[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Dette publique grecque : restructurer ou annuler ?

Par Gaston Lefranc (23 juillet 2015)
Tweeter Facebook

Article pour l'Anticapitaliste du 23 juillet 2015

Un accord qui fait l'impasse sur une restructuration inéluctable

La dette publique grecque est insoutenable. C'est clairement reconnu par le FMI, la Banque centrale européenne (BCE), les USA, et même désormais par le gouvernement allemand. Pourtant, l'accord du 13 juillet ne comprend aucune clause sur la dette. Il est seulement indiqué que des « mesures additionnelles » d’allègement de dette pourraient être envisagées si le gouvernement grec tenait ses engagements. Pour des raisons politiques, il était hors de question pour les gouvernements européens de faire la moindre « concession » à Tsipras sur la dette. L'enjeu était d'humilier et d'obtenir une capitulation totale associée à une mise sous tutelle de la Grèce.

La dette grecque a déjà été restructurée

Entre 1950 et 1980, la dette publique grecque est restée stable autour de 25% du PIB. Sous Papandréou père, la crise et les taux d'intérêts élevés ont fait exploser la dette qui a atteint 100% du PIB au début des années 1990. Après une période de stabilité entre 1993 et 2007, la dette s'est envolée à 170% du PIB en 2011. C'est la conséquence de la crise mondiale, qui a été considérablement accentuée en Grèce par le cadre de l'euro. La dette a alors été restructurée en 2012, non pas par générosité, mais pour tenter de la rendre « soutenable », c'est-à-dire que la Grèce continue à payer (un maximum) sans faire défaut. Les créanciers privés (principalement les banques) ont subi une perte d'environ 50% de leurs créances. 107 milliards de dette ont été effacées. Concrètement, les créanciers ont échangé leurs anciennes obligations contre des nouvelles de valeur plus faible et de durée plus longue. En outre, les créanciers publics se sont substitués aux créanciers privés. Aujourd'hui, les États européens, via le FESF (fonds européen de stabilité financière) ou par des prêts bilatéraux, détiennent environ 60% de la dette grecque, et la BCE et le FMI un peu moins de 10% chacun. La Grèce « bénéficie » en outre d'une période de grâce (suspension des remboursements) de 10 ans pour les prêts du FESF.

Les propositions du FMI

Aujourd'hui, la dette publique est plus faible qu'avant la restructuration de 2012, mais comme le PIB a chuté en parallèle, elle n'a pas baissé en pourcentage du PIB. Elle est de 315 milliards, soit plus de 175% du PIB. Elle est donc toujours insoutenable et une nouvelle restructuration est objectivement nécessaire. Le FMI anticipe désormais une dette à 200% du PIB d'ici deux ans, et suggère trois solutions pour rendre soutenable la dette : une période de grâce de 30 ans sur les prêts européens, des transferts annuels européens à la Grèce ou un effacement (« haircut ») partiel de la dette de l'ordre de 30% du PIB (environ 50 milliards). La piste des transferts est hors sujet car il faudrait qu'il existe un État européen fédéral. Celle d'un haircut est explicitement exclue par l'accord du 13 juillet. La seule piste envisageable est celle d'une restructuration sans effacement de la dette : suspension de certains remboursements, baisse des taux d'intérêts, etc.

Non à la restructuration, oui à l'annulation totale !

Restructurer la dette, c'est le traitement classique d'un dette insoutenable dans un cadre capitaliste. C'est la solution défendue par les libéraux et les antilibéraux, avec des nuances sur l'importance de la restructuration. Mais la logique est la même : alléger le fardeau, sans le faire disparaître, pour que le système continue à fonctionner. Notre logique est opposée : annuler totalement la dette pour que le fardeau disparaisse. Cela implique de dynamiter le système pour en construire un autre, émancipé du crédit lucratif et la propriété capitaliste. 

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook