[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    Pour un NPA communiste autogestionnaire... et pour en finir radicalement avec l’orientation politique de la direction sortante !

    Par Plateforme 5 (25 novembre 2014)
    Tweeter Facebook

    Explication de vote à l'issue du CPN du 15 novembre

    Nous nous réjouissons que ce congrès permette une vraie discussion, avec plusieurs plateformes permettant à chaque courant du parti d’assumer la politique qu’il propose. Cela ne peut que contribuer à la clarté des débats

    • la P1 propose de ne rien changer à l'orientation qui a mené le parti au fond du trou et à la marginalisation alors que ces camarades prétendaient que leur ligne « unitaire » permettrait d'élargir le parti. Mais tout s'expliquerait par la « situation objective ». L'urgence, pour le noyau dur de la direction actuelle, est de lancer à la P2 un appel à « l'unité » contre les méchants sectaires des P3, P4, P5 pour conserver à tout prix la direction du parti, quitte à gommer de façon démagogique toutes les différences avec la P2. Pour nous, au contraire, l’urgence est d’en finir avec l’orientation de cette direction, qui a failli année après année. C’est pourquoi nous avons voté contre la P1 et nous sommes abstenu-e-s sur les P2, 3 et 4.

    • la P2 insiste à juste titre sur la nécessité de se démarquer du projet politique du FDG, et donc d'abandonner « l'opposition de gauche » et le « gouvernement anti-austérité », qui n'ont en soi aucun contenu politique anticapitaliste. Ces camarades se positionnent tactiquement au « centre » du parti, mais cela ne définit pas une politique. Au delà de la remise en question des étiquettes, on peut douter qu’il y ait une rupture nette avec le fond politique qui est derrière : il faudrait pour cela un vrai bilan auto-critique du secteur de la P2 qui hier encore codirigeait le parti, et il faudrait que l’autre secteur, issu de la PY (dit « contre-courant »), cesse de soutenir la signature d’appels communs à contenu programmatique avec les réformistes (comme pour la manif du 15/12).

    • Nous regrettons que les camarades d’A&R, engagé-e-s avec le CCR dans une dérive de plus en plus sectaire, aient refusé la discussion que nous leur avions proposé par lettre publique (restée sans réponse). D’ailleurs, après nous avoir assuré la veille du CPN que notre texte était compatible avec le leur – faisant pression pour que nous retirions notre plateforme – ils/elles ont pour la plupart voté contre (alors que nous nous sommes abstenu-e-s sur la leur)... La P3, met au centre de son texte l'intervention dans la classe ouvrière, veut en finir avec le suivisme à l'égard des réformistes, mais partage en fait le vieux logiciel issu de l’ex-LCR, consistant à mettre en avant un « programme d'urgence » qui ne fait pas le lien entre les revendications et les moyens de les réaliser. Certes, le « gouvernement des travailleurs » figure bien dans le texte, mais comme un supplément « stratégique » qu’il ne s’agirait pas de défendre ouvertement, quotidiennement, sous prétexte que les travailleurs/ses ne seraient pas prêt-e-s à l’entendre aujourd’hui !

    • la P4 caricature à l'extrême les défauts de la P3. Il serait futile de vouloir discuter de l'orientation du parti, il faudrait uniquement parler de comment on s'implante dans la classe ouvrière... comme si on pouvait déconnecter les deux !

    Face à l'orientation de la direction sortante, nous pensons qu'il ne faut pas construire un clone de LO. Il faut porter au quotidien un projet communiste autogestionnaire, qui n'est pas figé dans le marbre, et qui s'inspire du meilleur des traditions du mouvement ouvrier, de la tradition trotskyste mais pas seulement. Un projet en rupture non seulement avec le stalinisme, mais aussi avec les tendances autoritaires, substitutistes, étatistes, dirigistes, qui ont gangrené le mouvement ouvrier. De façon systématique, il faut démontrer la nécessité d'en finir avec le capitalisme et ses institutions pour sortir de l'austérité. Nous ne voulons pas simplement mieux répartir les richesses, nous voulons en finir avec le mode de production capitaliste car nous voulons reprendre le contrôle de nos vies, rompre avec le productivisme et éviter la destruction de la planète. Nous ne sommes pas un « super syndicat » qui décline un super programme de mesures d'urgences, nous devons être un parti qui part des aspirations des travailleurs/euses et des jeunes pour mettre en avant et rendre crédible le désir d'une autre société, débarrassé de l'exploitation et de toutes les oppressions. Nous devons mettre au centre de notre programme la perspective révolutionnaire et la lutte de classe, mais aussi les questions écologiques, féministes et anti-impérialistes.

    Aujourd'hui, le NPA est pour beaucoup un objet politique non identifié. Il faut que nous osions le doter d'une identité politique forte, communiste autogestionnaire. Rompons avec un mode de pensée défaitiste qui pense que c'est en en disant le moins possible que nous attirerons le plus de monde vers nous.

    C'est dans les luttes que les travailleurs/euses et les jeunes se politisent le plus. Les directions syndicales mènent les luttes dans le mur et contribuent à la démoralisation. Au quotidien, nous sommes aux côtés de ceux et celles qui luttent, nous faisons tout pour faire progresser l'auto-organisation. Mais nous ne nous en tenons pas aux revendications immédiates qui émergent des mouvements, nous les lions à la perspective de la prise de pouvoir et de la fin du capitalisme.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    France

    Analyse critique du programme du « Nouveau front populaire », deuxième partie

    La Tendance CLAIRE appelle à voter pour tou-te-s les candidat-e-s du Nouveau Front populaire, alliance imposée par les circonstances, auquel elle apporte un soutien critique. Nous avons publié dimanche une analyse critique de la première partie de son programme, consacrée aux mesures de « la rupture » des « 15 premiers jours ». Nous poursuivons aujourd’hui avec l’examen des mesures annoncées pour la suite, celles des « 100 premiers jours » ou « l’été des bifurcations ». Contrairement aux premières mesures, qui seraient prises par décret dès la nomination du nouveau gouvernement, celles-ci, tout en relevant également de l’urgence sociale et écologique, seraient plus substantielles. Elles passeraient par des lois discutées et votées à l’Assemblée nationale lors d’une session extraordinaire début août et une seconde session en septembre.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    NPA-R

    Quelques raisons de notre départ du NPA-Révolutionnaires — contribution de quatre militant-e-s

    Ci-dessous une version adaptée au public d'un texte que 4 ex-militant.e.s du NPA-Révolutionnaires ont soumis au bulletin interne de discussion du Conseil de politique national du parti des 15 et 16 juin. Ils explicitent ici les raisons de leur départ de l'organisation pour rejoindre la Tendance Claire. Rappelons que la Tendance Claire, qui était une tendance du NPA depuis sa fondation, avait vu son intégration refusée par la direction de ce "NPA de gauche" qui se revendiquait d'une continuité organisationnelle avec le NPA d'avant le congrès de scission de 2023.  Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    France

    Soutien critique au Nouveau Front populaire

    La Tendance CLAIRE appelle à empêcher l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir par la mobilisation dans la rue des travailleurs/se-s et des jeunes comme par le vote pour les candidat-e-s de la gauche unie.

    Le programme du « Nouveau Front populaire » (NFP) a été publié vendredi. Comme on s’y attendait, ce n’est évidemment pas un programme communiste révolutionnaire, ni même révolutionnaire tout court !

      Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Front Populaire

    Stopper l’extrême droite par la mobilisation populaire, y compris électorale

    En décidant la dissolution de l’Assemblée nationale, Macron prend le risque terrible que l’extrême droite arrive au pouvoir. Alors qu’il avait été élu, par deux fois, en appelant les démocrates et les républicains à faire barrage au Rassemblement national, il décide de lui donner une opportunité réelle de prendre le pouvoir. Il n’y a là aucun courage, aucun panache, contrairement à ce que prétendent ses tout derniers partisans : contrairement à De Gaulle, ce n’est pas sa propre démission que Macron a mise dans la balance, mais il se limite à celle des député-e-s. On glose beaucoup sur les raisons qui l’ont poussé à prendre cette décision (sans doute mûrement réfléchie, vu que les résultats des européennes étaient bien annoncés par les sondages). Mais, quels que soient ses calculs et ses intentions, le risque principal est celui d’une victoire du RN, d’autant plus que Ciotti et une partie du parti Les Républicains (LR) viennent de conclure un accord avec lui. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook