[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Chapitre 5.2: "Pollutions : désempoisonner le monde"... sans exproprier le moindre capitaliste ?

    La Tendance CLAIRE a décidé d’ "appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon tout en menant bataille contre les impasses réformistes de son programme" (https://tendanceclaire.org/article.php?id=1705). C’est pourquoi nous proposons une analyse critique du programme de l’Union populaire.

    Billets précédents :

    Chapitre 1.1, Chapitre 1.2, Chapitre 1.3, Chapitre 1.4, Chapitre 1.5, Chapitre 1.6

    Chapitres 2.1 et 2.2, Chapitre 2.3, Chapitre 2.4, Chapitre 2.5, Chapitre 2.6

    Chapitre 3.1, Chapitre 3.2, Chapitre 3.3, Chapitre 3.4

    Chapitre 4.1, Chapitre 4.2, Chapitre 4.3, Chapitre 4.4, Chapitre 4.5

    Chapitre 5.1

    5. 2) « Pollutions : désempoisonner le monde »... sans exproprier le moindre capitaliste ?

    Nous le savons, il y a urgence : « L’empoisonnement du monde est global. L’air, l’eau et les sols sont affectés par toutes sortes de pollutions plastiques, chimiques, industrielles. Les plus riches polluent le plus. Mais ce sont les plus pauvres qui en subissent davantage les conséquences. Un plan de dépollution national et international s’impose. »

    Mais il est curieux que la « mesure clé » soit d’« aider les victimes des pollutions et les lanceurs d’alerte sur la base d’un fonds abondé par les consommations polluantes » : c’est nécessaire, bien sûr, mais la « clé » n’est-elle pas d’empêcher au maximum les pollutions évitables ?

    Les mesures suivantes proposent certes de combattre ces pollutions, mais il s’agit pour l’essentiel de mieux contrôler les entreprises capitalistes, sans remettre en cause leur existence même. Il s’agit ainsi de « redonner à l’État et aux collectivités locales les moyens humains et financiers pour appliquer le triptyque "surveiller, contrôler, sanctionner" et réguler face au libre marché ». Comment peut-on sérieusement croire que la logique du « marché », même « régulé », puisse conduire à autre chose qu’à la perpétuation et l’aggravation de « l’empoisonnement du monde » sur lequel le texte nous alertait au début ?

    Bien sûr, on ne peut pas être contre « revenir sur les affaiblissemens des normes environnementales et des mécanismes de participation publique décidée lors du précédent quinquennat (décrets permettant aux préfets de déroger aux normes environnementales, par exemple) », d’« établir un plan d’urgence pour la dépollution des régions durablement polluées en France, dont en priorité la Guadeloupe et la Martinique victimes du chlordécone », de « gérer les risques industriels avec la création d’une autorité de sûreté indépendante des risques industriels, augmenter le nombre d’inspecteurs des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) et augmenter le seuil de l’amende maximale pour les ICPE à 500 000 euros (contre 15 000 euros actuellement). » Par ailleurs, il est juste que soient purement et simplement « arrêt[ées] les activités dangereuses pour la santé et l’environnement (comme les engrais à base de nitrate d’amonium) et planifier la reconversion des travailleurs vers des secteurs d’activité utile (énergie, assainissement et gestion des déchets). »

    Mais il n’est plus question de la moindre « collectivisation » dont nous parlait le point 1 de ce chapitre, ni même d’une quelconque reconfiguration des productions industrielles actuelles ! Dès lors, l’ensemble des mesures préconisées ne permettrait vraiment pas de « désempoisonner le monde », mais au mieux de limiter la pollution industrielle – si du moins leur application n’est pas sabotée par les capitalistes...

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Législatives

    Législatives : tirer toutes les leçons de la défaite de Macron, de l’échec de la NUPES et de la poussée du RN

    Le second tour des élections législatives a livré les verdicts suivants : L’abstention est encore plus massive qu’au premier tour, malgré l’incertitude qui planait sur l’issue du scrutin. Avec les votes blancs et nuls, moins de 43 % des inscrit-e-s ont exprimé un vote. Ce sont les jeunes et les catégories populaires qui se sont le plus abstenu-e-s : près de 70 % des moins de 35 ans n’ont pas voté, de même que plus de 65 % des ouvrier/ère-s et employé-e-s !

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Elections législatives

    Dimanche, votons NUPES pour mettre Macron en minorité !

    Le fait majeur du premier tour des élections législatives est l’abstention massive, battant le record de 2017. Plus d’un Français sur deux s’est abstenu. Mais ce sont surtout plus de 60 % des ouvriers et employés, et plus de 70 % des jeunes (moins de 35 ans) qui se sont abstenus. Autrement dit, la France insoumise n’a pas réussi son pari de mobiliser massivement son électorat.

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook