[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Chapitre 5.1: "Collectiviser les biens communs fondamentaux"... mais en évitant de préciser ce que cela veut dire ?

    Par Luc Raisse ( 8 mars 2022)
    Tweeter Facebook

    La Tendance CLAIRE a décidé d’ "appeler à voter pour Jean-Luc Mélenchon tout en menant bataille contre les impasses réformistes de son programme" (https://tendanceclaire.org/article.php?id=1705). C’est pourquoi nous proposons une analyse critique du programme de l’Union populaire.

    Billets précédents :

    Chapitre 1.1, Chapitre 1.2, Chapitre 1.3, Chapitre 1.4, Chapitre 1.5, Chapitre 1.6

    Chapitres 2.1 et 2.2, Chapitre 2.3, Chapitre 2.4, Chapitre 2.5, Chapitre 2.6

    Chapitre 3.1, Chapitre 3.2, Chapitre 3.3, Chapitre 3.4

    Chapitre 4.1, Chapitre 4.2, Chapitre 4.3, Chapitre 4.4, Chapitre 4.5

    Le chapitre 5, qui clôt la partie 2 du programme AEC, consacrée aux mesures nécessaires pour « s’adapter au système de la nature », a pour titre « Protection des biens communs ». Les points de ce chapitre sont en fait consacrés essentiellement aux biens communs naturels, que sont l’eau, l’air, la forêt, « l’écosystème et la biodiversité » – mais aussi, curieusement, les animaux d’élevage, qui ne sont pourtant ni « communs », ni même vraiment « naturels ». Si le titre du point 5. 1) annonce qu’il s’agit de « collectiviser les biens communs fondamentaux », on va voir qu’en fait presque aucune mesure ne va réellement en ce sens (et pas seulement pour les animaux d’élevage !). On est ici à la limite de l’entourloupe, puisque la ronflante « collectivisation des biens communs » ne concerne que leur propriété officielle (qui est pourtant déjà largement actée dans la loi française), mais n’implique aucunement leur utilisation effective par le secteur public !

    5. 1) « Collectiviser les biens communs fondamentaux »... mais en évitant de préciser ce que cela veut dire ?

    Nous sommes tout à fait d’accord pour dire qu’« une minorité veut vendre au marché jusqu’aux biens les plus essentiels à la survie humaine. L’intérêt général humain exige de protéger dans la loi ces biens communs de l’humanité. C’est au peuple de contrôler démocratiquement leurs usages et leur protection. L’eau et l’air, qui permettent la vie, doivent être collectivisés. »

    De plus, la « mesure clé » est d’« établir par référendum la liste des biens communs et services essentiels, et les collectiviser ». Il est donc envisagé de « collectiviser » d’autres biens et services, et on ne peut évidemment pas s’opposer à l’idée qu’il revienne au peuple d’en décider, après bien sûr un grand débat démocratique. Malheureusement, le programme AEC n’envisage pas une seconde le déchaînement des capitalistes et de leurs laquais politiques que cela provoquerait. Et surtout, le renvoi à un référendum peut apparaître comme une manière pour le programme AEC de ne pas se prononcer sur la plupart des secteurs potentiellement concernés par ce titre de « biens communs » et encore moins sur ce qu’il entend par « collectiviser » – de fait, nous verrons que cela reste toujours flou, alors que c’est évidemment une question décisive...

    De ce point de vue, la seule proposition concrète de ce point apparaît pour le moins dérisoire : « créer un défenseur des biens communs chargé de produire et publier un rapport annuel »...

    Quant à la « mesure » visant à « empêcher le droit de propriété privée de prévaloir sur la protection de l’eau, de l’air, de l’alimentation, du vivant, de la santé et de l’énergie », force est de constater qu’elle ne veut pas dire grand-chose... à part qu’elle ne met pas en cause « le droit de propriété privée » ! Pourquoi dès lors prétendre « collectiviser » ? Au fond, il semble que le programme AEC veuille « collectiviser » les « biens communs » en eux-mêmes, mais non les entreprises qui les utilisent ! N’est-ce pas alors une totale abstraction, voire un enfumage lexical ?

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Répression policière

    La police en roue libre : le refus d’obtempérer ne doit donner aucun permis de tuer !

    Dans la matinée du samedi 4 juin à Paris, dans des rues fréquentées du XVIIIe arrondissement, Rayana, jeune femme de vingt-et-un ans, a été tuée par la police d’une balle dans la tête. Contrairement à ce qu’essaient de faire maladroitement croire les syndicats de police et une large partie des éditorialistes et chroniqueurs politiques sur les chaînes d’info en continu, cette mort est à tout point de vue insupportable, et elle témoigne une nouvelle fois, de la façon la plus tragique, de la violence injustifiée que ne cesse d’exercer la police française, parce qu’on lui en donne (toujours plus) les moyens.

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Législatives

    Législatives : tirer toutes les leçons de la défaite de Macron, de l’échec de la NUPES et de la poussée du RN

    Le second tour des élections législatives a livré les verdicts suivants : L’abstention est encore plus massive qu’au premier tour, malgré l’incertitude qui planait sur l’issue du scrutin. Avec les votes blancs et nuls, moins de 43 % des inscrit-e-s ont exprimé un vote. Ce sont les jeunes et les catégories populaires qui se sont le plus abstenu-e-s : près de 70 % des moins de 35 ans n’ont pas voté, de même que plus de 65 % des ouvrier/ère-s et employé-e-s !

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Elections législatives

    Dimanche, votons NUPES pour mettre Macron en minorité !

    Le fait majeur du premier tour des élections législatives est l’abstention massive, battant le record de 2017. Plus d’un Français sur deux s’est abstenu. Mais ce sont surtout plus de 60 % des ouvriers et employés, et plus de 70 % des jeunes (moins de 35 ans) qui se sont abstenus. Autrement dit, la France insoumise n’a pas réussi son pari de mobiliser massivement son électorat.

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Répression policière

    La police en roue libre : le fiasco du Stade de France

    Les événements des dernières semaines, depuis le scandale occasionné par la gestion de la finale de la Ligue des Champions au Stade de France jusqu’à, surtout, la mort tragique et insupportable de Rayana, jeune femme de 21 ans tuée par un policier d’une balle dans la tête, apportent hélas un nouveau témoignage de la brutalité structurelle de la police française en tant qu’institution.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook