[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Toujours plus loin dans l’abjection : pour avoir le privilège d’être français, les immigrés doivent démontrer leur adhésion aux valeurs de la bourgeoisie française

    Par Gaston Lefranc ( 1 février 2010)
    Tweeter Facebook

    Le 2 février, Éric Besson (ministre de l’immigration) a refusé la nationalité française à un ressortissant étranger dont la femme (française) porte le voile intégral. C’est la première fois que la naturalisation par le mariage est refusée pour ce motif. Aujourd’hui, pour devenir français, il faut passer un entretien individuel avec un agent de la préfecture, afin de « vérifier l’assimilation à la communauté française ». C’est sur la base de cet entretien que Besson a pris cette décision. En juin 2008, le Conseil d’État avait déjà rendu un arrêt confirmant le refus d’octroyer la nationalité française à une Marocaine en prétextant une « pratique radicale de la religion incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française ».

    Ainsi, pour qu’un étranger puisse devenir français, il doit se soumettre à une police de la pensée qui doit vérifier son adhésion aux « valeur de la république ». C’est un procédé néocolonial qui impose que l’étranger se prosterne devant les valeurs de la bourgeoisie du pays d’accueil.

    Les gouvernements bourgeois n’ont aucune raison de s’arrêter de stigmatiser les populations les plus exploitées et les plus fragilisées. C’est d’autant plus écœurant qu’ils se drapent derrière le drapeau de l’humanisme. Face à ces opérations de plus en plus abjectes, les marxistes révolutionnaires doivent organiser l’ensemble des travailleurs pour s’opposer à ces opérations qui visent les couches les plus fragiles du prolétariat. Ils doivent avoir le courage de torpiller l’unité nationale autour du consensus républicain bourgeois, et de ne faire aucune concession aux préjugés racistes qui sont enracinés au sein du prolétariat français. Le NPA doit s’adresser à l’ensemble des travailleurs, quelle que soit leur pratique religieuse, pour déjouer les manœuvres du gouvernement et bloquer les dispositifs qui visent à stigmatiser la population d’origine immigrée.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    social

    Grève du 3 juin 2021 : les crèches, malgré une mobilisation de deux ans, toujours dans le collimateur du gouvernement

    Malgré les fortes mobilisations des salarié·e·s du secteur de la petite enfance, depuis maintenant plus de deux ans, le gouvernement de Macron s’obstine à vouloir passer en force et imposer son projet de réforme des établissements d'accueil des jeunes enfants (EAJE), initié par le secrétaire d'État chargé de l'enfance et des familles, Adrien Taquet. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Social

    Un gouvernement destructeur, même dans les crèches !

    Le gouvernement de Macron a une ligne politique claire : un des buts de sa politique néo-libérale est de détruire les services publics pour les ouvrir aux intérêts privés de quelques capitalistes. Après la destruction méthodique des transports publics ferroviaires, après la sélection généralisée à l’université, après la réforme Blanquer, les crèches sont, elles aussi, dans la ligne de mire.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Antiracisme

    19 février : Ménilmontant capitale de l’antiracisme ?

    Le rassemblement de Ménilmontant signifiait d’abord se rassembler contre l’antisémitisme dans toutes ses formes, mais aussi contre tous les racismes, à égalité. Les racismes ne sauraient être hiérarchisés et tous doivent être combattus. Combattus politiquement, et certainement pas moralement comme s’il s’agissait simplement d’une question individuelle. À l’appel de l’UJFP, ce sont quelque 400 personnes qui se sont retrouvé·e·s mardi 19 février à Ménilmontant qu’ils ont rebaptisé « capitale de l’antiracisme ».

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook