[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Bridage des Iphone : exproprier Apple pour reprendre le contrôle

Par Frédérick Lorie (31 décembre 2017)
Tweeter Facebook

La semaine dernière, Apple communiquait sur le bridage des performances de vieux Iphone, assumant volontairement son action qui transitait via des mises à jour système. Dans la foulée, l’association HOP (Halte à l’Obsolescence Programmée), qui vient d’ouvrir une action en justice contre Epson, tente un combo en attaquant parallèlement Apple à la suite de cette révélation. Difficile pourtant d’assimiler la conduite d’Apple à de l'obsolescence programmée, la firme de Cupertino ayant pris la peine d’expliquer le sens réel de sa démarche visant simplement à ménager les batteries. Si on définit l’obsolescence programmée comme une manipulation de la durée de vie d'un appareil - dans le sens de sa diminution1 - la gestion des performances, telle que mise en place par la Pomme, reviendrait en fait à retourner l'argument à l’envoyeur ; dans le cadre d'un appareil sollicité et consommant de l'énergie au point de devoir le recharger tous les jours, la recherche d'une économie des ressources sur des modèles usés (et donc avec une charge de batterie dégradée et inférieure qu'au moment de l'achat) est plutôt un service visant à allonger la durée d'utilisation de l'appareil (en évitant que sa batterie lâche au cours de la journée).

Pour autant il y a quand même une vraie raison d’en être mécontent comme il en est fait écho dans la presse ; le vrai problème qui est posé par cette histoire c'est la dépossession d'un bien pourtant chèrement acquis par les consommateurs et consommatrices, qu'ils et elles doivent subir en toute opacité, sans contrôle ni réelle possibilité de refus (en tout cas pas sans la forme de chantage qui est souvent fait : en bloquant ou privant de fonctionnalités). Plutôt que cette dépossession c'est l'expropriation des dirigeant-e-s de ces entreprises qu'il faut organiser et l'organisation de la production et du développement par les salarié-e-s dans l'optique d'un contrôle maximal de l'utilisateur ou l'utilisatrice finale, de mettre fin par conséquent au secret industriel, d'ouvrir les codes sources des logiciels, de la documentation du fonctionnement matériel et faciliter la réparation et le remplacement individuel des pièces.


1 « L'obsolescence programmée se définit par l'ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d'un produit pour en augmenter le taux de remplacement » (Wikipédia, consulté le 29/12/2017 ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Obsolescence_programmée)

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Tribune libre

Parlons un peu de l’homéopathie

« L’homéopathie relève donc bien plus de la croyance que de la médecine, et l’on pourrait se dire que, finalement, ce n’est pas si grave, quelqu’un qui s’enfile des gélules de sucres ne présente pas le moindre risque pour le reste de la population. Malheureusement, c’était sans compter sur les grandes entreprises qui, y voyant un moyen de gagner de l’argent à moindre coût, se sont engouffrées dans la brèche. N’est-ce pas étrange de voir passer des publicités vantant les produits des « Laboratoires » Boiron lorsque l’on sait que la science elle-même considère l’homéopathie comme obsolète ?» Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Société

Publicité : quelle critique anticapitaliste ?

La publicité est devenue une sorte de symbole du capitalisme, et se retrouve donc critiquée par des mouvements de « gauche » très divers. Si les actions anti-pub se limitent à des minorités, le « sentiment anti-pub » est largement partagé (un sondage de 2013 donnait par exemple 64 % des personnes en France trouvant la publicité « désagréable »). D’où l’intérêt de développer une critique anticapitaliste de la publicité. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Libéralisation

« Routes nationales de France » : vers la privatisation du réseau routier ?

Depuis la loi de décentralisation de 2004 qui transférait la gestion de routes nationales aux départements, et la privatisation des autoroutes en 2005, il ne reste aujourd’hui plus que 12 000 km de routes sous la compétence de l’État. Les infrastructures se dégradent, et on estime aujourd’hui qu’il faudrait investir 4 milliards d’euros en dix ans pour les rénover. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook