[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Pour un parti qui ose !

Petit retour en arrière: la campagne présidentielle de Philippe a été bonne et utile à de multiples titres (présentation d'un travailleur et non d'un politicien professionnel, soutien aux luttes, parler vrai, etc.).

Mais d'un autre côté, on a assisté à une certaine forme d'autocensure :

Qu"est-ce qui vous différencie de Mélenchon ? Pas grand chose !

C"est quoi votre projet de société: on sait pas encore très bien !

Pourquoi ces cachotteries qui continuent encore aujourd'hui dans l'expression de nos porte parole ?

Au NPA, tout le monde sait que les directions syndicales et le front de gauche tentent de nous mener dans l'impasse et de canaliser le mouvement social vers l'épuisement ou vers des voies institutionnelles.

Mais c'est bien rare qu'on le dise publiquement.

Au NPA tout le monde sait que le front de gauche est nationaliste, militariste, franchouillard, pour le maintien de la bombe atomique, ambigu sur le nucléaire civil, qu'il propose des politiques keynésiennes vouées à l'échec, qu'il ne veut de la lutte que si elle se termine par la voie parlementaire, on en passe et des meilleures...

Et à part dans une tribune de Mediapart que personne ne lit, c'est absent de notre communication quotidienne, absent du discours de nos porte parole.

Pourquoi? c'est du suicide!

A quoi sert le NPA dans ces conditions alors qu'il y a le front de gauche qui semble dire la même chose ?

Comment voulez vous qu'on rassemble dans les comités, qu'on recrute dans les luttes ?

Car c'est quand même ça qu'il faut faire si on veut convaincre de notre programme et progresser vers notre idéal révolutionnaire, non ?

On a besoin de délimitations stratégiques claires pour rassembler un maximum de gens de la base qui se radicalisent.

Énoncer clairement dans notre expression publique la primauté absolue des luttes sur les élections, énoncer clairement en quoi nous sommes différents du front de gauche, ce n'est pas faire de la dénonciation stérile, c'est nous définir en positif et rendre crédible nos propositions politiques.

Et parler de notre projet de société, le socialisme réel, du gouvernement des travailleurs, EN LES ARTICULANT avec nos revendications transitoires, ce n'est pas se couper des gens, au contraire c'est leur présenter la totalité de notre projet politique révolutionnaire et faire comprendre vers quoi nous proposons d'aller.

Bref c'est dire la vérité sur ce qu'on pense. C’est être clairs et audibles.

Et pas surfer sur ce qu'on estime être le degré de conscience des travailleurs.

Depuis toujours, la LCR Meuse, puis le NPA Meuse ont proposé :

  • le refus de toute alliance ou fusion même technique avec les partis de droite ou du PS, ou d'EELV
  • le refus de toute alliance autre que dans les luttes avec le PC, le front de gauche et ses déclinaisons
  • dans les luttes, pas d’appels communs sur la base des positions réformistes mais notre expression propre, ça n’empêche pas l' unité d'action.
  • ne pas avoir peur, lorsque c'est possible, d'initier nous mêmes des luttes ou des soutiens, sans faire à tout prix un préalable du front unique (même si c'est bien de le rechercher) et en avançant prioritairement nos propres revendications. Nous n'avons rien à y perdre. (nous y parvenons en Meuse dans le domaine de l'écologie)
  • favoriser la convergence des luttes sociales et écologiques
  • parler de notre projet de société

On voudrait que notre parti existe vraiment.

On voudrait qu'il représente un espoir pour les révoltés qui recherchent un cadre de rassemblement et de lutte,

On voudrait qu'il fasse rêver d'une nouvelle société et en dessine les contours.

Donc sans véhiculer d'illusions réformistes.

Pour exister vraiment, il faut qu'on arrête de penser avant tout à peser sur les autres et il faut que l'on arrête de faire de l'unité un dogme absolu.

Il faut oser être nous-mêmes, c'est à dire des révolutionnaires.

C"est la P4 malheureusement très minoritaire dans le parti, qui est la plus proche de nos idées.

C"est pour ça qu'on a décidé de la renforcer en rejoignant la tendance Claire

Mais on espère bien qu'un jour, il n'y aura plus besoin de tendance Claire et que ce jour-là notre parti assumera, osera enfin occuper l'espace qui est le sien, celui qui propose la révolution et le socialisme aux gens et rassemble ceux qui sont prêts à l'entendre.

Et il y en a !

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

Après le congrès du NPA : Poursuivre le combat pour un NPA révolutionnaire, construire le parti dans les luttes

Tweeter Facebook

NPA

Congrès NPA : la courte majorité de la direction ne saurait masquer l’effondrement de sa base et la nécessité de rendre le parti utile à la lutte des classes

Les AG électives ont permis de mesurer la gravité de la crise du parti : moins de 1700 camarades y ont voté, contre plus de 3500 en 2011. La direction n’a pourtant proposé aucun bilan pour expliquer cette catastrophe. Au contraire, elle veut continuer à chercher des accords par le haut avec le Front de Gauche et a même avancé l’objectif d’un « gouvernement anti-austérité » avec lui. Sa courte majorité en pourcentage s’explique par un appel dramatisé au « rassemblement »… et le soutien des ami-e-s de la GA qui n’ont pas voulu aller au FdG (voire ont la double appartenance NPA/GA).
Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

NPA

Les contre-réformes avancent avec la complicité des directions syndicales : Donnons-nous une orientation politique et pratique pour les combattre !

(Tribune parue dans TEAN) La contre-réforme du marché du travail est une attaque frontale. Hollande et le patronat peuvent se frotter les mains. La CFDT, la CFTC, la CGC ont paraphé un accord qui, loin d’être un « accord gagnant-gagnant » autorise les capitalistes à baisser les salaires et à licencier plus facilement. C'est odieux. La CGT et FO ont refusé de signer mais en participant en amont à la négociation, elles ont contribué à légitimer ce cadre, et à permettre ainsi une victoire politique de Hollande et du patronat. Aujourd’hui, elles ne proposent aucun plan de mobilisation pour empêcher la transcription de cet accord dans la loi. C’est scandaleux. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

NPA

PLATEFORME Z : Ni « gouvernement anti-austérité », ni para-syndicalisme : pour un NPA révolutionnaire !

Tribune à paraître dans "Tout est à nous" du 10 janvier

Contributions thématiques :

Tweeter Facebook