[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Newsletter

    Ailleurs sur le Web [RSS]

    Lire plus...

    Twitter

    De l’argent en plus pour tuer, en moins pour les besoins sociaux !

    Par Gaston Lefranc ( 8 mai 2015)
    Tweeter Facebook

    Article pour l'Anticapitaliste du 7 mai 2015

    http://npa2009.org/actualite/budget-de-larmee-de-largent-en-plus-pour-tuer-en-moins-pour-les-besoins-sociaux

    Votée en 2013, la loi de programmation militaire 2014-2019 prévoyait de supprimer 33 675 équivalents temps plein dans les armées en 5 ans. 7 881 ont été supprimés en 2014. Sur les 25 794 restants, 18 500 vont être préservés...

    Hollande a en effet annoncé le 29 avril qu'un effort « considérable » sera fait pour l'armée au nom de la « menace terroriste » : le budget de la défense va bénéficier de 3,8 milliards de crédits supplémentaires entre 2016 et 2019, dont 2,8 pour les opérations, le recrutement, l'infrastructure, le fonctionnement et 1 pour les achats d'armes.

    Et Sapin a clairement énoncé les conséquences : « Tout effort supplémentaire pour un ministère doit être compensé par des économies sur d’autres ministères », évoquant notamment la santé et le logement. Pour Hollande, il est en effet pas question de lâcher sur ses engagements à réduire le déficit public. Pour l'UMP et le FN, ce bel effort pour nos armées va dans le bon sens mais il est jugé « insuffisant ». Pour les partis de la bourgeoisie, un consensus se dégage pour prioriser l'armée sur les autres budgets : c'est « l'effet Charlie » !

    Des dépenses militaires payées par qui ?

    Les capitalistes ont besoin d'une armée pour défendre leurs intérêts. Les géants de l'armement comme Dassault vivent des commandes publiques. Mais les dépenses militaires sont globalement une « charge » pour les capitalistes si elles sont financées par un prélèvement sur leurs profits. L'enjeu est donc pour eux dans l'idéal de baisser les dépenses militaires ou de les faire financer par les travailleurs.

    Depuis la chute du bloc stalinien, la part des dépenses militaires (dans le PIB ou dans les budgets publics) a chuté dans le monde. En France, le budget de la Défense a baissé de 20% depuis 25 ans et les dépenses militaires représentent 2,2% du PIB. Depuis 2009, les crédits alloués aux forces armées ont diminué de 11%. Aux États-Unis, après une tendance marquée à la baisse dans les années 1990, les dépenses militaires ont augmenté après le 11 septembre 2001 et jusqu'en 2010 (représentant 4,7 % du PIB) pour baisser ensuite nettement (3,5 % en 2014).

    Les crédits supplémentaires pour l'armée sont-ils annonciateurs d'un changement de période ? On peut le craindre. Hollande a décidé de maintenir, jusqu'à l'été au moins, 10.000 militaires dans nos rues « en soutien » à la police. La hausse des dépenses militaires en Russie, mais aussi en Allemagne (+6,2 % pour les 5 prochaines années), pousse la France à s'aligner. Hollande est tenté de compenser la perte de compétitivité de l'économie française par la multiplication des expéditions impérialistes financées par une austérité accrue sur les travailleurs. Le capitalisme malade nous entraîne de plus en plus vite vers l'abîme. Combattre pour le détruire et le remplacer par un système où les travailleurs seront aux commandes est plus que jamais nécessaire.

    Gaston Lefranc

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    NPA

    Conf nationale du NPA - Plateforme 3 : demandez le programme !

    Nous remercions les camarades qui ont voté pour la PF3, membres ou non de la Tendance CLAIRE. Il n’a certes pas été facile de résister à la priorité électoraliste commune à la majorité de la direction (PF2) et aux principaux courants d’opposition (PF5) : les uns et les autres prétendent que l’absence du NPA à la présidentielle serait « suicidaire », nous considérons qu’il s’agit d’une question tactique. Dès lors, comme nous l’avions craint, les débats des AG ont été polarisés par la question du casting, les arguments pour ou contre la candidature de Philippe ou d’autres, les questions de fond étant réduites à la portion congrue. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

    Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Théorie

    Intégrer la "garantie économique générale" (Lordon) ou le "salaire à vie" (Friot) à notre programme communiste

    Notre parti n’est pas à la pointe de la discussion sur le projet communiste, c’est le moins qu’on puisse dire ! Les discussions ont lieu en dehors du parti, autour des idées de Lordon et de Friot. Notamment sur la défense d’un statut qui permettrait à chacun·e de bénéficier d’un « salaire à vie » ou d’une « garantie économique générale » : un revenu qui ne dépendrait pas du travail concret de chacun·e, mais de la « qualification » attachée à la personne.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook