avec Macron dans les petits salons de l’Élysée, devrait sans attendre préparer une feuille de route pour mettre en échec l'application prochaine des ordonnances.

Nous ne nous faisons pas d'illusions : ça ne sera pas à l'Assemblée que le rapport de force contre le gouvernement aura lieu, mais sur nos lieux de travail, d'étude, et dans la rue. A ce titre, il est très regrettable que Mélenchon ait appelé à des rassemblements 2 jours avant la manifestation d'aujourd'hui, préparée depuis bien plus longtemps. Il se place de fait en extériorité du Front social, continuant de semer ses illusions réformistes. La tâche des dirigeants de ce regroupement serait de l'interpeller, lui et surtout sa base, et d'appeler à un front unique large.

- Pour que le Front social interpelle les directions syndicales pour la rupture du dialogue social et la mise en place d’un plan de mobilisation générale ;

- Pour que le Front social continue d’intégrer un maximum de structures syndicales, ainsi que des collectifs de lutte divers (féministes, LGBTI, quartiers populaires, contre les violences policières, contre les grands projets inutiles…) ;

- Pour que le Front social interpelle les organisations politiques du mouvement ouvrier pour qu’elles participent au FU, appellent aux mobilisations et incitent leur militant-e-s à participer au Front social ;

- Pour que le Front social au niveau national soit dirigé par des AG régulières, reposant sur des délégués mandatés, et animé par un Collectif de direction sur un modèle confédéral : avec des représentant-e-s des structures parties prenantes et des fronts sociaux locaux, et en tenant compte de leur poids respectif avec un système de mandats.

Contre Macron et sa politique ultra-libérale, contre Trump et Netanyahou, contre l’impérialisme et toutes ses guerres !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

France

Énorme meeting interpro à Tolbiac mercredi 11 avril ! Tous ensemble contre la répression et pour la grève générale !

La répression s'accentue contre les étudiant-e-s en lutte : À Nanterre lundi 9 avril, les flics sont intervenus pour empêcher les étudiant-e-s de se réunir. Ils ont frappé des étudiant-e-s pacifiques et procédé à plusieurs arrestations. La riposte a été à la hauteur : une AG massive a voté le blocage de l'université mardi 10 avril. Les personnels de l'université ont dénoncé avec force ces violences inacceptables. Le président de Nanterre doit aujourd'hui être démissionné au plus vite.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Congrès NPA

Pour la convergence des luttes, vaincre le sectarisme !

Avant même la naissance du NPA – avec notamment la bagarre des Lu en 2001 – la question s’est posée de la convergence des luttes, pour bloquer l’offensive capitaliste et redonner confiance à notre classe. L’état du mouvement syndical continue à se dégrader, au point que des franges croissantes du monde du travail et de la jeunesse rejettent le syndicalisme en tant que tel. Notre parti doit absolument intervenir sur cette question. Le problème est surtout domination du syndicalisme par des bureaucraties de plus en plus conservatrices, veules ou impuissantes. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Loi travail XXL

19 octobre, ou le mauvais chant du cygne

Ce jeudi 19 octobre, la CGT et Solidaires ont appelé à des manifestations et rassemblements dans tout le pays pour protester contre la réforme du code du travail : la loi travail XXL. Malheureusement, le nombre de manifestants était beaucoup plus faible que lors des précédentes journées. Les quelques dates isolées de protestation contre la politique du gouvernement impulsées par les directions syndicales, n’ont finalement rien fait pour construire un mouvement social en capacité de faire reculer le gouvernement, bien au contraire… Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Loi Travail XXL

Toulouse : Une assemblée générale réunissant 400 personnes à l’université du Mirail qui malgré des problèmes lance la mobilisation sur la fac

Après des journées de mobilisations le 12 et le 21 septembre où les étudiant.e.s du Mirail ont été présent.e.s dans les cortèges interorga de fac (sans doute une centaine à chaque fois) et ce sans que la fac ne soit ouverte, la rentrée a sonné le début d’une mobilisation. Dès le premier jour, le 25/09, une interorga réunissant Solidaires Etudiant.e.s, l’UET mais aussi le NPA Jeune s’est réunie pour discuter de la mobilisation à construire contre les multiples attaques de macrons (ordonnances, sélection à l’université, baisse des APL, budget de l’ESR stagnant alors qu’il y a 4000 étudiant.e.s supplémentaires…). Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook