[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Tract pour le salon de la distribution

Par Comité JT RP (11 novembre 2011)
Tweeter Facebook

Dans la distribution comme ailleurs, refusons de payer la crise du capitalisme !

uchan a dégagé 705 millions d’euros de profits pour 2010, environ 840 siècles de salaire d’un-e caissier-ère. Ça a l’air de marcher également pour Carrefour : la 2ème plus importante multinationale de la grande distribution hisse ses profits jusqu’à 443 millions en 2010.

Pas non plus très préoccupant du côté du groupe Casino (qui détient aussi Monoprix, Franprix, Leader Price...) et ses 559 millions de profits en 2010, sa position de leader en Amérique Latine... Ah, nos pauvres entreprises en perte de compétitivité...

De l’argent, il y en a...

Pourtant, quand il s’agit de reverser une part de ces richesses à celles et ceux qui s’usent au travail, les caissier-ères, les metteur-ses en rayon... ces géants ont beaucoup de mal. Des milliers de salariés, majoritairement des femmes, sont contraints au temps partiel au SMIC, et doivent se contenter d’environ 700 euros par mois.

Ironie pourtant fréquente, les salarié-es du secteur ne peuvent pas se payer les marchandises qu’ils voient passer quotidiennement entre leurs mains : les 3/4 des caissier-ères de Carrefour doivent aller faire leurs courses aux hard discount. Pourtant, ce n’est pas un métier de tout repos : on peut penser au stress, ou encore aux fameux troubles musculo-squelettiques (TMS), qui touchent dans les 2000 travailleur-ses de la distribution chaque année.

Il n’y a pas de miracle : la fortune des patrons ne vient que d’une immense accumulation d’heures de travail exploité, et la distribution n’est pas le secteur le moins lucratif. En 2010, les deux premières fortunes de France étaient Bernard Arnault, qui détient une bonne partie des actions de Carrefour, et Gérard Mulliez, PDG du groupe Auchan. Ce dernier proclame sans rire qu’il suit un modèle chrétien dans lequel les dirigeants ne gagnent « que » 20 fois le SMIC, maximum.

Si nous voulons autre chose que les miettes laissées charitablement par les patrons, il faut se mobiliser ensemble. C’est ce que font de plus en plus de travailleur-ses, comme à Carrefour, où un grand mouvement de grèves d’avril à juin a permis de décrocher des hausses de revenus, ou à Pizza Hut pour le paiement des heures complémentaires.

Certes, ces luttes restent isolées, mais elles prouvent qu’il est possible de résister.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Loi Travail XXL

Après les manifestations du 12 septembre, quelle stratégie pour gagner ?

Les manifestations du 12 septembre ont rassemblé en France 223.000 manifestant-e-s selon la police, et 400.000 selon la CGT. C'est équivalent à la première manifestation contre la loi travail le 9 mars 2016 (cf. en annexe un récapitulatif des manifestations de 2010 contre la réforme des retraites et de 2016 contre la loi travail). On peut voir le verre à moitié plein et le verre à moitié vide... Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Bulletin de discussion du NPA

Travailler au développement qualitatif et quantitatif des luttes

La baisse d'intensité de la lutte de classe du côté des travailleurs-euses et la chute des régimes "socialistes" ont favorisé le développement de stratégies politiques réformistes et réciproquement.

Avec les victoires du capitalisme ces dernières années, la destruction des liens sociaux s'est développée. Les idées réactionnaires prospèrent sur cette division pour proposer des modèles sous tendus par l'existence d'un ordre naturel des choses avec ses dominants et ses dominés (entre décideurs et exécutants, entre "civilisations", entre hommes et femmes, entre sexualités...).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Bulletin de discussion du NPA

Notre congrès doit discuter d’un programme économique de sortie du capitalisme

Alors que Mélenchon a présenté un programme antilibéral complet et chiffré, la majorité actuelle ne veut pas défendre et populariser un projet communiste actualisé. Répéter en boucle quelques mesures d'urgence sans l'inscrire dans une cohérence politique nous rend inaudible. Cela indique que nous n'avons pas de projet alternatif. D'ailleurs, nous n'osons même plus parler de socialisme ou de communisme à une échelle large. Cela nous réduit au mieux à une posture luttiste de résistance aux attaques, au pire à rejoindre les perspectives stratégiques des réformistes qui eux élaborent (http://www.cadtm.org/Les-defis-pour-la-gauche-dans-la).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook