[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Communiqué du Bataillon international YPG sur Afrîn

Nous relayons et traduisons le communiqué du bataillon international YPG sur l'attaque de la région d'Afrîn par l'armée turque. La page facebook des bataillon : https://www.facebook.com/YPG-International-Battalion-1945571782322375/


Il y a quelques jours, l'armée turque a franchi la frontière syrienne pour lancer une attaque contre la région d'Afrîn.

Le régime AKP-MHP accuse grossièrement le PYD de régner par la terreur, alors que contrairement à la Turquie, tous les partis politiques sont légaux et qu'il n'y a pas un seul prisonnier politique au Rojava (combien dans les prisons turques ?).

Ils accusent aussi de façon grossière le YPG de se battre aux côtés de Daesh (!) alors même que l'État turc soutient toujours Daech contre YPG.

Les allégations turques sont préjudiciables et ne parviennent pas à cacher leur objectif réel: empêcher toute forme de démocratie pour les peuples de Syrie, détruire toute forme d'autonomie pour le peuple kurde et contrôler la région à travers les gangs réactionnaires qu'ils parrainent.

Le Tabur International YPG continuera à se battre pour la révolution, à la défense de TOUS ses ennemis. C'est pourquoi certains de nos camarades se sont rendus dans la région d'Afrin pour stopper l'agression turque, tandis que les autres ont décidé de poursuivre la lutte contre Daech sur le front sud.

Erdoğan a fait une terrible erreur en attaquant Afrîn. La résistance des YPG/YPJ continuera jusqu'à ce qu'il ne reste plus un seul soldat turc sur la terre syrienne. Cela sera leur Viet-Nam. Afrîn sera la tombe du régime AKP-MHP.

Ils ne passeront pas !

Bijî berxwedana YPG-YPJ!
Bijî piştgiriya enternasyonalist!


A few days ago, the Turkish Army crossed the Syrian border to launch an attack on the Afrîn region.
The AKP-MHP regime grossly accuses PYD of ruling by terror, while all political parties are legal and there is not a single political prisonner in Rojava (how many in Turkish jails?). They grossly accuse YPG of fighting alongside with Daesh (!) while the Turkish State has always supporting Daesh against YPG.
The Turkish allegations are prepostorous and fail to cover their actual goal: to prevent any form of democracy for the peoples of Syria, destroying any form of autonomy for the Kurdish people and controlling the region through the reactionary gangs they sponsor.

The YPG International Tabur will continue struggling for the revolution, in the defense of ALL its ennemies. This is why some of our comrades went to Afrin region to stop the Turkish aggression, while the others decides to continue the fight against Daesh on the Southern front.

Erdoğan made a terrible mistake attacking Afrîn. The resistance of YPG/YPJ will continue until not a single Turkish soldier is on the Syrian land. This is going to be their Viet-Nam. Afrîn will be the grave of the AKP-MHP regime.

They shall not pass!
Bijî berxwedana YPG-YPJ!
Bijî piştgiriya enternasyonalist!

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook